Amnesty International appelle l'Algérie à libérer les prisonniers d'opinion    Déplafonnement de dette extérieure: Les mises en garde du PPS    Le Masi lâché parles secteurs Banques et Télécommunications    Masques, visières, valves: L'impression 3D à la rescousse des hôpitaux    DOC- Port du masque de protection: Voici ce que dit la circulaire du Parquet général    Tanger: Mobilisation pour la place d'Espagne    D'après Moulay Hafid Elalamy : Plus de 5,3 millions de masques ces dernières 48h    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement     Montée des défaillances et double choc d'offre et de demande    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    L'hôpital militaire d'instruction Mohammed V de Rabat consolide ses structures dédiées à la lutte contre le Covid-19    L'hôpital Moulay Youssef de Casablanca renforce sa capacité litière    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Direction du Trésor et des finances extérieures : Rachat de BDT pour un montant de 1 MMDH    Fonds de soutien : Le message de Crédit Agricole du Maroc aux ménages bénéficiaires    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Le port des masques de protection est obligatoire depuis hier    Coronavirus : l'UIR développe des solutions innovantes    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Enquête auprès des entreprises :Le HCP recourt aux e-mail et fax    Changement de modèle ?    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amazighité : le CMA réitère sa position
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 27 - 06 - 2006

Le Congrès mondial amazigh (CMA) revient à la charge. Il demande l'intervention du Souverain pour l'officialisation de la langue amazighe lors d'une éventuelle révision de la Constitution.
Le Congrès mondial amazigh (CMA) a adressé, récemment, une lettre à Sa Majesté le Roi Mohammed VI demandant l'octroi du titre de langue officielle à la langue amazighe lors d'une éventuelle révision de la Constution.
Dans sa lettre signée par son président Belkacem Lounès, le CMA affirme que les discours royaux du 30 juillet 2001 et 17 octobre de la même année (discours d'Ajdir) «ont suscité un réel espoir pour la réhabilitation de l'identité amazighe» mais que cet espoir a été «vite déçu par une réalité faite de blocages multiples mis en œuvre par tous les niveaux de l'Etat à l'encontre de l'intégration nationale de l'amazigh».
Pour le CMA, le temps, au Maroc, «n'est plus aux atermoiements et autres faux-fuyants" et "il est urgent de mettre définitivement fin aux siècles de déni des droits fondamentaux des Amazighs». L'ONG amazighe rappelle à juste titre les dernières recommandations du Comité de l'ONU pour les droits économiques, sociaux et culturels appelant le Maroc à «prendre les mesures nécessaires pour garantir pleinement à la communauté amazighe son droit d'exercer sa propre identité culturelle (...) et de reconnaître à tamazight le statut de langue officielle dans la Constitution du Maroc».
C'est dans ce sens, lit-on dans la lettre du CMA, que ce dernier saisit la plus Haute autorité du pays pour que, lors d'une prochaine révision de la Constitution, «l'amazighité soit reconnue dans toutes ses dimensions, notamment historique, civilisationelle, culturelle et linguistique».
Les revendications du CMA s'étendent encore à la laïcité et la reconnaissance de l'appartenance méditerranéenne et africaine du Maroc. Les militants de l'amazighité se sont en effet toujours élevés contre l'appellation "Maghreb arabe" estimant qu'il s'agissait-là d'un déni de l'identité amazighe de la région.
Le CMA, dans la lettre adressée à Sa Majesté le Roi, demande également la prise en considération des us et coutumes amazighs comme fondements de la législation nationale ou, du moins, comme sources d'inspiration pour les lois des pays. L'ONG amazighe revendique aussi l'instauration d'un Etat fédéral composé de régions autonomes.
La lettre du CMA, datée du 21 juin 2006, intervient au moment où plusieurs partis, au Maroc, remettent sur le tapis la question des réformes constitutionnelles et politiques et notamment pour ce qui concerne l'annulation ou la restructuration de la deuxième Chambre du Parlement. Ces mêmes partis politiques ont été, de manière régulière, pris à partie par les militants de la "cause" amazighe pour leurs positions jugées "rétrogrades". Le dernier épisode avait opposé des ONGs amazighes à Abbas El Fassi, patron de l'Istiqlal, pour ses déclarations au sujet de la constitutionnalisation de la langue amazighe.
Abbas El Fassi avait rectifié en se disant pour une constitutionnalisation de l'amazigh comme langue "nationale", mais que l'arabe devait rester langue officielle. L'USFP et Habib El Malki en particulier, n'ont pas été épargnés par les critiques des militants amazighs. Le ministre socialiste est véhémentement montré du doigt pour les écueils qui se dressent devant l'intégration de l'amazigh dans les cursus scolaires.
Le CMA, début août 2005, tenait son quatrième conclave à Nador. C'était la première fois que cette ONG (basée à Paris) tenait un tel rendez-vous dans l'un des pays de Tamazgha...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.