Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Afroligue de Basketball: l'ASS en finale contre les angolais de Primero Agusto    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Banque privée : Les principaux requis de succès    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Messi remporte le sixième Soulier d'or de sa carrière    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nicaragua : Ortega revient
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 11 - 2006

Daniel Ortega, ancien guérillero, arrive largement en tête de l'élection présidentielle au Nicaragua. Le candidat du Front sandiniste de libération nationale aurait obtenu 40,85% des voix.
Le Nicaragua est sur le point de basculer gauche. Le candidat sandiniste et anti-américain, Daniel Ortega, a le vent en poupe. Hier, l'ex-guérillero était largement en tête de l'élection présidentielle après le dépouillement des suffrages dans 7,22% des bureaux. Le candidat du Front sandiniste de libération nationale aurait obtenu 40,85% des voix devant Eduardo Montealergre du parti de droite de l'Alliance nationale nicaraguayenne avec 32,68% tandis que le libéral, Jose Rizo, représentait 21,37%.
Ayant quitté le pouvoir, il y a 16 ans, Daniel Ortega était la bête noire de la Maison Blanche. Aujourd'hui, des experts américains affirment que sur le plan stratégique, le Nicaragua ne représente pratiquement rien. D'autant plus que Daniel Ortega a beaucoup changé au cours des 20 dernières années. Les Etats-Unis demeurent cependant toujours inquiets devant son élection et pour de nombreux observateurs, sa victoire serait considérée comme un sérieux revers par Washington. «Les relations économiques entre les deux pays seraient remises en question si jamais le candidat sandiniste Daniel serait donné favori du scrutin», a fait remarquer le secrétaire américain au Commerce, Carlos Gutierrez. Allié du président vénézuélien Hugo Chavez qui aura d'ailleurs financé sa campagne, Daniel Ortega, 60 ans, défend un programme de centre-gauche. Durant sa campagne, il a calmé les esprits en assurant qu'il encouragera le libre-échange avec les Etats-Unis. Toutefois, la tâche ne sera pas facile pour lui. Son pays est classé deuxième en pauvreté dans l'hémisphère Ouest. Mais le candidat sandiniste affirme avoir tiré les leçons de son expérience de 1980. Elu président du Nicaragua entre1979 et 1990, il avait nationalisé l'économie, ce qui a eu pour résultat de plonger le pays dans le chaos. Son gouvernement a été renversé après une violente guerre civile avec les rebelles «Contras» que les Etats-Unis soutenaient.
Qui est Daniel José Ortega Saavedra ?
Daniel José Ortega Saavedra (né le 11 novembre 1945 à La Libertad, Nicaragua), a été président du Nicaragua de 1985 à 1990, pendant le gouvernement sandiniste. C'est l'actuel dirigeant (secrétaire général) du parti sandiniste FSLN et député à l'Assemblée nationale du Nicaragua. Il est marié à la poète Rosario Murillo. C'est un ami personnel de Fidel Castro et d'Hugo Chavez.
Ortega était un dirigeant du Frente Sandinista de Liberación Nacional, guérilla révolutionnaire d'inspiration socialiste qui défit Anastasio Somoza en juillet 1979. Ortega devint l'un des cinq hommes de la junte, avec l'écrivain Sergio Ramirez Mercado, l'homme d'affaires Alfonso Robelo Callejas, Violeta Barrios de Chamorro et Moisses Hassan. Le gouvernement de Daniel Ortega fut inspiré par Salvador Allende, mais ses efforts de reconstruction économique et sociale furent minés par l'embargo imposé par les États-Unis et la guerre des Contras, armés et entraînés par la CIA.
Son retour à la tête du Nicaragua va renforcer le bloc anti-Etats-Unis en Amérique latine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.