Le parlement de l'enfant : Une expérience prometteuse    La sélection nationale des joueurs locaux s'impose face à la Guinée    Casablanca accueille la 3ème édition de China Trade Week    Angleterre: Avec Mourinho, ça va déménager à Tottenham!    Les avocats manifestent contre l'article 9 du PLF    Ford se lance dans l'électrique, avec sa marque emblématique Mustang    «Le Mans 66» vrombit en tête du box-office nord-américain    Range Rover Evoque. Sur les traces du Velar    La Hassania d'Agadir se sépare de Gamondi    Ferrari Roma. Honorée par son chef d'Etat    Tkayes School dédie sa 6ème édition à la région de Casablanca    La sécurité au coeur de la stratégie de Vivo Energy Maroc    Une journée autour l'innovation dans l'industrie automobile    Le HCP dresse l'état des entreprises au Maroc    Vidéo. Un séisme frappe le Mexique    Japon: Shinzo Abe bat le record de longévité d'un Premier ministre    Funérailles de Mustapha Iznasni à Rabat    Le peuple marocain célèbre l'anniversaire de SAR la Princesse Lalla Hasnaa    Dépollution et environnement    15.000 postes sont à pourvoir : Près de 160.000 candidats au concours des enseignants-cadres des Académies    Coupe du Trône: Le TAS de Casablanca entre dans l'histoire    Rajae Lahlou: La quête de soi        Jean Numa Caux à l'espace Rivages à Rabat    Mehdi El Jazari dans «Hayna»    L'Iran dit avoir « repoussé l'ennemi », après de violentes manifestations    Législation. Les conseillers approuvent la loi 57-18 sur les sacs en plastique    SIDA. L'expérience marocaine évaluée    Sport-étude. TIBU s'allie avec des Américains    Forum des jeunes leaders. Une plateforme d'expression    Presse francophone. Le Maroc présent aux assises de l'UPF    Le PPS dans l'opposition    Destitution de Trump: Les républicains attaquent un témoin lors d'auditions marathon    Violences sur les réseaux : Seule une femme victime sur dix porte plainte    Migration. Les sans-papiers marocains au cœur du conflit catalan    Présentation du bilan d'étape du Plan stratégique 2017-2019 de l'AMMC    Participation marocaine au Forum de Dakar sur la paix et la sécurité    L'intégration socioprofessionnelle des migrants au Maroc mise en lumière à Genève    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    Hay Mohammadi en fête    Taourirte bientôt dotée d'un nouveau tribunal de première instance    La Biennale de Rabat et l'exposition "Trésors de l'Islam en Afrique" dépassent la barre de 100.000 visiteurs    Alae Megri érige un pont artistique entre le Maroc et l'Amérique latine    Les artistes marocains dominent les nominations aux "Africa Music Awards"    Mohamed Benalilou décoré à Istanbul par l'Organisation de la coopération islamique    Eliminatoires CAN-2021 : Les Lions de l'Atlas dominent le Burundi (0-3)    Coupe du Trône de futsal : Le Fath de Settat s'offre le titre aux dépens de la Ville Haute de Kénitra    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nicaragua : Ortega revient
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 11 - 2006

Daniel Ortega, ancien guérillero, arrive largement en tête de l'élection présidentielle au Nicaragua. Le candidat du Front sandiniste de libération nationale aurait obtenu 40,85% des voix.
Le Nicaragua est sur le point de basculer gauche. Le candidat sandiniste et anti-américain, Daniel Ortega, a le vent en poupe. Hier, l'ex-guérillero était largement en tête de l'élection présidentielle après le dépouillement des suffrages dans 7,22% des bureaux. Le candidat du Front sandiniste de libération nationale aurait obtenu 40,85% des voix devant Eduardo Montealergre du parti de droite de l'Alliance nationale nicaraguayenne avec 32,68% tandis que le libéral, Jose Rizo, représentait 21,37%.
Ayant quitté le pouvoir, il y a 16 ans, Daniel Ortega était la bête noire de la Maison Blanche. Aujourd'hui, des experts américains affirment que sur le plan stratégique, le Nicaragua ne représente pratiquement rien. D'autant plus que Daniel Ortega a beaucoup changé au cours des 20 dernières années. Les Etats-Unis demeurent cependant toujours inquiets devant son élection et pour de nombreux observateurs, sa victoire serait considérée comme un sérieux revers par Washington. «Les relations économiques entre les deux pays seraient remises en question si jamais le candidat sandiniste Daniel serait donné favori du scrutin», a fait remarquer le secrétaire américain au Commerce, Carlos Gutierrez. Allié du président vénézuélien Hugo Chavez qui aura d'ailleurs financé sa campagne, Daniel Ortega, 60 ans, défend un programme de centre-gauche. Durant sa campagne, il a calmé les esprits en assurant qu'il encouragera le libre-échange avec les Etats-Unis. Toutefois, la tâche ne sera pas facile pour lui. Son pays est classé deuxième en pauvreté dans l'hémisphère Ouest. Mais le candidat sandiniste affirme avoir tiré les leçons de son expérience de 1980. Elu président du Nicaragua entre1979 et 1990, il avait nationalisé l'économie, ce qui a eu pour résultat de plonger le pays dans le chaos. Son gouvernement a été renversé après une violente guerre civile avec les rebelles «Contras» que les Etats-Unis soutenaient.
Qui est Daniel José Ortega Saavedra ?
Daniel José Ortega Saavedra (né le 11 novembre 1945 à La Libertad, Nicaragua), a été président du Nicaragua de 1985 à 1990, pendant le gouvernement sandiniste. C'est l'actuel dirigeant (secrétaire général) du parti sandiniste FSLN et député à l'Assemblée nationale du Nicaragua. Il est marié à la poète Rosario Murillo. C'est un ami personnel de Fidel Castro et d'Hugo Chavez.
Ortega était un dirigeant du Frente Sandinista de Liberación Nacional, guérilla révolutionnaire d'inspiration socialiste qui défit Anastasio Somoza en juillet 1979. Ortega devint l'un des cinq hommes de la junte, avec l'écrivain Sergio Ramirez Mercado, l'homme d'affaires Alfonso Robelo Callejas, Violeta Barrios de Chamorro et Moisses Hassan. Le gouvernement de Daniel Ortega fut inspiré par Salvador Allende, mais ses efforts de reconstruction économique et sociale furent minés par l'embargo imposé par les États-Unis et la guerre des Contras, armés et entraînés par la CIA.
Son retour à la tête du Nicaragua va renforcer le bloc anti-Etats-Unis en Amérique latine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.