Guinée équatoriale : 15 morts et 500 blessés dans des explosions accidentelles dans un camp militaire    Le Maroc, deuxième partenaire commercial africain du Mexique    Indemnité forfaitaire CNSS : Nouvelle vague de bénéficiaires    Voici le nouveau président du FC Barcelone !    DGSN: grosse opération anti-drogue à Laâyoune    Prévisions météorologiques pour le lundi 8 mars 2021    Après les troubles au Sénégal, la contestation appelle à de nouvelles manifestations    Manifestants asiatiques et rêve américain    La Marocaine Nora Fatehi, première arabo-africaine à franchir le cap du milliard de vues sur Youtube    Fatma El Ghalia Charradi, la férue du théâtre et de l' action associative    La jolie passe de trois du Wydad    Maymouna Amidan, une militante associative de Dakhla dévouée aux personnes vulnérables    L' ambassadrice du Royaume au Panama rappelle l' apport considérable de l'Afrique à l' espace francophone    Le Raja Casablanca et le Youssoufia Berrechid se quittent sur un nul (VIDEO)    Tanger Med vu par les espagnols    Salma Azzaoui, une sportive marocaine au défi de la rudesse du soccer américain    Quand le Maroco-Allemand, Mohamed Hajib, condamné pour terrorisme, faisait l'apologie des attentats-suicides    Mohamed Essoulimani expose sa dimension spirituelle de la femme    Sahara : Les Nations unies reconnaissent la difficulté de nommer un envoyé spécial    La promotion des droits sociaux et économiques de la femme au cœur des objectifs majeurs de l'INDH    Irak : le pape prie pour les «victimes de la guerre»    Le Bayern rassure sur la blessure de Jérôme Boateng    Alerte météo : averses orageuses et chutes de neige le 7 mars dans plusieurs provinces marocaines    Recrudescence du variant anglais du Covid : le Maroc referme ses frontières    Exposition: sensualité et audace    «Tisser le temps politique au Maroc»    Merkel et son parti voient leur étoile pâlir    Déclaration du CA avant le 1er avril    Une semaine sous le signe de la stabilité    Alerte météo: fortes averses prévues au Maroc ce dimanche    La femme est appelée à s'affirmer dans les divers registres de la vie sociétale    CNSS : Les crèches privées seront indemnisées    L'or inexploré tchadien dans la ligne de mire du marocain Marita Group    Après Espérance -Zamalek : Bencherki en altercation violente avec le coach !    Maroc-Royaume-Uni : une nouvelle route maritime pour contourner les problèmes frontaliers du post-Brexit    La Biélorussie réclame l'extradition de Svetlana Tsikhanovskaïa    L'étape actuelle exige une implication de tous    Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    L'émancipation des femmes passe par casser le «plafond de verre»    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    CAN U20 : Le Ghana, champion d'Afrique !    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar        Obésité et Covid-19 : le choc fatal entre deux pandémies    Maroc : Les barrages remplis à 50%    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dialogue interreligieux au service des nouvelles générations : Les Oulémas travaillent sur la transmission de la mémoire
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 01 - 2021

Le patrimoine culturel du Maroc compte quelque 2.500 titres écrits et produits avant le 20ème siècle par les juifs marocains caractérisés par une originalité dans les différents domaines.
La préservation de la mémoire est une composante centrale de notre identité. Sa transmission aux nouvelles générations et l'instauration du dialogue entre les cultures et les religions sont les passerelles pour des sociétés apaisées et ouvertes. Elles renforcent leur aptitude à l'altérité partant de la profondeur historique du Maroc. C'est dans ce sens que se tient du 25 au 28 janvier 2021 la e-conférence internationale «Préserver et transmettre la mémoire pour ancrer l'altérité» organisée par la Rabita Mohammadia des Oulémas, par le biais de son Centre Ta'aruf (Morocco Interfaith and Peacebuilding Research and Training Center) en partenariat avec la Fondation Mémoires pour l'Avenir (FMA) et Archives du Maroc et avec le soutien de l'ambassade des Etats-Unis au Maroc. Ce webinaire fait suite à la 1ère Conférence régionale pour la préservation du patrimoine culturel des communautés religieuses (Rabat, 3-4 octobre 2019), tenue par le ministère marocain des affaires étrangères et de la coopération internationale en partenariat avec la Rabita Mohammadia des Oulémas et l'ambassade des Etats-Unis.
Notre héritage commun à l'épreuve du temps
A l'ouverture de cet événement, Ahmed Abbadi, SG de la Rabita, a mis l'accent sur les défis communs qu'il faut surmonter collectivement (défis climatiques, défis liés à la rupture du dialogue, défis liés à la peur de l'autre, recours à l'armement, escalade entre puissances dans le monde, perte de temps et des savoirs ou encore les addictions). Il a également expliqué que cette période de Covid-19 nous a permis de tirer des enseignements, de classer nos propriétés et de se focaliser sur l'essentiel. Pour lui, il faut prendre conscience de toutes ces problématiques et s'inspirer de notre mémoire pour ensemble les surmonter. Pour sa part, André Azoulay, conseiller de sa Majesté le Roi, est revenu sur l'expérience marocaine. «Parler d'histoire dans nos familles n'est pas un mode rhétorique, il est simplement un mode social profondément ancré dans nos vies», explique-t-il. M. Azoulay est revenu sur Bayt Dakira (Maison de la Mémoire) la définissant comme un espace qui raconte ce qu'ont été cette mémoire et cette histoire marocaine. «Ce que nous voulons c'est que cette histoire ne soit pas simplement le constat d'hier mais qu'elle nous permette d'écrire cette histoire-là (en tout cas s'agissant d'Islam et de Judaïsme au Maroc) au futur», souligne-t-il précisant qu'un an après la visite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à ce lieu on a vu se développer une «dynamique absolument exceptionnelle». Il cite comme exemple la création spontanée de près de 100 clubs de tolérance dans les différents lycées et écoles de la ville d'Essaouira.
«Zakhor» : La communauté juive marocaine attachée
à ses racines
«Zakhor», souviens-toi en hébreu, traduit cet attachement aux racines. Cultures savantes, juridiques et théologiques, poétiques et musicales, littéraires et linguistiques, le patrimoine juif matériel et immatériel du Maroc est profondément riche. Ainsi, le patrimoine culturel du Maroc compte quelque 2.500 titres écrits et produits avant le 20ème siècle par les juifs marocains caractérisés par une originalité dans les différents domaines, notamment dans le domaine de la théologie, de la philosophie et de la littérature, indique Serge Berdugo, SG du Conseil de la communauté israélite du Maroc. Le Maroc abrite plus de 600 lieux saints. Des milliers de pèlerins rendent chaque année visite à la terre de leurs ancêtres qui sont devenus un lieu de rencontres entre juifs originaires du Maroc. Ils viennent de plusieurs pays dans le monde et se réunissent autour de «Hiloula». Plus de 40.000 pèlerins sont accueillis au Maroc chaque année en coordination avec les autorités locales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.