Guerguarat : Le Burkina Faso réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Guergarate : La République tchèque salue l'engagement du Maroc à maintenir l'accord de cessez-le-feu    Concentrateurs d'oxygène, la ruée inutile    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 24 novembre    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    La Mauritanie assouplit son visa pour les entrepreneurs marocains    Aéroport de Marrakech: baisse du trafic aérien à fin octobre 2020    Pêche côtière et artisanale : Repli de 4% des débarquements à fin septembre    La Bourse de Casablanca finit dans le vert    Modèle de développement : Le processus de consultations de la CSMD touche à sa fin    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à «Daech»    Ahmad Ahmad sanctionné: la CAF a fait une nouvelle annonce    Campagne de vaccination: Ait Taleb a donné plus de détails    Maroc: la tendance baissière se confirme (Covid-19)    Laâyoune: un policier retrouvé mort chez lui (DGSN)    #Démasquons_la_violence : 16 jours contre les violences faites aux femmes    Milan et Ibrahimovic, fortes têtes à Naples    Holmarcom s'allie à un danois pour se développer en Afrique    Le Parlement libyen tient une séance de L consultations àTanger    Mohamed Ramadan s ' attire les foudres du public    Le Maroc réitère son attachement à la Convention sur les mines anti-personnel    Covid-19 : durcissement des mesures dans plusieurs villes du Maroc    Gad El Maleh ne sera pas père de prince    Visa for Music 2020. Une édition digitale sous le signe de la résilience    Thaïlande: Bras-de-fer entre la jeunesse et l'institution monarchique    L'ancien président Nicolas Sarkozy jugé pour corruption    Mise en garde contre les conséquences de la violation du cessez-le-feu par le polisario    Danone prévoit la suppression de 1 500 à 2 000 postes    La consommation excessive de viandes rouges et transformées, de sucre et d'alcool favorise certains types de cancers    Météo: enfin de la pluie au Maroc, les villes concernées    Gestion des déchets : où en est le Maroc ?    Pep Guardiola prolonge son contrat à Manchester City    Etats-Unis : Biden va commencer à dévoiler son gouvernement    Exposition. L'art en Afrique médiévale à l'honneur à Washington    «Je te quitte», premier clip de la chanteuse Amina    La galerie 38 accueille son univers    Le FICMEC aura lieu du 14 au 19 décembre    Le Napoli rate sa chance, l'AC Milan seul leader    Pedro Sanchez. Le Maroc sous pression migratoire    Maroc-Allemagne : le contrat d'exécution de TraCs Maroc signé    Botola Pro : Une nouvelle identité visuelle !    Liverpool refroidit Leicester, Arsenal inquiète    Italie: Plus de 100 personnalités apportent leur soutien au Maroc pour le Sahara    Israël-Arabie saoudite. Netanyahu en secret chez MBS    Maroc : Lancement du 7è Prix national de la lecture    Selon le dernier communiqué de la FRMF : Une Botola professionnelle féminin est en vue !    El Arabi testé positif : Son club, l'Olympiakos, proteste officiellement auprès de la FIFA !    "Hab Matmoura " , nouveau recueil poétique d'Amina Hassim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mais où est donc Charlemagne ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 30 - 10 - 2020

«Aujourd'hui nous recevons trois éducations différentes ou contraires: celles de nos pères, celles de nos maîtres, celle du monde. Ce qu'on nous dit dans la dernière renverse toutes les idées des premières».
Charles de Montesquieu
Qui a eu cette idée folle d'inventer l'école ?
On aurait tendance à attribuer l'enseignement en institution scolaire ou même universitaire à Charlemagne puis à Ferry, mais la réalité est autre, car dès l'antiquité et l'Egypte ancienne l'école a existé, pour un apprentissage premier de l'écriture et de la lecture.
La consonance de groupes d'apprentissage a érigé les piliers de la connaissance à travers le partage de connaissances et l'amélioration des acquis pour une élévation. S'élever pour élever les autres. L'école pour concevoir, inventer, améliorer les connaissances partagées par le maître. La relation maître/élève est ses origines implique un transfert du savoir enseigner mais surtout la relation ; où le rôle du maître est de permettre l'élévation. Soit «amener un être vivant à son plein développement» si on revient à l'étymologie première du mot «élève». Etre «élève» relevait du privilège d'être enseigné d'un art. Quand on parle d'art, on parle également d'apprentissage de la pensée, de la réflexion, de la capitalisation du savoir... L'élève disciple devenant lui-même instrument d'apprentissage et apportant sa pierre à l'édifice de la connaissance humaine.
Mais alors si l'institution et ses maîtres se dédommagent des élèves, peut-on encore parler d'enseignement ? Alors définition simplette : le maître est garant de la sécurité émotionnelle et permet cette élévation au sein d'une communauté pensante pour une implication certaine d'un individu accompli au sein de sa société.
Nos enfants sont avides de connaissance. Nos enfants sont avides d'apprendre. Nos enfants sont avides de maître. Nos maître sont avides de maîtrise. La maîtrise passe par la sécurité émotionnelle des enseignants et des institutions. La sécurité émotionnelle de notre communauté passe par la maîtrise émotionnelle. Il est évident que regarder dans les yeux de la mère vacillante est on ne peut plus angoissant.
Seul un maître est dans l'acceptation de ses erreurs pour améliorer, sauver, construire, apprendre, avancer, mais si le maître gouvernant est dans le déni de l'erreur pourtant humaine, que faire ?
Avons-nous le temps pour une thérapie gouvernementale ? Les vagues s'échelonnent devant l'irresponsabilité civique sanitaire de disciples sans maîtres. Si le maître ne sait pas marcher, comment le disciple pourrait apprendre à marcher. Si la voie est introuvable pour le maître, comment le disciple pourrait la suivre ?
Tout parcours initiatique débute par une voie claire en vue d'un accomplissement et passe par un dialogue salvateur.
Les 30% d'analphabètes saupoudrés des 80% d'irresponsables conscients et inconscients. Car l'humain devant tout conflit désagréable inattendu n'a d'autres choix que le déni, le clivage et le refoulement spontanés ; ou l'acceptation, l'intégration et l'adaptation beaucoup plus fastidieux.
Pour la maîtrise du problème Covid, il aurait fallu un cheminement consciencieux vers une maturité d'adaptation à la réalité de la vie covidienne. Comment ? Par la sensibilisation et la prévention. Il y a longtemps avec l'école de l'absorption passive que l'élévation a été troquée pour l'éducation. Mais même l'éducation simplette préventive propagandiste a été écartée par déni d'une réalité de changement de paradigme de vie, sur Terre en tout cas.
Peut-on parler d'irresponsabilité consciente ? Et de qui ?
Nos enfants attendent le 7ème jour pour une nouvelle voie.
Quelle ironie ! Le chiffre 7. Le 7 septembre signe l'avenir de l'humanoïde. L'humain étant aujourd'hui obsolète. Trop de chair et de sang. Trop d'émotions. Trop d'attentes. Trop de trop. Donc construisons l'humanoïde de demain. Chers parents ! On vous offre : Soit option 1/ «Un enfant en classe à distance, devant un écran, désocialisé, associalisé, esseulé de sa communauté et virtualisé» avec les retombées addictives, anxieuses, dépressives et j'en passe. Soit option 2/ «Un enfant scaphandrier autiste malgré lui gardant ses distances en classe et responsable de lui-même s'il tombe malade, et vous avec !» avec les mêmes retombées psychogènes dés intégratives.
Entre la peste et le cholera, mon cœur balance.
Nos enfants peinent et nous avec. Un jour sur deux ou trois jours/huit. On ne sait plus compter. On se perd. Les objectifs sociabilisants sont loin d'être de mise et l'apprentissage sous stress n'a jamais porté ses fruits.
Nous n'avons jamais vu autant d'enfants angoissés qui se ruent en consultation. Quel futur pour nos enfants ? La question est posée. Je


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.