Grandes villes : À quoi servent les maires ?    Vaccins anti-Covid-19 : Guterres crie sa grande déception    ONU : la hausse des migrations internationales a ralenti de 27% en raison de la COVID-19    Le Président américain accorde la Légion du mérite des Etats-Unis au Roi Mohammed VI    Le Bahreïn réitère son soutien au Maroc dans la défense de sa souveraineté et son intégrité territoriale    CHAN 2021 : Ce soir, Cameroun/Zimbabwe en ouverture à 18 heures    CHAN : Cameroun 2020 ou Cameroun 2021 ?    Mondial Handball : Ce soir à 18h00, le Maroc face au Portugal sans se faire des illusions !    Du nouveau dans la longue histoire de Othman Benjelloun et de son groupe avec la Chine    Omar Hilale : la coexistence entre musulmans et juifs est ancrée dans l'ADN des marocains    "Atlantide KM 130 " Rencontre entre l' artiste photographe Imane Djamil et la ville de Tarfaya    SM Le Roi Mohammed VI décoré de la "Legion of Merit, Degree Chief Commander"    Trump décoré du Wissam El Mohammadi    Mohamed Benabdelkader. Forte présence féminine aux postes de responsabilité dans l' administration judiciaire    Vaccination anti-covid : Biden dévoile le successeur de Moncef Slaoui    Le Cameroun est prêt    L'équipe du Maroc rate son entrée face à l'Algérie    La France sous cloche à 18h Contrôles aux frontières renforcés    Laporta, Font et Freixa déclarés candidats officiels à la présidence du Barça    Saad Dine El Otmani : Le Maroc a réalisé des acquis stratégiques dans ses provinces du Sud    Biden dévoile un plan de relance de 1.900 milliards de dollars    L'immunité collective contre la Covid-19 pourrait être atteinte début mai    L'OMS s'oppose aux certificats de vaccination pour les voyages internationaux    Retard des vaccins, l'Europe en colère    Le Groupe d'amitié parlementaire HondurasMaroc réitère son soutien au plan d' autonomie    Lady Gaga et Jennifer Lopez chanteront à la cérémonie d'investiture de Biden    Un dessin de Tintin adjugé au prix record de 3,2 millions d' euros    Evolution du coronavirus au Maroc : 1291 nouveaux cas, 457.625 au total, vendredi 15 janvier 2021 à 18 heures    Compteur coronavirus : 1.291 nouveaux cas confirmés 1.409 guérisons en 24 heures    Industrie pharmaceutique : La FMIIP, désormais fédération sectorielle statutaire externe de la CGEM    Maroc-Espagne: contrat pour sécuriser le transport routier des marchandises dangereuses    Initiative marocaine d'Autonomie: Un fort soutien formulé lors de la conférence ministérielle    Larabi Jaïdi : « Des signes de l'amorce d'un début de convalescence se manifestent »    Transport de marchandises dangereuses : le Maroc et l'Espagne signent un contrat de jumelage    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Première promotion de Madaëf Eco6: And the winners are…    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    La Mercedes Classe E s'offre un lifting    Les équipes à suivre de très près    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Dakhla : Lancement de la première campagne nationale de communication sur le métier de l'architecte    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    2020 : Une présence de taille de la question amazighe malgré la pandémie    Bientôt un musée à Laayoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Événement : Aquaculture : un secteur à la traîne
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 16 - 05 - 2006

Le potentiel aquacole du Maroc demeure très sous-exploité. La production de la dizaine d'exploitations qui existent ne dépasse guère les 1500 tonnes. Les blocages fonciers sont en cause.
Pisciculture (élevage de poisson), mytiliculture (élevage de la moule), pénéiculture (élevage des crevettes). Des mots savants pour désigner une activité qui peine à décoller au Maroc, malgré les potentialités offertes par les 3500 km de littoral méditerranéen et atlantique. Une étude rendue publique il y a quelques jours par le ministère des Finances et de la Privatisation passe ce secteur au peigne fin. « Il va sans dire que le Maroc présente des potentialités et des opportunités fort intéressantes pour l'édification d'une branche aquacole solide et particulièrement en termes d'atouts naturels considérables, de disponibilité d'une main-d'œuvre à la fois expérimentée et bon marché ainsi que de la proximité des principaux marchés », tient à souligner les analystes. Et pourtant, l'activité n'arrive pas à se développer.
Actuellement, une dizaine d'exploitations existent au Maroc. Leur production annuelle avoisine à peine les 1500 tonnes ce qui représente moins de 2,2% de la production totale des pays de la Méditerranée. dans l'élevage de poisson marin, loup et dorade essentiellement, deux sociétés sont actives ; il s'agit de MAROST à Nador et SAM à Saïdia. Ces deux structures produisant près de 900 tonnes/an dont la grande partie est destinée à l'export à l'état frais. Quant aux élevages de coquillages, moules et huîtres notamment, ils sont réalisés dans trois principales lagunes de Oualidia, de Nador et de Laâyoune, avec une production annuelle de 300 tonnes.
Une grande partie de cette production est commercialisée sur le marché local. Pour ce qui est de la culture d'algues, elle fait l'objet de plusieurs essais dans la baie de Dakhla qui sont encore en phase de démarrage.
Mais depuis son introduction au Maroc dans les années 50, cette activité n'a pu décoller. Les causes en sont nombreuses, d'ordre foncier, technique, financier et commercial. Sur le premier plan par exemple, l'absence de plans d'aménagement du littoral freine considérablement le développement de l'aquaculture. « Ceci d'autant plus que les zones potentielles de l'exploitation aquacole font souvent l'objet de concurrence avec le secteur touristique notamment », souligne l'étude.
La filiale demeure également pénalisée par des coûts élevés de l'investissement et des intrants. « Certains élevages aquacoles sont fortement capitalistiques. Ceci d'autant plus que le cycle de production pour ces activités est relativement long. En outre, le démarrage de l'activité implore des matières premières en grande partie importées et soumises à des droits de douane à l'entrée », explique la même source.
Pour encourager les investissements dans cette filière, un plan d'action devrait être mis en place. Son principal objectif : « l'amélioration de la croissance économique et la réduction de la pauvreté et ce dans la perspective notamment de faire bénéficier ce secteur des soutiens financiers prévus dans le cadre du programme Millenium Challenge Account (MCA) », explique l'étude du département de Oualalou. Plusieurs projets concernant cette filière devraient également bénéficier d'aides étatiques dans le cadre de l'INDH, notamment dans les provinces du Nord.
Le secteur aquacole
au Maroc
Production annuelle : 1500 tonnes représentant moins de 2,2 % de la production totale des pays de la Méditerranée
Activités concernées :
- les élevages du poisson marin, essentiellement au Nord, à Nador et Saïdia
- les élevages des coquillages à Oualidia, Nador et Laâyoune
- la culture d'algues à Dakhla


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.