Coupe du Trône: Le Raja, sans forcer, se qualifie aux quarts de finale    L'ONU proclame le 10 mai Journée internationale de l'arganier    Près de 3,8 millions de personnes vaccinées au Maroc    Mercato: quel club choisira Erling Haaland ?    «Massar»: La version mobile lancée    Toyota Corolla Cross Roads : la famille s'agrandit    Maroc : 18 pays sur la liste noire    Covid-19 / Maroc : 594 nouveaux cas, 557 guérisons et 8 morts    Incapable d'apaiser le Hirak, Tebboune s'en prend au Maroc !    Approbation de projets de loi    Le PPS exhorte le gouvernement à protéger le pouvoir d'achat    Le crédit maintient sa tendance baissière    La TVA, principale composante qui influence le secteur informel    Mémorandum d'entente entre la CGEM et l'UM6P: Un rapprochement au service de la recherche appliquée    Automobile: Hausse des ventes de 6,23% à fin février    Les projets de mise en œuvre de la loi cadre relative au système d'éducation présentés à Rabat    Salé: ouverture d'une enquête suite au décès d'une fille    Casablanca: nouvelles coupures d'eau prévues par la Lydec    L'Allemagne réagit à la décision du Maroc    Averses orageuses localement fortes le 3 mars dans plusieurs provinces marocaines    L'Iran n'est plus suspendu pour refus d'affronter Israël    Grèce : un séisme de magnitude 6,3 au centre du pays    Badiâa Bouya, référence avérée de l'art culinaire marocain au Rwanda    Musique: le refrain classique des fins de mois !     Bartomeu relâché mais l'enquête se poursuit    Message du roi Mohammed VI au président bulgare    Signature de 12 contrats-objectifs et lancement du projet du géo-portail national des documents de l'urbanisme    L'œuvre de Churchill représentant la mosquée Koutoubia vendue à 7 millions de livres sterling à Londres    «La création et l'art face à l'extrémisme et au discours de la haine»    Décès de la légende du reggae Bunny Wailer    «Itsxanaxx/Xanaxx» lance «Flex» en featuring avec d'autres artistes    Le coach limogé de la journée : Madihi (RBM) partant, Jrindou arrivant !    Ligue des Champions : Le Horoya sera bel et bien à Casablanca !    Le Maroc, puissance diplomatique émergente, se dote d'une voix audible en Afrique    Contribution financière du Maroc au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Participation du Maroc à la 155ème session du Conseil de la Ligue arabe    Une plainte visant les attaques chimiques attribuées au régime syrien déposée à Paris    Camille Sari: La formation et l'égalité des chances feront du Maroc un hub pour les investissements étrangers    Johnson soutient une éventuelle candidature Royaume-Uni/ Irlande au Mondial 2030    Election à la présidence de la CAF : Le candidat ivoirien se révolte contre la FIFA !    Pays-Bas : explosion près d'un centre de dépistage Covid-19    L'Association d'amitié maroco-israélienne voit le jour aux Etats-Unis    15.754 audiences à distance et 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    Concerts live et sessions digitales au menu de la nouvelle édition de Visa For Music    Spike Lee prépare une série documentaire pour le 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre    Baie de Cocody: Les ouvrages maritimes achevés    Sahara marocain: des personnalités canadiennes lancent un appel à Joe Biden    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Face à la légitimité historique de la marocanité du Sahara : Le discours du polisario ne tient pas
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 11 - 2020

Alors que la marocanité du Sahara tient ses racines d'une réalité historique et des faits incontestables, le polisario continue de produire des récits infondés et contradictoires construits sur des discours de propagande.
«L'organisation séparatiste qui réfute la marocanité du Sahara ne possède que des récits épars. Des récits basés sur des entretiens oraux et des semblants de rapports de réunions, postdatés généralement, des constatations et des déclarations de mémoire des uns et des autres, en l'absence d'une réelle production historique, archivistique et scientifique homogène et non partisane», explique une récente analyse de Policy Center for the New South baptisée «Le polisario : point d'histoire, plutôt un discours mémoriel» réalisée par Khalid Chegraoui, professeur titulaire d'Histoire et d'Anthropologie politique, et Nourreddine Jallal, docteur en Science Politique de l'Université Paris-I-Panthéon Sorbonne.
Les auteurs de ce «policy paper» décryptent la question de l'origine et la production des différentes «histoires» liées à cette organisation et reviennent sur la création du polisario. Ce document met les évènements dans leur contexte et passe au crible les différents référentiels et aspects historiques de la naissance de ce mouvement séparatiste en mettant en lumière les ambitions de ses dirigeants. Cet exercice met également l'accent sur la contribution de certains pays de la région dans l'évolution des choses.
Tribalisation pour imposer les diktats des dirigeants des camps
Cette organisation séparatiste tente de légitimer la possibilité de l'existence de l'Etat hors du cadre imposant de l'histoire. Le fondement de l'approche du polisario souffre de l'absence de définition et de délimitation historiques, culturelles et économiques fonctionnelles qui légitiment l'existence ou la nécessité de la production de l'Etat dans une forme indépendante. Le polisario essaie de tribaliser le concept. Ce qui fera que la tribalisation sera le seul moyen de pouvoir continuer à imposer les diktats de la nomenclature dirigeante des camps.
Le document fait référence à cette pratique ayant fait ses preuves de maintien de l'autoritarisme en Libye à partir de 1975 (dans un processus de tribalisation de l'Etat sous le régime Kadhafi). Par ailleurs, plusieurs facteurs déterminent l'histoire du polisario.
Séquelles de la guerre froide
«Au retour à l'atmosphère de la guerre froide, les choix idéologiques des pays de la région et leurs positionnements vont avoir des impacts, même post-guerre froide, sur les relations inter-étatiques dans la région. Le choix pro-occidental du Royaume du Maroc, par rapport au positionnement pro-soviétique de l'Algérie, en plus de la Libye de Kadhafi, soutenue à ses débuts par le régime nassérien, qui n'a pas manqué d'intervenir militairement et politiquement dans la région, surtout lors du conflit de la guerre des sables entre le Maroc et l'Algérie, pour le compte d'Alger, vont envenimer et pérenniser l'animosité maroco-algérienne depuis 1963 à nos jours», relève cette étude.
D'autres éléments s'ajoutent à ce contexte comme par exemple le conflit sur le tracé frontalier entre les deux pays, les contradictions personnelles entre les décideurs algériens de l'Armée de libération populaire, à leur tête le président Boumediene, et le FLN, parti unique de l'époque, la présence des bases américaines au Maroc jusqu'en 1973, la présence cubaine en Algérie et sa participation au mouvement anti-marocain et la création des instances militaires et du renseignement du polisario. Les deux auteurs affirment que c'est dans la ville de Zouerate, en Mauritanie, que le polisario verra le jour le 10 mai 1973. Cantonné par la suite dans les camps de Tindouf.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.