MAPA : Conférence internationale sur les addictions    France : Des opérations escargots sur des routes à forte circulation    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    L'Otan adopte une déclaration finale    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    Tilda Swinton, l'insaisissable icône du 7e art    Comment protéger vos données personnelles    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Infantino va entrer au CIO en janvier    Le WAC vise une cinquième victoire face au Mamelodi Sundowns en Ligue des champions    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    L'Afrique n'est pas la principale source des flux migratoires    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    L'AMMC présente son guide de lutte contre le blanchiment d'argent    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    Deuxième plainte de Huawei contre l'administration Trump    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    JO 2022 : Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Tous à Londres, personne à Madrid!    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    Lancement du plan national de lutte contre la mendicité des enfants    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    «La mer est un personnage principal dans Lalla Aïcha»    Les Verts sont à Kinshasa. Coulisses d'un voyage    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Giovanna Barberis «La mise en œuvre effective de la politique intégrée de la protection de l'enfance pourrait être accélérée»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 11 - 2019

Questions à Giovanna Barberis, représentante de l'Unicef au Maroc
Rencontrée directement après l'ouverture du 16ème Congrès, qui sera marqué, vendredi, par la présentation des résultats de l'analyse de la situation des enfants au Maroc (Sitan 2019) menée avec d'autres établissements, notamment l'ONDE, la représentante de l'Unicef au Maroc livre ses constats sur cette couche sociale dans le Royaume. Vivement sollicitée pour donner un avant-goût de cette analyse, Mme Barberis a préféré ne pas en gâcher le charme avant sa présentation lors de cet événement de grande envergure.
ALM : Quels sont, selon vous, les changements qui ont été faits uant à la situation des enfants au Maroc ?
Giovanna Barberis : A mon sens, beaucoup de réalisations ont été faites non seulement au niveau global mais aussi au Maroc. Certainement aujourd'hui, nous pouvons voir une amélioration incroyable par rapport à la mortalité infantile et maternelle. Les taux de mortalité ont beaucoup baissé. Donc on peut seulement s'en féliciter. Pour l'éducation, celle-ci a certainement une couverture universelle par rapport à l'éducation primaire. Dans le secteur de l'éducation et de la santé, je pense qu'il y a eu des réalisations importantes et un grand progrès. Bien sûr, il y a encore du travail à faire. L'éducation secondaire est encore un défi surtout pour les filles du monde rural. On peut, peut-être, encore faire mieux par rapport à la protection des enfants les plus vulnérables. La mise en œuvre effective de la politique intégrée de la protection de l'enfance est bien sûr en marche mais elle pourrait, peut-être, être accélérée. Je sais qu'il y a des programmes et projets qui vont dans cette direction. C'est une question de temps. Il s'agit d'un travail multisectoriel et donc pas facile. Je pense qu'en général le Maroc peut se féliciter et être félicité parce que beaucoup a été fait puisque la situation des enfants, notamment ceux les plus vulnérables, est beaucoup plus améliorée.
Il est prévu que vous présentiez une analyse de la situation des enfants au Maroc. Pourriez-vous nous en donner un avant-goût en chiffres ?
C'est une analyse finalisée avec l'appui de l'Unicef, de l'ONDE et de l'Observatoire national du développement humain. Par contre, il faut en attendre la présentation publique lors de cet événement. Je ne peux pas anticiper les recommandations et les grandes lignes de cette étude.
Quelles seraient, à votre avis, les urgences que le Maroc devrait traiter pour protéger l'enfance?
Il y a encore du travail à faire par rapport à l'éducation et la santé pour un accès de qualité à tous les services de base pour les enfants et surtout pour les familles vulnérables. Je pense que nous sommes tous bien disposés à travailler ensemble et davantage dans ce sens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.