Espagne : Le Sénat rejette une proposition de Vox réclamant des sanctions contre le Maroc et l'Algérie    «Fournir au Maroc du GNL regazéifié en Espagne ne nuira pas à nos relations avec l'Algérie»    Maroc : Aziz Akhannouch préside une réunion consacrée à la relance du secteur touristique    Tourisme: Akhannouch et les acteurs se penchent les axes de la relance    Industrie. Le Maroc, un des pays les plus compétitifs au monde (Mezzour)    Pape François: "Le leadership spirituel et les Prières du Roi Mohammed VI nous sont précieux"    Coupe de la CAF (finale): RSB/Orlando Pirates, pour consacrer la suprématie des clubs marocains sur la scène africaine    Météo Maroc: temps chaud avec chergui local ce vendredi 20 mai    La place boursière casablancaise clôture à l'équilibre    Légalisation électronique: un projet de décret adopté    «Jaw Jab» de la troupe du théâtre national de Mohamed Eljam présentée en Italie    Ibenge « fier » de jouer la finale de la Coupe de la CAF avec Berkane    Coupe du monde 2022 / Arbitrage : Jayed et Zourak ''qualifiés'' au Mondial !    Elespanol.com révèle comment le Citizen Lab a utilisé de «faux positifs» pour provoquer le scandale «Catalangate»    Jeu d'échecs : Casablanca abrite bientôt la « Chess Week »    L'établissement de relations « stables et de confiance » avec le Maroc est « primordial » (ministre espagnol)    Blé: le stock national du Maroc couvre quatre mois    Covid-19 au Maroc: 124 nouveaux cas, aucun décès    Variole du singe: les Marocains doivent-ils s'inquiéter ?    Maroc: tout ce qu'il faut savoir sur le congé de paternité    Erdogan déterminé à contrer l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'OTAN    Liban: La BM et l'ONU accordent 10 millions de dollars pour le port de Beyrouth    Accès à l'information sur la migration: Bouayach met en avant à New York le rôle des institutions nationales des droits de l'homme    Gabon: Aubameyang annonce sa retraite internationale    MAS : Le bel hommage des Massaouis à leur joueur Djedje Franck Guiza !    Adhésion à l'UE: L'Ukraine dénonce un traitement dégradant de certains pays européens    Les opportunités d'affaires au Maroc dévoilées aux opérateurs sud-coréens    Palestine-Canada / ACIA : les vins fabriqués en Cisjordanie ne sont pas d'Israël    Achraf Hakimi se confie sur son amitié avec Mbappé (VIDEO)    Fusillade de Buffalo: Le parquet ouvre une enquête sur le rôle des réseaux sociaux    Direction de la prison locale Tiflet 2: « Le détenu (M.L.H) n'a déclaré aucune grève de la faim »    Le Maroc et la Belgique veulent renforcer leur coopération dans le domaine de l'emploi    [ Interview ] Tout sur le grand retour de Jazzablanca (vidéo)    Musique Andalouse. Un concert aux couleurs de l'Espagne et du Maroc    Inclusion économique des jeunes : L'INDH montre la voie à Boulemane    Pass vaccinal ou test PCR pour accéder au territoire    Interpellation du suspect impliqué dans le vol d'une agence bancaire à Casablanca    Douanes : Des recettes records de 111,2 milliards DH en 2021    Football : le Marocain Aymen Barkok remporte l'Europa League    Video : un lapsus de l'ex-président américain George W.Bush fait le tour de la toile    Jazzablanca 2022 : Le programme dévoilé    Rabat : Hommage à l'écrivain jordanien Mustafa Alqorna, pour son roman "Chaos dans le jardin du diable"    «Ateliers de l'Atlas» 2022 : Un appel à projets lancé    Michel Fugain en «Causerie musicale» à Casablanca    Exploration gazière: Chariot lève 25,5 millions de dollars pour son projet Anchois    Mise en place d'une plate-forme numérique destinée pour les étudiants de retour d'Ukraine    La Russie expulse 85 diplomates de France, d'Espagne et d'Italie    La 15ème édition de Jazzablanca Festival du 1er au 3 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Éditorial : bien traiter les subsahariens
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 09 - 2005

Qui défend ces indésirables de troisième type ? Personne.
Le Maroc est de moins en moins un pays de transit pour les immigrés subsahariens. Il est devenu pour eux une terre d'accueil. Voilà qui doit normalement changer tout dans le comportement des autorités envers cette nouvelle réalité. Or, le Royaume n'a pas mis en place les structures idoines pour accueillir un flot continu de plusieurs milliers de candidats au départ chassés par les conflits, la sécheresse et la misère. Ni associations de défense des droits des intéressés, ni centres d'accueil appropriés. Rien. Pas même un discours sur ce phénomène et ses victimes. Résultat : les réflexes restent les mêmes. Le scénario aussi. Les forces de sécurité, police et gendarmerie, continuent de faire la chasse à l'homme et refoulent chaque jour des groupes de clandestins venus d'une Afrique meurtrie et aux abois. Pour montrer la mobilisation des autorités locales, la télévision marocaine avec ses deux chaînes diffuse régulièrement les images de migrants paumés, filles, garçons et parfois des bébés, débusqués dans les forêts du nord du pays où ils se cachent en attendant de gagner clandestinement Mellilia, Sebta ou traverser le Détroit. Images insoutenables d'êtres humains en proie à une détresse sans limites à qui l'on demande de dire en quelques mots leur calvaire devant les caméras. C'est tout. Les récits sont pathétiques. Déchirants. Après, on ne sait pas ce qu'il advient d'eux. Mais, généralement, ils sont présentés rapidement devant la justice avant d'être mis dans des autocars pour être refoulés vers Oujda, à la frontière terrestre algéro-marocaine. La plupart font un petit tour puis reviennent. Le cercle vicieux se poursuit.
Qui défend ces indésirables de troisième type ? Personne. L'Europe, notamment l'Espagne, fait pression sur le Maroc pour réduire le flot des clandestins désireux de s'installer en terre ibérique. Madrid se félicite même du caractère “exemplaire“ de cette coopération. Mieux, l'Union européenne a même tenté récemment de créer dans le Royaume -une manière de se débarrasser de la patate chaude- des centres d'accueil destinés à abriter ces migrants illégaux avant de les envoyer dans leur pays d'origine. Mais certains pays membres ont refusé ce projet qui sent l'hypocrisie. Ici, personne ne parle de droits de l'Homme ni de respect de la dignité humaine.
Reste que le problème demeure entier pour le Maroc. Certes, les plus débrouillards parmi les Subsahariens sont parvenus à s'installer au Maroc où ils vivent de petits boulots ou en faisant la manche dans les rues des grandes villes. Si Rabat devait s'occuper des immigrés en question en leur garantissant des droits, il lui faut des moyens colossaux dont elle ne dispose pas. Une chose est sûre : il est urgent de reconsidérer le drame des sans-papiers qui débarquent en masse au Maroc dans l'espoir de rencontrer un avenir meilleur. Il faut une autre politique moins brutale et plus humaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.