Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Groupe OCP : une solide résilience qui se confirme    Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : Parachèvement en matériel informatique de 34 établissements scolaires    Sécurité alimentaire : OCP Africa et SFI s'allient    Bank of Africa : bonne dynamique malgré la crise    Covid. La censure frappe sec au Quebec et en France    L'art et la culture en détresse!    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Terrorisme : Une cellule armée entraînée en Iran et démantelée en Arabie saoudite    Création d'entreprises : Casablanca-Settat a capté plus de 35% des créations d'entreprises personnes morales en 2018 [Rapport]    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Omra : Lancement d'une application pour l'inscription    Le Maroc se distingue au Salon d'Istanbul de l'innovation avec 2 Médailles d'or et 2 Médailles d'argent    Le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, attendu ce vendredi au Maroc    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    ONU : Le Maroc et plus de 69 autres pays s'engagent en faveur de la biodiversité (vidéos)    Chama Zaz, icône de la musique amazighe, est morte    France. Les généraux se révoltent    Covid-19: la pandémie franchit la barre du million de morts dans le monde    Real Madrid: Kroos indisponible deux semaines    Brèves    Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Allemagne : Schalke 04 se sépare de son entraîneur David Wagner    Cheb Khaled: «Maroc, Algérie, Tunisie... Un seul peuple séparé par l'histoire»    Colère et indignation après le meurtre de Naima (micro-trottoir)    Arts : les résultats du programme exceptionnel de soutien 2020 dévoilés    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc    La chanteuse Chama Zaz tire sa révérence    US Round Up du lundi 28 septembre Présidentielle/Floride, Amy Coney Barrett, De Blasio, Célébrités    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    Bilan quotidien: 1422 nouveaux cas au Maroc, dont 542 à Casa-Settat    Le Liban, nouveau protectorat français ?    K-pop : 10 millions de vues pour la nouveauté des Blackpink    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 08 - 2020


Il vient de publier «Lettre à mon homme»
Telle une longue lettre, ce récit interpelle, comme en laboratoire, le statut de la femme fragilisé le long de l'Histoire humaine, parce que «désarticulé par l'omnipotence du masculin qui, à travers les âges, s'est évertué -et continue- à dominer sans partage, du moins pas en bonne et perfectible volonté».
Dans son nouveau roman «Lettre à mon homme», l'auteur marocain, Najib Bensbia, se glisse dans la peau d'une femme qui s'adresse à «son homme» au ton personnel. Elle lui parle en tant qu'amie, amante, épouse, sœur, peut-être également sa fille. Elle trace face à son regard, atrophié par un aveuglant sexisme, ce qu'il en a fait depuis l'aube des temps, au sortir de l'Eden après avoir croqué la pomme", précise l'auteur dont le récit est une interpellation. Ce «sortir de l'Eden» est, pour lui, une image évidemment. Mais en cela, «Lettre à mon homme» est un condensé «chirurgical» de la condition de toutes les femmes du monde, quelles que soient leurs religions, leur culture, leur «appartenance» matrimoniale… «C'est en cela que les articulations faites par la narration déambulent entre l'approche normative, sociologique, philosophique, anthropologique, sémiotique même...», enchaîne-t-il à propos de son oeuvre. Au-delà de ces approches, la femme en appelle à l'entendement libérateur au prix de la rébellion, la révolte, la mise en procès et, surtout, dans l'appel à l'acceptation de l'égalité intégrale entre ‘'elle'' et ‘'lui'' en tout.
Telle une longue lettre, ce récit interpelle, comme en laboratoire, le statut de la femme fragilisé le long de l'Histoire humaine, parce que «désarticulé par l'omnipotence du masculin qui, à travers les âges, s'est évertué – et continue – à dominer sans partage, du moins pas en bonne et perfectible volonté».
A travers les âges de la civilisation humaine, la femme a, en effet, été maintenue dans une servilité qui s'est peaufinée selon les sociétés, les us et coutumes ainsi que la prépondérance politique qui guident la société globale. «L'instrumentalisation n'est pas que directe, sociale, sociétale pour ainsi dire, mais également et surtout politique», avance l'auteur. Pour lui, malgré les avancées et les acquis, la femme n'est pas à l'abri d'un retour de manivelle, surtout que la tendance aujourd'hui est à la manipulation de tous les instincts primaires chez l'homme (au sens général). «Et en cela, la culture dominante et la religion (qui en est la matrice) refonde en cercle ‘'in''vertueux la mise sous tutelle permanente, décadente, aléatoire de plus de la moitié de l'Humanité arborescente», estime-t-il.
Dans un style direct, qui crée une rupture étiologique avec la langue de bois, ou le formalisme linguistique de civilité bien entretenue, «Lettre à mon homme» peut être considéré, à la limite, comme étant un véritable réquisitoire qui passe au peigne fin ce que le masculin (le macho, le violeur, l'incestueux, le simple «asserviteur»...) a fait de sa compagne, cette création divine dotée de beauté, d'intelligence, de sens performant de la gestion et de l'administration des choses de la vie. «Or, parce que le temps humain est délabré par le regard borgne, désemparé parfois, à sens unique tout le temps, l'homme (le masculin s'entend) n'a voulu voir en la femme qu'un déversoir de tant de choses dont la sexualité est l'intime corollaire», ajoute l'auteur.
C'est en ce sens que le récit fait un parcours sinueux de ces espaces de servilité qui continuent d'hypothéquer la liberté de la femme en tant qu'être plein et entier. La narration fait un survol-diagnostic du vécu de ‘'cette dame'' qui orne nos espaces de vie de tant de raffinement, de joie et de bonheur. "Or, au lieu qu'il s'en aperçoive pour en jouir avec partage de bonne intelligence, «il» s'ingénue à redoubler de manigances pour mieux endiguer les élans d'envol qui font désormais de la femme le lieu et le centre des décisions de bonne gouvernance», martèle l'auteur.
Comme le récit est décliné par une femme à l'endroit de «son» homme, par-delà le ton acerbe, parfois crû, qui enveloppe l'ensemble du texte, il est dans l'ordre naturel des choses que cette lettre fût écrite en veillant à la faire signer avec beauté, esthétique de bon escient et un bémol de raffinement qui a l'ambition «d'entraîner la/le lectrice/lecteur dans les labyrinthes du temps qui ne pardonne pas».
Car, cette dame, qui est notre épouse, notre sœur, notre amie, une proche en tous les cas, ne cesse de se réveiller tout le temps en sursaut : «Parfois, alors que je suis endormie, je vois comme des flashs, des faisceaux de lumière qui viennent estomper mon regard. Comme si, en plein sommeil, je rêve tout en ayant l'impression, la sensation, la certitude qu'une partie de moi reste éveillée. Je me vois en train de rêver. Et, quand je me réveille, je vois les choses autrement. Au travers de ce mi-rêve, mi-éveil, je constate que mon univers de femme, parmi les femmes, subit des électrochocs, par intermittence mais à cadence régulière, chronométrée à la millionième seconde près», lit-on dans l'oeuvre qui vient d'être publiée par Orion Editions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.