Une Conférence Ministérielle pour soutenir l'Initiative d'Autonomie sous la Souveraineté du Maroc    La pitoyable sortie de Podemos    Driss Lachguar reçoit le champion du monde de full-contact, Khalid El Qandili    Des investisseurs polonais veulent investir dans le Sahara marocain    Lady Gaga et Jennifer Lopez chanteront à la cérémonie d'investiture de Biden    Un dessin de Tintin adjugé au prix record de 3,2 millions d' euros    Martin Scorsese, le parrain des films de gangsters    Compteur coronavirus : 1.291 nouveaux cas confirmés 1.409 guérisons en 24 heures    Larabi Jaïdi : « Des signes de l'amorce d'un début de convalescence se manifestent »    La CGEM accueille une nouvelle fédération    MDJS: Diffusion de la Saison 2 de l'émission «3ich l'game»    Peine de mort. Le tueur de Adnane sera-t-il exécuté ?    A travers « Souss Launchpad » : Enactus accompagne 800 jeunes dans le Souss Massa    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, vendredi 15 janvier    La Mercedes Classe E s'offre un lifting    Un webinaire pour débattre sur l'Afrique post-Covid    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué son ami    Selouane : Démantèlement d'une bande de cambrioleurs    Casablanca : Remise d'équipements de projets générateurs de revenus au profit d'ex-détenus    Maroc: L'essentiel du Budget économique prévisionnel 2021 du HCP    Une édition pas comme les autres : Le Maroc à l'assaut du CHAN    Les équipes à suivre de très près    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Dakhla : Lancement de la première campagne nationale de communication sur le métier de l'architecte    Perspectives après l'annonce du vaccin Covid19 : Les Marocains ont le moral    Maroc-USA: Un mémorandum d'entente pour la préservation du patrimoine culturel marocain signé    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Casablanca : Le contrat de Lydec en ligne de mire    ONP : Digitalisation de la criée    Banque de sang : Des stocks mal exploités, périmés puis détruits !    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    La production industrielle en hausse de 2,5% dans la zone euro à fin novembre dernier    Donald Trump mis en accusation Un deuxième "impeachment" historique    Evolution du coronavirus au Maroc : 1279 nouveaux cas, 456.334 au total, jeudi 14 janvier 2021 à 18 heures    Le PSG s ' adjuge le Trophée des champions    Mondial de handball : le Maroc débute contre l'Algérie    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Tennis : L'ATP Cup...version 2021    Poutine réunit les protagonistes du conflit du Haut-Karabakh    Début d'un confinement strict    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    2020 : Une présence de taille de la question amazighe malgré la pandémie    Championnat du monde de handball : Un derby maghrébin pour l'entrée en lice du Maroc    Zuckerberg vs Trump. Facebook plonge en bourse    Bientôt un musée à Laayoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les agriculteurs accusent la météo
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 02 - 2005

Passé le premier choc des dégâts causés par la vague de froid, l'heure est aux estimations des répercussions sur l'approvisionnement du marché local. Certains producteurs s'en prennent au centre national de météorologie.
D'habitude quand rien ne va, les agriculteurs lèvent les yeux vers le ciel. Cette fois-ci, le doigt accusateur est pointé vers la météo, coupable de ne pas avoir prévenu à temps l'arrivée de la vague de froid. «Une bonne prévision nous aurait aidés à limiter les dégâts, en irriguant par exemple certaines cultures, ce qui a pour effet de freiner les gelées», déclare Abderrazak Mouisset, président de l'Association des producteurs et exportateurs de fruits et légumes (APEFEL). Bref, «pourquoi, renchérit M. Mouisset, ne pas acheter un programme de prévision avec des organismes connus comme la Nasa?».
Au centre national de prévision Météorologique, l'on s'étonne de ces critiques. Selon Mohamed Belouchi, météorologiste de formation, chargé du département de la communication, des alertes ont été émises à l'échelle nationale et en particulier à la radio. Le problème explique M. Belouchi, c'est que «le marocain n'a pas la culture de la météo». D'autant que, regrette-t-il, «en ce qui concerne l'Agriculture, il n'y a pas un interlocuteur unique, on ne sait pas à quel saint se vouer».
Seule l'aviation civile, via l'ONDA, fait un véritable suivi des avis et des alertes météos.
Concernant les origines de cette vague de froid, il s'agit d'une masse polaire froide qui a traversé toute l'Europe (y perdant son peu d'humidité) pour gagner le Maroc et l'Algérie. «Il n'y a pas de pluie, explique-t-on au service national de la météo, parce que la masse d'air en question était peu humide». A défaut de précipitations, le Maroc a connu dans la dernière semaine de janvier, beaucoup de froid. Plus de 12 stations (Oujda, El Jadida, Nador entre autres) ont battu leur propre record. A Ifrane, le baromètre est descendu jusqu'à 14 degrès sous zéro en plein jour, à dix heures du matin. La nuit du 28 janvier aura été la plus froide. S'il est encore prématuré de faire une évaluation des pertes de la production agricole en dirhams, les opérateurs estiment quand même les dégâts très importants. Les cultures dites de plein champ, non couvertes, ont été relativement endommagées. Il s'agit des légumes et potages, des courgettes, des fèves, des aubergines, des tomates, etc. Selon les régions et les micro-climat, les dégâts varient entre 70 et 100%. Egalement concerné par la vague de froid, l'arboriculture. Mais ici, il y a lieu de distinguer les arbres fruitiers, comme les pommiers, les vignobles,etc. Ces espèces, généralement habituées au froid, n'ont pas été affectées, ce qui n'est pas le cas des agrumes. « Ici les cultures sont debout, en apparence tout se passe bien, il est difficile d'apprécier à l'œil nu l'ampleur des dégâts, mais c'est toute la future floraison qui est menacée », estime un opérateur du Souss. Les récoltes de l'année prochaine enregistreront d'importants retards. La troisième catégorie de culture, les céréales, n'a pas été endommagée mais pourra toutefois connaître des retards. Pour les cultures sous-serre, les dégâts ont été limités. Ici, note l'APEFEL, une bonne prévision météo aurait pu éviter les quelques dommages enregistrés. Bref, l'heure est désormais à l'évaluation des répercussions de la vague de froid sur l'approvisionnement du marché local et les exportations. L'ASPAM, association des producteurs d'agrumes, a tenu à rassurer les marocains dans un communiqué jugeant limités les pertes enregistrées dans son rayon d'intervention. Pour le président de l'APEFEL, «il y aura des diminutions de tonnage, mais l'approvisionnement sera normal au niveau local».
L'heure est aussi aux estimations au ministère de l'Agriculture, bien qu'aucun chiffre n'ait été avancé par ce département, qui attend sûrement les résultats d'une équipe d'experts dépêchée sur le terrain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.