Résolution du PE: un eurodéputé prend la défense du Maroc    Benmoussa devant les diplomates: mais où sont passés les ambassadeurs d'Espagne et d'Allemagne?    Charte des services publics: le projet de loi adopté à l'unanimité par la 2ème Chambre    Marhaba 2021: les premiers MRE débarquent à Ouarzazate !    La Bourse de Casablanca finit en repli    Les coulisses de la visite d'Ismaël Haniyeh au Maroc    Israël lance une page Facebook dédiée au Maroc (PHOTO)    Euro 2020: les chances de qualification de la Turquie compromises (VIDEO)    Sergio Ramos quitte le Real Madrid    Yassine Bounou dans le viseur de trois clubs anglais    Maroc/Covid-19: le nombre de personnes complètement vaccinées à ce jour    CAN 2021 : Les Ecureuils du Bénin éliminés par les Leone Stars    Nordin Amrabat : "Il y a un certain intérêt de clubs de laLiga"    Botola Pro D1 :Le programme de la 22e journée    France. M'jid El Guerrab interpelle le ministre de la Santé sur la non-reconnaissance du vaccin de Sinopharm [Vidéo]    OCP et l'américain BCG proposent une offre unique dans le domaine de la maintenance et de la numérisation industrielle    Le monde de Julie Guégan    Avec un système audio de pointe sur sa nouvelle gamme : Ford séduit les mélomanes    Ismail Sqarou : «La Dekka est l'enfant légitime de Taroudant en termes de patrimoine»    Trois astronautes chinois dans la station spatiale    L'Algérie face à ses démons    Euro 2020 : La Hongrie craque en fin du match face au Portugal    Energies renouvelables : le Maroc se relance dans l'hydrogène vert    Adoption finale du projet de loi sur l'usage légal du cannabis    Lancement d'une campagne contre la privatisation de la plage d'Aïn Diab    Le nouveau modèle de développement ne fait pas l'unanimité    Le roi Mohammed VI félicite le premier ministre israélien    Profonds désaccords et faibles attentes    Quand on aime la vie, on va au musée    Edition: Lever l'hypothèque sur l'université    Le Nigeria s'apprête à construire le gazoduc avec le Maroc    L'agent de Hakimi confirme son départ !    Agrégation agricole: un nouveau dispositif réglementaire pour des projets d'agrégation de nouvelle génération    Législatives algériennes: 23% de participation, abstention historique et massive    Les hôtels Accor se mobilisent pour favoriser l'accueil des Marocains résidant à l'étranger    Marocains de l'étranger : dix-sept villes annoncées pour la quarantaine obligatoire    Covid-19 en France : plus de masque en extérieur, levée du couvre-feu dans quelques heures    Services juridiques à distance: lancement d'une nouvelle plateforme au profit des MRE    Averses orageuses localement fortes durant 48 heures dans plusieurs provinces marocaines    Privé : Akdital poursuit sa marche pour s'accaparer 20% de la capacité litière nationale    Sahara : Large soutien au Maroc à l'ONU    Le Maroc et la Serbie dans une approche tridimensionnelle pour l'Afrique, dit El Malki    Le roi Mohammed VI félicite le nouveau Premier ministre isralien Naftali Bennett    "African Lion 2021": une délégation militaire maroco-américaine visite l'hôpital de campagne près de Tafraout    MRE: l'ONCF lance un plan spécial    «Méditations et médisances»    «Soufi, mon amour» en tournée au Maroc    Action citoyenne : des livres pour les écoles primaires, les collèges et les lycées les plus défavorisés au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelkebir Rabi' : Un retour remarqué
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 11 - 2019

La Fondation TGCC lui rend hommage à travers une grande exposition et lui consacre une monographie
L'espace d'art «Artorium» de la Fondation TGCC s'apprête à accueillir «Autremême». C'est une grande exposition en hommage à l'artiste-peintre de renom Abdelkebir Rabi'. Prévue du 14 novembre au 31 décembre 2019, cette exposition a pour but, selon les organisateurs, de transmettre à nouveau au public la passion et l'amour de cet artiste pour l'art. «C'est ce qui m'a tout de suite envoûtée à l'idée d'exposer Rabi': cette transmission à travers son œuvre si marquante, ainsi que l'occasion de raconter l'histoire de l'art au Maroc à travers un de ses piliers. Car Rabi' est incontestablement un pilier de notre patrimoine culturel ; autant à travers son art qu'à travers son travail d'enseignant», indique Meryem Bouzoubaa, présidente de la fondation TGCC.
En effet, au cours de cette exposition-évènement, les organisateurs prévoient la présentation d'une monographie dédiée à l'artiste qui s'intitule «Abdelkébir Rabi'- L'œuvre à l'Absolu», parue aux Editions H2/61.26. Cette monographie dirigée par Mohamed Rachdi se propose donc, non comme un «beau livre» mais comme un ouvrage avant tout un contenu, qui cherche à déployer un horizon de pensée à partir duquel son œuvre peut devenir intelligible. «Elle aspire à produire l'environnement critique et analytique nécessaire pour que l'activité créatrice de l'artiste soit mieux vue, située et comprise», peut-on lire sur l'extrait de l'introduction signée par Mohamed Rachdi. Dans ce sens, le livre comprend 276 pages.
Il donne à voir neuf chapitres : «Dessin/peinture : écriture et signe», «Corps/souffle : geste et trace», «Espace/temps: ombre et lumière», «Nature/paysage : référence et mémoire», «Abstraction/figuration : quête de soi et spiritualité», «De la correspondance des arts et de l'enfance du regard», «Ecrits d'Abdelkébir Rabi'», «Parcours biographique» et enfin «Notices biographiques des auteurs». Il faut dire que Abdelkébir Rabi' est l'un des rares artistes autodidactes qui a su merveilleusement transcender le fait qu'il n'a pu bénéficier d'aucun enseignement artistique scolaire. Très jeune, porté par son ardente curiosité, et sa forte capacité à nouer des relations amicales solides fondées sur le respect et la confiance, il a commencé par lui-même à s'intéresser à l'art, à ses techniques, son histoire et ses théories.
Il a aussi très tôt commencé à côtoyer des artistes, d'abord des orientalistes installés au Maroc, à Fès notamment, auprès de qui il s'est forgé un savoir-faire technique solide dans la peinture figurative, et ensuite, grâce à la rencontre de Bernard Dorival, des artistes de l'Ecole de Paris, chez qui il va apprécier, et comprendre au plus près, la peinture gestuelle et l'abstraction dite lyrique. «Abdelkébir Rabi' ne va plus opérer un choix définitivement tranché entre ces deux registres de pratique artistique que sont la figuration et l'abstraction. Parce qu'il en a viscéralement besoin (c'est bien de nécessité profonde dont il s'agit), autant comme artiste que comme homme, il dansera constamment tel un métronome entre les deux formes d'expression qu'il ne cherche nullement à hiérarchiser ni opposer, mais à tisser dans une subtile continuité», peut-on lire sur l'extrait de la monographie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.