La Cour des Comptes publie son rapport sur les services publics en ligne    Flash hebdomadaire    Finale de la coupe de la CAF : La RSB en pole position    Bouskoura. Mort par asphyxie de 3 ouvriers dans un canal des eaux usées    Coopération bilatérale : Bourita s'entretient avec son homologue libérien    Rabat : Arrestation d'une quadragénaire qui vendait illégalement, des boissons alcoolisées    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    49ème édition du cycle de conférences de la Fondation Attijariwafa bank : Valeurs éthiques et vivre-ensemble au centre des échanges    Le Festival international de musique andalouse à Casablanca    1er numéro du «Bulletin du patrimoine de Marrakech et de sa région»    Journée internationale : La diversité biologique célébrée à Rabat    Casa Transport lance les travaux d'une trémie au niveau de Ghandi    L'Arabie Saoudite intercepte des missiles visant la Mecque et Djeddah    Service militaire : Le nombre de candidats dépasse toutes les espérances    L'ancien ministre RNIste, Taieb Bencheikh, n'est plus    Huawei ne cédera pas à la pression de Washington, assure son fondateur    P&G renouvelle son opération solidaire "Iftar Saem"    Les professeurs universitaires annoncent un grève nationale    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Casablanca-Settat : Destruction de 56 tonnes de produits alimentaires impropres à la consommation    CAN2019. Mascotte, plateforme de vente de billets... l'organisation s'active    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Kylian Mbappé élu meilleur joueur du Championnat français    Le CESE donne la parole aux citoyens    La CGEM octroie son Label RSE à Géocycle Maroc    Abdelhak Zerouali, le maître du monodrame    Salon Viva Technology. Quid de l'offre Maroc ?    US – Iran : Téhéran minimise les risques de conflits malgré les menaces américaines    Les sans-papiers protestent à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle    La Chambre d'agriculture de Draâ-Tafilalet primée en Tunisie    Edito : INDH évolutive    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    Et si notre amnésie était dégénérescente… ?    Ramadan et diabète riment obligatoirement avec des dispositions spécifiques    Divers    Ces Marocains dits de la 3ème et de la 4ème générations Tiraillés entre l'identité revendiquée et celle attribuée    WhatsApp attaqué par Pegasus    Projets d'extension de la SOMACA et de création d'un Institut de formation aux métiers de l'automobile à Casablanca    Mohamed Jalid Les intellectuels marocains ne sont pas suffisamment ouverts sur les médias !    L'humoriste Bassou offre un spectacle captivant au public r'bati    Meknès abrite son premier Festival international du film arabe    Egypte: Près de 17 blessés dans l'explosion d'un bus touristique    Caire. Au moins 17 blessés dans une explosion visant un bus de touristes    Une délégation de la Direction du PPS au Mausolée Mohammed V    Washington dans le bourbier vénézuélien…    Les Pays-Bas remportent l'Eurovision 2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il tue sa mère au nom du paradis
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 06 - 06 - 2005

Souffrant de troubles psychiques, Adel, 23 ans, a tué sa mère en lui assénant des coups violents, pour qu'elle aille au paradis. Après l'avoir égorgée, il se présente de son plein gré à la police et passe aux aveux.
Vendredi 3 juin. Les aiguilles de la montre indiquaient 8h 30mn. Quelques éléments de l'arrondissement de police d'El Oulfa, préfecture de Hay Hassani, à Casablanca n'ont pas encore fermé l'oeil. Ils assurent la permanence du service.
Un jeune homme, Adel, vingt-trois ans, bien habillé, le sourire aux lèvres, s'est présenté aux policiers. Le jeune homme les a fixés de ses yeux avant de balbutier calmement : « J'ai tué ma mère ». Le policier l'a scruté de haut en bas pour se rassurer qu'il est en état normal.
Puis, il l'a longuement interrogé. Le jeune homme lui fait l'aveu de son crime. Le policier réfléchit un moment avant d'entreprendre une action contre celui-ci.
C'est la première fois qu'il soit confronté à une pareille situation. Hésitant, le policier n'a pu prendre seul la décision. Il alerte alors son chef. « Cette personne avoue avoir tué sa mère », avise-t-il son chef.
Sereinement, le chef de l'arrondissement a demandé au jeune s'il a vraiment tué sa mère. « Oui, je l'ai tuée », avoue le jeune homme qui semble être conscient de son aveu.
Le chef de l'arrondissement et son limier n'ont pas quitté du regard Adel qui se tenait calmement sur une chaise. Le chef remarque une tache de sang sur ses chaussures. Ainsi, le chef ordonne à ses limiers de se rendre au domicile du jeune homme. L'aveu du jeune homme semble sérieux. Une fois arrivés, les éléments de la police ont été conduits par Adel vers une chambre située au premier étage. Ils retrouvent un corps étendu sur un lit couvert par un drap. En levant le drap, ils n'ont pas cru leurs yeux. Horrible crime !
La femme allongée sur le lit est égorgée et sa tête est fracassée. C'est bel et bien sa mère, Zoubida Bahir. Née en 1944, elle est divorcée et mère de cinq enfants. Cependant, une question s'impos: Pourquoi l'a-t-il tuée?
Invraisemblablement, le fils a tué sa mère pour qu'elle aille au paradis.
«Je veux qu'elle soit au paradis…Elle a beaucoup souffert et je n'aime pas qu'elle soit à l'enfer», a-t-il déclaré aux enquêteurs.
Abandonnant ses études suite à des troubles psychiques, Adel a été interné à maintes reprises à l'hôpital psychiatrique Ibn Rochd.
«Ma mère, tu dois m'accompagner au paradis», disait-il à chaque fois à sa mère. Cette dernière ne prenait pas ses paroles au sérieux surtout qu'il est malade. Et il a pris la décision de l'obliger de regagner le paradis. Le choix du jour pour commettre son crime était important à ses yeux. C'était un vendredi.
Vers 6h du matin, il s'est réveillé. Après quoi, il est rentré à la chambre de sa mère. En se tenant devant son corps, il lui a asséné des coups violents sur sa tête par un clé à molette. La mère a lancé un cri strident. Le fils lui a ajouté quatre autres coups à l'aide de la même arme avant de prendre le couteau et l'égorger comme un mouton. En se rassurant qu'elle a rendu l'âme, il a lavé ses mains et a changé ses vêtements pour se rendre au commissariat de police. Il a attendu l'ouverture de ses portes pour y rentrer et passer aux aveux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.