10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    Classement : La Tunisie rentre bredouille    Ankara défie Bruxelles    Nouvelle économie: les territoires, faiseurs de nations    Internet mobile: L'effet accélérateur du smartphone    Casa malade de ses moyens de transport    Les budgets des collectivités territoriales enregistrent un excédent de 5,4 MMDH    Managem et Injaz Al-Maghrib présentent le bilan de leurs programmes de formation à l'entrepreneuriat    Les projets de loi relatifs aux soulaliyates adoptés en commission à la Chambre des représentants    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    « Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Bouillon de culture    Troisième marche du podium pour le Nigeria    De "captain" Mahrez à la révélation Bennacer Le carré d'as algérien    Hicham El Idrissi : Il ne faut pas compter sur des joueurs qui ne veulent plus jouer pour le KACM    La syphilis regagne du terrain    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    Contrairement à Nicki Minaj, 50 Cent et Janet Jackson chanteront en Arabie Saoudite    "Les Enfants de la mer", un film d'animation écologiste et spirituel    Le court-métrage en fête à Ifrane et Azrou    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Migration illégale. Comment retenir les mineurs au Maroc    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Algérie-Sénégal : La CAF change l'arbitre de la finale !    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Instagram masque les likes dans six pays    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Événement : AMO : les biologistes disent “oui“
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 13 - 04 - 2006

La première convention nationale dans le cadre de l'AMO sera signée aujourd'hui entre la CNSS, la CNOPS et les biologistes au siège de l'Agence nationale de l'assurance maladie (ANAM) à Rabat.
L'assurance maladie obligatoire (AMO) fait son chemin. Aujourd'hui jeudi 13 avril, au siège de l'Agence nationale de l'assurance maladie (ANAM) à Rabat, les organismes gestionnaires (CNSS et CNOPS) et les biologistes procéderont à la signature de la première convention nationale, qui s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l'AMO.
"Cette convention constitue un pas en avant. Elle revêt une importance symbolique puisqu'elle représente le premier accord signé dans la consolidation du dispositif relatif à l'AMO", se félicite Chakib Tazi, directeur de l'ANAM. Et d'ajouter :" Il faut savoir que les biologistes regroupent les compétences de trois corps médicaux en l'occurrence les médecins biologistes, les pharmaciens dépendant du Conseil de l'Ordre des pharmaciens biologistes et les vétérinaires adhérents au Conseil national de l'ordre des vétérinaires. Après discussions, les représentants de ces instances sont arrivés à un compromis avec les responsables de la Caisse. Et je ne peux alors que m'en réjouir".
Cet accord porte entre autres sur la tarification nationale de référence des actes biologiques. "Il s'agit de la détermination de la valeur du B, qui est la lettre-clé permettant la cotation des actes d'analyses médicales, tel que le prévoit la nouvelle nomenclature. Le tarif du B a été fixé à 1,1 dirham", indique M.Tazi. En fait, les organismes gestionnaires ont fait une proposition de 0,9 dirham alors que les professionnels biologistes ont opté au début pour 1,20 dirham. Après multiples négociations, les deux parties concernées ont convenu d'établir le juste milieu entre les deux options. Ainsi, le tarif du B a été fixé à 1,1 dirham. Il faut noter également que la nomenclature des actes de biologie médicale a été mise à jour en novembre 2005. Elle établit la liste des actes professionnels que peuvent effectuer les biologistes avec leur cotation. Elle s'impose aux biologistes pour déterminer et calculer les prix des actes d'analyse de biologie médicale pratiqués dans le secteur médical privé. L'ancienne nomenclature date de 1977.
"L'accord porte en outre sur les modalités de prestations de qualité et sur les modalités de suivi de règlement des honoraires en cas de prise en charge", ajoute le directeur de l'ANAM, qui a tenu à souligner que "d'autres conventions nationales suivront ".
Rappelons que les négociations entre les prestataires de soins (Syndicat national des médecins du secteur libéral et Association nationale des cliniques privées) et les gestionnaires de l'AMO ont été suspendues. La dernière réunion en date remonte au 4 avril 2006.
Les deux parties se sont quittées sans parvenir à un accord commun. Les discussions ont buté non seulement sur la tarification qui doit servir de base aux remboursements mais également sur la liste des médicaments remboursables et sur les mesures d'accompagnement proposées par les prestataires de soins. Une intervention du ministre de la Santé est attendue. M.Biadillah devra statuer dans les prochains jours.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.