Maroc : La mise en œuvre des recommandations la Cour des comptes suivie grâce à une plateforme    Covid-19 : Les Marocains appelés à renforcer leur immunité collective    France : Borne entretient le suspense    Agadir : évaluation de la réactivité de l'Unité de Secours et Sauvetage des FAR    ONU: la Marocaine Najat Rochdi nommée Envoyée spéciale adjointe pour la Syrie    Botola Pro D1: le Wydad sacré champion du Maroc 2022    Grand prix de Tunis de para-athlétisme : Le Maroc totalise 11 médailles, dont 6 en or    Egtpte : Zamalek annonce le départ de Bencharki    « Art à Porter » à la galerie Marsam    «Sahran Lil» en collaboration avec Universal Music MENA    Le Festival de Fès de la Culture Soufie de retour en présentiel    Ateliers / Rabat : Modalités de fixation du prix de vente des médicaments    Bonne gouvernance et gestion locale : la nouvelle méthode Laftit    Mohamed Benchaâboun : « Le Maroc restera engagé pour la réalisation des objectifs conjoints de la TICAD »    Covid-19 au Maroc: le bilan de ce mercredi 29 juin    Anfa Park / Casablanca : Le programme du Jazzablanca Festival dévoilé    Détresse lors d'une veillée pour les migrants retrouvés morts dans un camion au Texas    Nouvelle vague de Covid-19: Les Marocains appelés à renforcer leur immunité collective (Tayeb Himdi)    Immigration illégale. Pedro Sanchez appelle au soutien du Maroc    L'état d'aménagement du littoral: ce qu'en pensent les Marocains (Sondage)    L'ACAPS tient sa masterclass à Casablanca (VIDEO)    Drame de Melilla : L'AMDH réclame des autopsies    Migration illégale: Pedro Sanchez appelle à aider le Maroc à faire face aux mafias    Variole du singe : plus de 3.400 cas confirmés dans le monde (OMS)    Les précisions de Chakib Benmoussa    Le sommet de Madrid organisé par l'Otan confirme une position unique antirusse    Futsal : La sélection nationale marocaine intègre le Top 10 mondial    Prix à la pompe : La barre des 16 dh pour le diesel et 18 dh l'essence bientôt franchie    Finance durable : l'AMMC et l'IFC signent un nouvel accord    Quand Kenza Hamoumi allie le végétal à la féminité dans ses toiles    Renault express fête sa 1ère année de commercialisation avec plus de 10 000 unités vendues au Maroc    OTAN: Biden annonce le renforcement des capacités militaires américaines en Europe    L'ONU alerte sur la recrudescence des violations des droits des enfants dans les zones de conflit    La chanteuse égyptienne Sherine est-elle en froid avec Saad Lamjarred ? (PHOTO)    Mustapha Hadji poursuit Vahid Halilhodzic pour diffamation    UE : Les 27 actent la fin du moteur thermique en 2035    Conseil de gouvernement: Positif au Covid-19, Baitas n'animera pas le point de presse    Europa Press : Assaut de Melilla, « Sánchez confirme des décès dans la police marocaine »    Coopération sécuritaire : Pourquoi le Maroc est de plus en plus sollicité ?    FORSA, bilan d'étape avec Fatim-Zahra Ammor (VIDEO)    Météo: les prévisions du mercredi 29 juin    Tétouan : un officier de police en garde à vue pour extorsion et corruption    JM Oran 2022 : Elliot Benchetrit file en quarts de finale    Ecriture et infini : La mystique en littérature pour l'amour de soi et de l'autre    Correspondances : Jalil Bennani et Roland Gori font le pari du Sud    Ouahbi: Le gouvernement engagé à parachever les importants chantiers issus de la réforme constitutionnelle    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.294 blessés en périmètre urbain en une semaine    Football U18 : Le Maroc bat l'Algérie aux Jeux méditerranéens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tout savoir sur les prévisions de la campagne 2021-2022
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 16 - 05 - 2022

Production céréalière, PIB agricole, exportation, élevage...
La production prévisionnelle des céréales principales baisserait de 69% par rapport à la campagne précédente. Le volume des céréales principales, en l'occurrence le blé tendre, blé dur et orge, devrait ainsi s'établir à 32 millions de quintaux. C'est ce qu'anticipe le ministère de l'agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts dans une récente communication. Les prévisions émises tiennent en effet compte de la faiblesse et du retard des précipitations. «La campagne agricole 2021/22 a enregistré une pluviométrie qui a atteint 188 mm à fin avril 2022, soit une baisse de 42% par rapport à la moyenne des 30 dernières années (327 mm) et de 35% par rapport à la campagne précédente (289 mm) à la même date», relève-t-on du ministère. Et de préciser que «le profil pluviométrique a également été caractérisé par une mauvaise répartition temporelle et territoriale. Près de 55% du cumul pluviométrique a eu lieu aux mois de mars et avril et moins d'un tiers des précipitations ont eu lieu durant les mois de novembre et décembre». Se référant au département de l'agriculture, la très faible pluviométrie, voire son absence dans plusieurs régions durant les mois de janvier et février, a engendré un stress affectant le couvert végétal et un retard de croissance des cultures d'automne, notamment les céréales. Une période ayant coïncidé avec le stade de tallage des céréales, un stade de développement déterminant pour le rendements de ces cultures.
«Ce stress a induit une baisse des rendements plus ou moins importante selon les régions allant jusqu'à la perte des superficies dans certaines zones», relève-t-on de la tutelle. Et de préciser que «c'est en zones bour favorables du Nord du pays que les céréales ont connu une bonne reprise au printemps après les précipitations de mars et avril, entraînant un rattrapage en matière de productivité».
Les effets de la baisse de la production des céréales d'automne seront comblés par les bonnes prévisions des performances des cultures de printemps et des filières des olives, des agrumes et des cultures maraîchères ainsi que par les mesures de soutien apporté aux éleveurs et l'économie rurale en général dans le cadre du programme exceptionnel de réduction de l'impact du déficit pluviométrique. Cette situation permettrait de limiter l'impact du déficit hydrique sur la croissance du secteur agricole. A cet effet, la tutelle prévoit une baisse maximale d'environ 14% du PIB agricole (PIBA) résultant de la performance exceptionnelle enregistrée la campagne précédente 2020/21 et des conditions climatiques défavorables de la campagne actuelle. «L'impact de cette baisse du PIBA sur le PIB global ne devrait pas dépasser -1,7 point», assure la tutelle. Détails.
Fès-Meknès et Rabat-Salé-Kénitra assurent 60% de la production céréalière
S'agissant de la production prévisionnelle des céréales principales, elle résulte selon le ministère d'une superficie céréalière semée au titre de cette campagne de 3,6 millions d'hectares des 3 espèces de céréales. A cet égard, la production du blé tendre devrait atteindre 17,6 millions de quintaux au titre de cette campagne. Celle du blé dur est estimée à 7,5 millions de quintaux tandis que celle de l'orge est de 6,9 millions de quintaux.
Dans les détails, plus de 60% de la production proviennent des zones favorables des régions de Fès-Meknès et de Rabat-Salé-Kénitra. La tutelle affirme par ailleurs que les céréales en zones irriguées n'ont contribué que d'environ 20% à la production globale, en raison d'une part de la superficie irriguée limitée en céréales et d'autre part des restrictions d'irrigation dans les périmètres de la grande hydraulique.
Un bon déroulement des cultures printanières
Par ailleurs, le ministère assure que les pluies cumulées depuis début mars ont contribué au rétablissement du couvert végétal à un niveau normal assurant ainsi le bon déroulement des cultures printanières. Se référant au département de l'agriculture, la betterave à sucre dont la récolte vient de démarrer dans plusieurs régions enregistre de bonnes performances de rendement. Les agrumes, les oliviers et les rosacées en stade de floraison affichent, pour leur part, de bonnes perspectives de production. Toutefois, elles restent tributaires de l'évolution des conditions météorologiques, particulièrement les températures du mois de mai et juin.
Par ailleurs, ce dernier épisode pluvieux de mars et avril a favorisé une bonne installation des cultures de printemps et des cultures maraîchères de saison ainsi que leur évolution dans des conditions favorables.
Les exportations se redressent
Pour ce qui est des exportations, elles enregistrent une bonne croissance. Ainsi, les expéditions des agrumes durant la campagne en cours ont connu une hausse de 30% par rapport à la campagne précédente atteignant ainsi les 711 mille tonnes, contre 549 mille tonnes la campagne précédente. Les fruits et légumes ont également enregistré une bonne performance à l'export. Elles ont ainsi dépassé les 1,5 million de tonnes, en progression de 16% par rapport à la dernière campagne. «Cette bonne performance est due notamment à la hausse des exportations des légumes divers (11%) et des fruits divers (63%) en particulier raisin, pêche, nectarine, avocat et melon bio, abricot», explique le ministère. S'agissant de l'élevage, la situation du secteur s'est nettement redressée, et ce grâce à l'appui apporté aux éleveurs par le programme exceptionnel de réduction de l'impact du déficit pluviométrique et l'amélioration des parcours et des ressources fourragères de la saison printanière. Chose qui permettra le maintien de la performance du secteur dans sa globalité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.