Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    L'étape actuelle exige une implication de tous    Déclaration de la Contribution Professionnelle Unique (CPU) : la date limite, c'est avant le 1er avril 2021    La réduction des écarts d'activité entre les hommes et les femmes entrainerait un accroissement du PIB    Mercedes-Benz Classe C : la grande classe    Change. Le dirham s'apprécie face à l'euro du 25 février au 3 mars    Maroc-Royaume-Uni : une nouvelle route maritime pour contourner les problèmes frontaliers du post-Brexit    Le Maroc reçoit 500 000 doses de vaccin de la Chine    L'émancipation des femmes passe par casser le «plafond de verre»    L'égalité des genres au centre des efforts de relèvement de la crise    La femme, au cœur du développement!    VIDEO. Ksar Sghir : dégâts très lourds après les inondations    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    CAN U20 : Le Ghana, champion d'Afrique !    Ligue des champions Afrique (3è journée): le point sur le groupe C    Interview avec Rachid El Guenaoui : Il brise les codes du luxe et revendique une mode « sport homme-femme » décomplexée    Google ne se servira plus des cookies pour la publicité    Sebta et Mellilia: quelles alternatives pour mettre fin à la contrebande ?    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    Programme des principaux matchs du dimanche 7 mars    Hauteurs de pluie: jusqu'à 43 millimètres au Maroc    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar        Des femmes qui comptent : Siham Alami    Obésité et Covid-19 : le choc fatal entre deux pandémies    Maroc : Les barrages remplis à 50%    LDC Afrique: Le WAC bat Horoya Conakry et prend la tête de son groupe    RSB-FAR (1-2) : Les Militaires confirment leur ascension !    Présidence de la CAF: un candidat se retire de la course    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    1ère Chambre: les députés absentéistes risqueront désormais la révocation    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 6 mars    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    Une influenceuse marocaine attaquée sur la Toile à cause de Saad Lamjarred (VIDEO)    L'étape actuelle exige une implication de tous dans les efforts d'élection des institutions représentatives    Suède: Ibrahimovic de retour en sélection ?    Des femmes qui comptent : Siham Alami    Chambre des représentants: Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Ghana    La députée du PAM Faraj Touriya débarquée d'un vol «Raynair»    Hervé Renard: ses maîtres chanteurs condamnés à de la prison ferme    Londres: le prince Philip transféré dans un autre hôpital    Hirak : des centaines de milliers d'Algériens réclament le changement radical du système    Armée américaine et insurgés du Capitole    La victoire du peuple algérien, " confisquée par un coup de force pour sauver le système "    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La DGSN passe au plan B
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 09 - 2006

Une sortie honorable pour le général Hamidou Laânigri. Ce dernier a été appelé à d'autres missions à la tête de l'Inspection générale des Forces auxiliaires. Il a été remplacé à la tête de la DGSN par Cherki Draiss.
Le général Hamidou Laânigri a été chargé de nouvelles missions par Sa Majesté le Roi Mohammed VI qui l'a nommé, mercredi 13 septembre, à la tête de l'Inspection générale des Forces auxiliaires. Le général Laânigri a été remplacé par Cherki Draiss, qui avait été nommé en juin 2005 wali de Laâyoune-Boujdour-Sakia Lhamra, à la tête de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Le général Laânigri quitte donc la DGSN après plus de trois ans de loyaux services et une série de réalisations qui retiendront son nom dans les annales de cette direction comme un "réformateur" qui a toujours eu le courage de ses actes et décisions. Hamidou Laânigri, aux derniers jours du règne de Driss Basri, s'était vu confier la DGST (la Direction générale de la surveillance du territoire) où il avait commencé par faire de l'ordre. Avec les résistances que l'on sait. Déjà, à cette époque-là, il suscite beaucoup d'intérêt et remporte l'estime même de ses détracteurs. Homme des missions ardues, il est appelé à diriger la DGSN à un moment particulièrement sensible de l'histoire du nouveau règne : les attentats du 16 mai. L'arrivée de Hamidou Laânigri à la DGSN n'a pas été sans susciter beaucoup de remous. Ce dernier n'aime pas les pourris et il le leur signifie clairement. Des dizaines de responsables sont mis au placard ou présentés devant la justice pour une série d'affaires d'accointances avec les mafias nationales. Intransigeant quand il s'agit de la marche de la police et surtout de la sécurité du pays, il est taxé de tous les qualificatifs dont celui d'"éradicateur". Son approche, malgré les cascades de critiques, a montré son efficacité et notamment pour la traque et le démantèlement des cellules terroristes.
Tiraillé entre plusieurs fronts, la soixantaine bien assumée, il multiplie les chantiers et les réformes : redéploiement, rajeunissement, formation, création de nouvelles unités (avec spécialités de pointe), mise en place des GUS, ébauche de l'ambitieux projet d'une nouvelle carte d'identité...
Son expérience sur le terrain, que ce soit au Maroc ou à l'étranger, ont fait de lui l'homme de la rupture avec un certain mode de fonctionnement, mais aussi de gestion.
Aujourd'hui, cet homme est appelé à d'autres missions non moins importantes et visiblement pour la refonte d'une autre véritable "armée", la plus vieille de l'histoire du Maroc : les Forces auxiliaires qui ne disposent pas de "vrai" patron depuis le départ à la retraite du général Lahrizi. Normal puisque les Forces auxiliaires sont appelées à de nouvelles et vitales missions. C'est ce corps d'"armée", on semble l'oublier, qui était en grande partie à l'origine de la baisse des flux d'immigrants vers l'Europe depuis que ses éléments ont été déployés sur le littoral nord (de Tanger à Saïdia).
La nomination du général Laânigri à la tête de l'Inspection générale des F.A pourrait-elle être assimilée à une sorte de "sanction" ? C'est une lecture que l'on ne pourrait pas se hasarder à faire même avec la conjoncture de ces derniers jours et le coup de balai royal dans différents services. Hamidou Laânigri, militaire dans l'âme, a toujours répondu présent là où le devoir l'appelle. Discipliné et adepte de la discipline, il a toujours eu un profond respect pour la hiérarchie. Il se trouve aujourd'hui que sa hiérarchie, au plus haut niveau, l'appelle à défricher un nouveau chemin. Il s'exécutera. Comme il l'a toujours fait depuis qu'il a quitté l'école militaire de Meknès, sa ville natale, en 1959. L'on notera encore cette grande nuance que, dans le communiqué annonçant sa nomination, Sa Majesté le Roi a donné ses hautes instructions pour que le général Laânigri supervise, en même temps, la zone Sud et la zone Nord. Un nouveau signe de confiance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.