Maroc/Météo : Temps assez chaud ce mardi 3 août    Tokyo 2020 / Athlétisme : Première médaille d'or pour le Maroc grâce à Soufiane El Bakkali    Adjudications: Hausse de 46,2% des émissions du Trésor en 2020    La canicule sévit en Grèce, les vagues de chaleur se font fréquentes en Europe    Covid-19/ Casablanca : Reportage au cœur des services de réanimation du CHU Ibn Rochd    Hommages olympiques du roi Mohammed VI à Soufiane El Bakkali après son sacre    Eagle Hills livre la première phase de « Rabat Square »    Le Parlement Jeunesse du Maroc tient sa 3ème session législative    Israël accuse et menace l'Iran qui rejette toute implication    Amrani met en exergue les choix visionnaires de Sa Majesté le Roi    Lancement du Guide de la procédure d'extradition    JO-2020 : El Bakkali offre au Maroc l'Or olympique    Une coupe spectaculaire... sur les traces de la Botola    Dissolution de la direction technique nationale et gel de toutes les activités    Rabat/plage des Oudayas : Le surf de plus en plus populaire (Reportage)    Le Chef d'Etat-major de l'Armée de Terre des Etats-Unis reçu par le ministre chargé de l'Administration de la Défense Nationale    Baisse des revenus des sociétés de financement en 2020    Ministère de l'Economie, des Finances et de la réforme administrative. Un nouvel organigramme entre en vigueur    Pfizer et Moderna augmentent le prix de leurs vaccins contre le Covid    L'intérieur dément les allégations sur la désertion des Forces auxiliaires à Sebta    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    Fatima Regragui tire sa révérence    Le groupe marocain Asif est de retour avec « Balbala »    Couvre-feu à 21H, interdiction des déplacements, fermeture des salles de sport...le gouvernement annonce de nouvelles restrictions    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    L'ancien maire de Marrakech, Omar Jazouli, tire sa révérence    Chambres professionnelles : plus de 12.000 candidats aux élections    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 2 août 2021 à 16H00    Sites marchands/e-marchands. Les transactions par cartes bancaires atteignent un chiffre record    Fès : l'USMBA accueille le premier Hackathon "Serious Games"    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    JO de Tokyo : « L'or » de la vérité a sonné    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tanger-Med : Le code maritime en gestation
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 04 - 2005

Le ministère met les bouchées doubles pour doter le secteur de la Marine marchande d'un code maritime. Ce texte de 500 pages doit sortir du circuit législatif avant 2007.
Le projet Tanger-Med, prévu pour 2007, fil à plusieurs nœuds. Beaucoup plus vite que la réglementation de la Marine marchande et des pêches maritimes dont certaines dispositions sont amarrées à quai depuis 1919. «Le chef de quartier maritime agit comme un consul de France », peut-on lire dans l'une des parties de ce texte de loi devenu un écueil pour tout un secteur.
Pourtant, depuis la fin de la période du protectorat, la modification du code de la marine marchande et des pêches maritimes est toujours à l'ordre du jour. En 1997, le volume de 500 articles, enfin fin prêt, est victime du coup du sort. Le département de la Pêche et celui de la Marine marchande sont éclatés entre des ministères différents. Il fallait tout reprendre jusqu'au début.
Plus chanceux, le code des pêches maritimes réussira à franchir le stade du Conseil de gouvernement durant le gouvernement Youssoufi. Avancée de courte durée puisque, dès le changement de celui-ci, l'on retombe dans les lenteurs et les modifications. Aucune avancée avec Thami Khyari encore moins Taieb Rhafès, qui, au lieu de pousser le texte au Conseil des ministres, optera pour la concertation avec les professionnels. Depuis, la spirale des modifications a repris ses droits. «On n'est pas plus avancé que le dahir de 1973, lequel parle des ressources mais pas sous silence sur le pavillon », déclare un ancien cadre au ministère des Pêches maritimes.
Pas plus que le code des pêches maritimes, les dispositions relatives à la Marine marchande n'évoluent pas avec des vents favorables. Remodelés à maintes reprises, ce texte sera, d'après les précisions du directeur de la Marine marchande, dans l'une de ses dernières sorties médiatiques, subdivisées en plusieurs parties qui passeront les unes après les autres.
Avec le Tanger-Med et les nombreux changements attendus, la mise à niveau législative s'impose d'elle-même. «Actuellement, le ministère du Transport gère le secteur par circulaire, ce qui n'a pas force de loi », selon cet armateur persuadé que le texte ne sortira pas avant la date butoir 2007, faute d'intérêt de la part des syndicats de la profession.
Appelé à devenir un carrefour incontournable des échanges maritimes, cette plate-forme attirera plus de fret au Maroc.
Une aubaine pour les compagnies marocaines de navigation, qui attendent des nouveaux textes plus de clémence et plus d'incitations envers les investisseurs.
En attendant les études commanditées par le ministère de l'Equipement et du Transport auprès des cabinets internationaux, la privatisation de la Comanav, prévue courant 2006, pourrait donner le coup de départ d'un vaste remodelage du pavillon national, étriqué du fait de la réglementation. «Actuellement, dans le cadre de l'exploitation des lignes régulières sous licence, on ne peut augmenter son activité qu'en rachetant ses concurrents », déclare un cadre de la Comanav sous couvert de l'anonymat. Le moins que l'on puisse dire est que la compagnie nationale colle à cette logique de rachat avec la société de manutention Marbar, acquis l'année dernière, Ferry Maroc, qui représente un chiffre d'affaires additionnel. A l'international, l'on notera la constitution d'une société mixte (détenue à 51% par la Comanav) au Sénégal pour desservir l'axe Dakar-Zigunichor.
Pour capitaliser ses longues années d'expérience, la Comanav s'est engagée dans une stratégie de marque, avec une nouvelle identité visuelle developpée avec une société belge, conceptrice par ailleurs, du nouveau relookage de Atlas Blue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.