Casablanca accueille l'assemblée générale de l'Union mondiale des professions libérales    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Textile : Les deux salons ont connu un beau succès, selon l'AMITH    Barid Al Maghrib étoffe son offre digitale    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Brèves Internationales    Un Monde Fou    Brèves    Le Parquet général suscite la polémique au Parlement    BAM : L'encours des financements par Mourabaha totalise 7,17 MMDH    Maroc PME organise la Semaine de l'entreprise dans la Région de Laâyoune-Sakia El Hamra    La 4ème Commission de l'ONU exprime son soutien au processus politique au Sahara    Bachir Edkhil : L'option référendaire est caduque    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Paris Jackson arrêtée en plein cœur d'Hollywood    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Clasico au Camp Nou : Valverde a "confiance" malgré les violences    Réforme de la C1 : Lampard opposé à la multiplication des matches    Liga: Duel à distance entre Real et Barça    A Madagascar, l'électricité reste un produit de luxe    Bella Hadid se livre sur son état mental    La Twittoma, ou comment les réseaux sociaux servent la bonne cause    Divers    L'ANRUR, un mécanisme d'amélioration du paysage urbain et architectural    Le jour où un des acteurs de Friends a failli être renvoyé à cause de Jennifer Aniston    Pourquoi Kate Winslet s'est fait tacler par la Reine Elizabeth II    Pitt vs Jolie : Pourquoi le couple star n'a toujours pas entériné son divorce    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    «Pour Sama» : Le témoignage bouleversant d'une jeune mère à Alep    Le CSCA sanctionne Radio Méditerranée    Filière équine : Une stratégie créatrice de richesse    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Coupe du Trône de tennis: L'ACSA pour la 9e fois    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    Et la vie continue…dans un autre corps    Les lauréats du Prix de la culture amazighe dévoilés    Casablanca : Le groupe Akdital ouvre deux nouveaux établissements de santé    Réforme de l'enseignement. La Commission de suivi prépare sa réunion inaugurale    Loi de Finances 2020 : Benchaâboun passe l'oral devant les parlementaires    Raja. Le trésorier du club détaille le rapport financier    Météo: Le temps qu'il fera ce vendredi    Tanger : Un nouvel espace d'insertion pour les jeunes handicapés mentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il tue sa mère au nom du paradis
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 06 - 06 - 2005

Souffrant de troubles psychiques, Adel, 23 ans, a tué sa mère en lui assénant des coups violents, pour qu'elle aille au paradis. Après l'avoir égorgée, il se présente de son plein gré à la police et passe aux aveux.
Vendredi 3 juin. Les aiguilles de la montre indiquaient 8h 30mn. Quelques éléments de l'arrondissement de police d'El Oulfa, préfecture de Hay Hassani, à Casablanca n'ont pas encore fermé l'oeil. Ils assurent la permanence du service.
Un jeune homme, Adel, vingt-trois ans, bien habillé, le sourire aux lèvres, s'est présenté aux policiers. Le jeune homme les a fixés de ses yeux avant de balbutier calmement : « J'ai tué ma mère ». Le policier l'a scruté de haut en bas pour se rassurer qu'il est en état normal.
Puis, il l'a longuement interrogé. Le jeune homme lui fait l'aveu de son crime. Le policier réfléchit un moment avant d'entreprendre une action contre celui-ci.
C'est la première fois qu'il soit confronté à une pareille situation. Hésitant, le policier n'a pu prendre seul la décision. Il alerte alors son chef. « Cette personne avoue avoir tué sa mère », avise-t-il son chef.
Sereinement, le chef de l'arrondissement a demandé au jeune s'il a vraiment tué sa mère. « Oui, je l'ai tuée », avoue le jeune homme qui semble être conscient de son aveu.
Le chef de l'arrondissement et son limier n'ont pas quitté du regard Adel qui se tenait calmement sur une chaise. Le chef remarque une tache de sang sur ses chaussures. Ainsi, le chef ordonne à ses limiers de se rendre au domicile du jeune homme. L'aveu du jeune homme semble sérieux. Une fois arrivés, les éléments de la police ont été conduits par Adel vers une chambre située au premier étage. Ils retrouvent un corps étendu sur un lit couvert par un drap. En levant le drap, ils n'ont pas cru leurs yeux. Horrible crime !
La femme allongée sur le lit est égorgée et sa tête est fracassée. C'est bel et bien sa mère, Zoubida Bahir. Née en 1944, elle est divorcée et mère de cinq enfants. Cependant, une question s'impos: Pourquoi l'a-t-il tuée?
Invraisemblablement, le fils a tué sa mère pour qu'elle aille au paradis.
«Je veux qu'elle soit au paradis…Elle a beaucoup souffert et je n'aime pas qu'elle soit à l'enfer», a-t-il déclaré aux enquêteurs.
Abandonnant ses études suite à des troubles psychiques, Adel a été interné à maintes reprises à l'hôpital psychiatrique Ibn Rochd.
«Ma mère, tu dois m'accompagner au paradis», disait-il à chaque fois à sa mère. Cette dernière ne prenait pas ses paroles au sérieux surtout qu'il est malade. Et il a pris la décision de l'obliger de regagner le paradis. Le choix du jour pour commettre son crime était important à ses yeux. C'était un vendredi.
Vers 6h du matin, il s'est réveillé. Après quoi, il est rentré à la chambre de sa mère. En se tenant devant son corps, il lui a asséné des coups violents sur sa tête par un clé à molette. La mère a lancé un cri strident. Le fils lui a ajouté quatre autres coups à l'aide de la même arme avant de prendre le couteau et l'égorger comme un mouton. En se rassurant qu'elle a rendu l'âme, il a lavé ses mains et a changé ses vêtements pour se rendre au commissariat de police. Il a attendu l'ouverture de ses portes pour y rentrer et passer aux aveux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.