Report de crédits : voici le dispositif du Crédit du Maroc    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Covid-19: le Maroc enregistre un 40ème décès    Confinement : L'audience TV explose    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Adieu Si Fadel    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Dette : Quel geste politique demandé au Maroc ?    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Commerce extérieur : Les indices reculent au quatrième trimestre 2019    Balance commerciale : Le déficit s'aggrave à 2%    Un 1er cas testé positif au coronavirus déclaré à Azilal    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Brèves Internationales    Les réserves des centrales syndicales    L'artiste marocain Marcel Botbol meurt du coronavirus    L'ONEE prend des dispositions spéciales pour préserver son personnel    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Le ministère de la Santé étoffe sa communication    Des patients guéris du coronavirus livrent leurs témoignages    Des sans-abris hébergés par des ONG de Tanger    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Le Maroc n'y échappera pas    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Sancho, le digne héritier de CR7 à United?    Le CCM divertit les citoyens marocains en période de confinement    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    Coronavirus : L'Arabie saoudite appelle à reporter les plans du hajj    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    Le Gadem pense fort aux socio-économiquement isolés ou plus vulnérables    Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine : Les filières d'enseignement et de recherche publiées au BO    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un fratricide horrible à Fès
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 05 - 2006

Pour lui avoir coupé l'électricité, Abderrahmane a tué son frère. La Cour d'appel de Fès l'a condamné à 30 ans de réclusion criminelle.
Chambre criminelle près la Cour d'appel de Fès. Quand Abderrahmane fut amené devant le juge, il n'a pas pu retenir ses larmes. Ses regards se croisèrent avec ceux de sa femme accompagnée de ses trois enfants. Il n'avait pas vu ses enfants depuis quelques mois, plus précisément depuis le jour de son arrestation par les gendarmes. Sa femme lui rendait de temps en temps visite. À défaut d'argent, la jeune femme ne pouvait pas les conduire chaque semaine voir leur père à la prison. « Abderrahmane… », appelle le président de la cour qui parcourait le dossier de l'affaire. Abderrahmane avance vers le box des accusés, toujours les larmes aux yeux. Âgé de quarante ans, l'homme n'hésitait pas à tourner sa tête pour lancer un regard furtif à sa femme et à ses trois enfants. Seulement, le président de la cour lui a demandé de ne plus se retourner.
«Tu es accusé d'homicide volontaire avec préméditation», lui rappelle le président de la cour. L'homme n'est pas un repris de justice. De taille moyenne, il paraissait incapable de faire du mal à une mouche. Abderrahmane pleurait comme un enfant. Quelles sont les circonstances qui l'ont poussé à commettre son crime ?
Depuis le drame, Abderrahmane ne dort plus. Il fait des cauchemars effrayants. Ces derniers sont récurrents et lui rendent la vie un enfer.
Il regrette son acte. Abderrahmane a tué son frère aîné de deux ans, Driss, l'unique oncle de ses trois enfants. Depuis la mort de leurs parents, Abderrahmane et Driss habitent ensemble au même foyer paternel. Ils se sont mariés et ont fondé des familles. Des enfants sont venus au monde pour leur égayer la vie. Ils n'ont jamais pensé déménager du foyer paternel. Par respect à la volonté de leurs défunts parents, ils sont restés ensemble sous le même toit. En fait, les deux frères se respectaient et s'aimaient. L'un soutenait l'autre en cas de besoin. Cependant, les choses ont changé après leur mariage. De nombreux malentendus venaient gâcher leur vie. Des querelles éclataient continuellement ente eux. Les deux frères qui étaient des amis sont devenus des ennemis. Et chacun d'eux a commencé à éviter l'autre. Ainsi, la vengeance commence à naître.
Abderrahmane a décidé de ne plus payer sa part des frais d'électricité. «Tu dois payer ta part», lui a dit Driss. Têtu, Abderrahmane s'est abstenu de lui verser le moindre sou. « Je vais profiter de l'électricité sans rien payer», lui a-t-il répondu sur un ton enragé. Deux mois plus tard, Driss a décidé de lui couper le courant électrique.
Abderrahmane a commencé à utiliser les bougies. Il a demandé à son frère de rétablir le courant électrique. Mais en vain. Une nouvelle dispute éclate entre les deux frères. Ils échangèrent des insultes. Le ton est monté d'un cran. Fou de colère, Driss est retourné dans sa chambre, a saisi un bâton, avec lequel il a frappé son frère. Hors de lui, Abderrahmane s'est enfui vers sa chambre. Il a disparu durant quelques minutes pour qu'il réapparaisse un couteau à la main. Sans hésiter, il a enfoncé l'arme blanche dans le ventre de son frère, puis au niveau du côté du cœur. Driss meurt sur le champ. Devant les gendarmes qui l'ont arrêté, Abderrahmane reconnaît avoir tué son frère. Devant la cour, il plaide l'homicide involontaire. Malgré tout, il a été condamné à trente ans de réclusion criminelle. Quand il sera relaxé, le benjamin de ses trois enfants aura trente-quatre ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.