Voitures électriques : la Chine choisit le marché marocain pour percer en Afrique    «Marocains d'Algérie : Rafle au Couchant», nouveau roman de Mansour Kedidir    Conseil des Migrants Subsahariens au Maroc : Renforcer la résilience et la protection des migrants    Marché de changes : la position des banques s'améliore mais toujours déficitaire    Interview avec Abdesselam Idrissi : « Le commerçant et l'investisseur marocains préfèrent la justice classique»    Burkina Faso : Roche Kaboré « chassé » du pouvoir    TotalEnergies et Chevron se retirent de Birmanie, presque un an après le coup d'Etat    Transition politique en Guinée: Après nomination des membres du CNT, les scenarii du possible    Bruxelles: Débordements lors d'une manifestation contre les restrictions anti-Covid    La US Navy saisit un navire de contrebande d'armes dans le golfe d'Oman    Coupe d'Afrique des nations : Hakimi et Boufal, plébiscités par la CAF    Chelsea-Tottenham : Ziyech a signé l'une de ses meilleures performances chez les Blues    Education nationale : 196 établissements fermés à cause du Covid-19    Emprisonnement pour délits mineurs: des experts mettent en garde contre les coûts financiers et sociaux    Les Etats-Unis atteindront le pic d'infections au variant Omicron en février    Saïd Afifi expose «Les constellations de la Terre» à L'Atelier 21    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    La Bourse de Paris ouvre en baisse de 0,76%    La justice britannique examine la demande d'appel de Julian Assange pour suspendre son extradition    L'INDH pleinement investie dans la transformation éducative    Le Polisario et la fuite en avant    كأس أمم إفريقيا: مسحة فيصل فجر إيجابية ويخضع حاليا للبروتوكول الصحي المعتمد    CAN 2021 : Hakimi absent de l'entrainement collectif, Fajr seul Lion de l'Atlas confirmé positif au Covid-19    António Guterres a clairement désigné les parties concernées par le dossier du Sahara    Maroc : mais où sont passées les abeilles ?    Revue de presse quotidienne de ce lundi 24 janvier 2022    Des scouts marocains plaident pour des efforts concertés pour l'implémentation du NMD    Marché monétaire : évolution des interventions de BAM du 13 au 19 janvier    Les Emirats arabes unis interceptent deux missiles lancés par les rebelles houthis    Journée internationale de l'éducation 2022 : l'INDH dresse un bilan d'étape    Neuf individus interpellés dans une affaire de falsification et de trafic de drogue, dont 2 policiers    Les températures attendues ce lundi 24 janvier 2022    La revue de presse du lundi 24 janvier    Edito : Courage de réformer    Le temps qu'il fera ce lundi 24 janvier 2022    Drâa-Tafilalet : l'INDH contribue à la réalisation de 978 unités du préscolaire entre 2019 et 2021    Un club de Premier League courtise Sofyan Amrabat    L'Algérie nie le report du sommet arabe, annoncé pourtant en mars par Tebboune    CAN2021 / Burkina Faso-Gabon (1-1) : Les Burkinabé en quart après les tirs au but (7-6)    Mondial (Qatar-2022). Vahid Halilhodžić : «Le match contre la RD Congo, ce sera du 50-50»    Le rappeur Gims compte redemander la nationalité française    Selon « Enjeux stratégiques », la communauté mondiale condamne fermement l'enrôlement d'enfants soldats par le polisario    La femme marocaine traditionnelle à l'honneur    Invité d'Info Soir, Rachid Benzine dit tout sur son nouveau livre « Voyage au bout de l'enfance » (Vidéo)    Magazine : Saïd Afifi, âme de déconstruction massive    L'Humeur : Quand échoppe trouve carouble à son battant    Novak Djokovic veut jouer l'Open d'Australie en 2023    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les banques marocaines sur-valorisées ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 05 - 2007

Les banques marocaines affichent une surcote de 35% selon une analyse d'Attijari Intermédiation.
Les niveaux de valorisation des banques marocaines sont élevées et non justifiées d'après une étude d'Attijari Intermédiation publiée sur la foulée de la correction intervenue à la Bourse de Casablanca et qui a pesé particulièrement sur ces valeurs bancaires. Ainsi, le vendredi 11 mai 2007, le secteur qui pèse pour 29% de la capitalisation boursière de la place attirent plus de 40% du volume moyen quotidien du marché en 2007 et affichait une performance annuelle de 38% contre 21% pour le MASI.
En 2006, le niveau de rentabilité (ROE) des banques était de 15,9% contre seulement 8,2% en 2004. Ce qui explique le rush des investisseurs et in fine l'envolée de son indice sectoriel lequel a sur-performé la moyenne du marché durant les trois dernières années.
Ainsi, la performance cumulée entre le 31 décembre 2004 et le 11 mai 2007 a été de 242% pendant que le MASI évolue à 154%. Ceci porte le niveau de valorisation du secteur à 21, 5(x).
«Si cette tendance était justifiée au départ, compte tenu des fondamentaux du secteur, il nous semble aujourd'hui, estime l'étude, que le marché a surestimé ses perspectives». Pour les auteurs de l'analyse, la surcote du secteur est de 35%. Plusieurs scénarios sont alors mis en relief pour que le secteur renoue avec les niveaux faibles. Il s'agit soit d'une progression forte et durable des bénéfices à moyen terme largement supérieure aux prévisions établies, ou alors une correction des niveaux de cours. Les analystes donnent plus de crédit au deuxième scénario, qualifié de «plus réaliste ».
Sur le fond, les banques évoluent dans un contexte économique favorable avec des stratégies multipolaires de développement. L'extension des réseaux d'agence à destination des particuliers , la vulgarisation des produits bancaires, le développement à l'international, sont autant de signaux bien perçus par les investisseurs. Les perspectives sont particulièrement favorables avec, en 2007, des performances exceptionnelles de l'ordre de 38%. «Ainsi, poursuit l'étude, sans exception, les banques marocaines sont à des maxima historiques. Aussi, leurs niveaux de valorisation ont évolué en conséquence».
Si la croissance bénéficiaire du secteur a été remarquable en 2006 atteignant 40% contre 17% pour l'ensemble du marché, celle-ci est insuffisante pour ramener à l'équilibre des niveaux de valorisation déjà élevés du secteur. Actuellement, le secteur traite à des multiples de P/E de 21,5(x) et de P/B de 4,4(x) pour 2007. Après un benchmark étendu aussi bien sur l'échelle temporelle que géographique, les analystes concluent que les banques étrangères offrent des niveaux de rendement sur dividende plus important (variant entre 2,8 et 4,4%) que celui des banques marocaines (2,1%). Bien que prévoyant une forte croissance bénéficiaire de 39% chez les banques pour l'année 2007, l'étude estime que le niveau de valorisation actuel du secteur n'est pas justifié.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.