Tournoi de mini-foot pour l'intégration des jeunes    Evolution du coronavirus au Maroc. 4 206 nouveaux cas, 633 923 au total, lundi 2 août 2021 à 16 heures    Covid-19: Les prix des vaccins flambent, les gains des labos cartonnent    Record des transactions par carte bancaire en juillet    Intelaka : 2,7 milliards de DH de crédits accordés à fin 2020    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    Une réunion de hauts responsables militaires marocains et américains à Rabat    Soufiane El Bakkali offre l'or olympique au Maroc    La Fédération royale marocaine de boxe dissout la Direction technique    JO de Tokyo : « L'or » de la vérité a sonné    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 2 août 2021 à 16H00    Pr. Marhoum Filali à 2M.ma : le vaccin est l'unique parade à la Covid-19    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    Fête du Trône: La communauté juive marocaine d'Israël réitère son attachement à la monarchie et à la Mère-patrie    BAM: hausse de la masse monétaire de 8,4% en 2020    Programmation informatique: Python dans la cour des grands    Marsa Maroc : l'Etat cède 35% du capital à Tanger Med    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    La Bourse de Casablanca démarre dans le vert    Protection des données : OCP et UM6P adhérent au Data-Tika    La cause du décès de Abdellah Habib Bilal remise en question par sa famille et des membres du polisario    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Reprise: ces secteurs qui marquent à nouveau le «Stop»    Covid-19 : la vaccination fait baisser le taux de mortalité et le nombre des cas graves (Spécialiste)    Maroc-Algérie : "Notre conviction intime est que les frontières soient et demeurent ouvertes"    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Maroc/Météo : Temps stable ce lundi 02 août    Coupe du Trône / WAC-MAT : Les relégués éliminent les champions et passent en finale    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    «Enti Hayati», le duo de Saâd Lamjarred et Calema cartonne    Abdelati El Guesse et Nabil Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800m    JO-2020 de Tokyo: Voici le programme du mardi 03 août 2021    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    Famine : l'Ethiopie et Madagascar au niveau d'alerte maximum (FAO et PAM)    Le réalisateur belgo-marocain Adil El Arbi en direct sur Info Soir de 2M (VIDEO)    Boutaïna El Fekkak, l'amour de soie    Tout artiste est lui-même    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Espagne : les raisons d'un remaniement
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 04 - 2006

Dû officiellement à la démission du ministre de la Défense, José Bono, le premier remaniement ministériel inattendu du gouvernement socialiste survenu à mi-législature, vise à renforcer le gouvernement de José Luis Zapatero.
À moins de deux ans des législatives, le président du gouvernement espagnol, José Luis Zapatero, a surpris en annonçant, vendredi dernier, un remaniement ministériel touchant trois portefeuilles : Défense, Intérieur et Education.
Grâce ce remaniement, dû officiellement à la démission du ministre de la Défense, la prochaine négociation avec le mouvement séparatiste ETA paraît facilitée. Chose qui devrait renforcer le chef de l'exécutif.
Le ministre de la Défense, José Bono, a, lui, affirmé qu'il quitte «de son plein gré» l'exécutif socialiste pour des «raisons familiales et personnelles». José Bono s'est toujours trouvé légèrement en porte-à-faux avec le gouvernement socialiste espagnol. Fervent catholique, il était notamment opposé aux négociations avec l'organisation séparatiste basque ETA et au nouveau statut de la province de Catalogne. Il a été également très critiqué pour une série de gaffes.
«Cela fait longtemps que José Bono m'avait dit qu'il voulait être relevé de ses fonctions. Nous avons décidé que le moment était venu car plusieurs lois ont été achevées,» a déclaré le président du gouvernement espagnol lors d'une conférence de presse. Le nouveau ministre de la Défense, José Antonio Alonso est, lui, depuis très longtemps, un proche et un homme de confiance du Premier ministre espagnol, c'est notamment lui qui a mené les investigations après les attentats de mars 2004 à Madrid.
Le fait marquant de ce remaniement est l'arrivée à l'Intérieur d'un poids lourd du PSOE : Alfredo Perez Rubalcaba. Ancien porte-parole officiel de Felipe Gonzalez, Rubalcaba est l'un des rares dirigeants socialistes de cette période à demeurer aujourd'hui sur le devant de la scène politique.
Considéré comme l'un des négociateurs les plus habiles pour gérer le dossier basque, il se voit confier un des portefeuilles les plus importants d'un gouvernement espagnol tourné principalement depuis son investiture vers les questions intérieures. L'ancien porte-parole du Parti socialiste au Parlement a mené, dans l'ombre, les pourparlers avec les séparatistes basques. Il a également participé aux négociations sur l'élargissement de l'autonomie catalane.
Enfin, M.Zapatero a annoncé le remplacement de la ministre de l'Education, Maria Jesus San Segundo, par Mercedes Cabrera Calvo Sotelo, présidente de la commission d'éducation du Congrès. Une décision annoncée au lendemain de l'approbation par les députés d'une importante réforme de l'éducation vivement critiquée par l'opposition de droite.
Ces changements interviennent alors que les socialistes semblent bénéficier de leur plus grande popularité depuis les élections de mars 2004, essentiellement en raison de l'annonce du cessez-le-feu permanent de l'ETA. Selon un sondage, ils recueillent 44,5% d'opinions favorables, contre 36,8% pour le Parti populaire.
Avant l'annonce de ce cessez-le-feu, le gouvernement de Zapatero a été fortement critiqué par la droite qui exigeait la démission du chef de l'exécutif. Mais cette trêve a changé la donne. José Luis Zapatero a opté donc pour ses proches afin de gérer le dossier basque et permettre à son parti de marquer quelques points au profit du Parti populaire.
La droite, elle, se cabre. Son chef, Mariano Rajoy, président du Parti populaire (PP), a affirmé que «le départ du ministre José Bono qui défendait l'égalité des citoyens et l'unité nationale n'est pas une bonne nouvelle».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.