La Chambre des conseillers adopte le PLF 2019    Le groupe Attijariwafa bank remporte à Londres deux prix d'excellence    Le taux de croissance au Maroc devrait s'établir à 3,6% en 2019, selon le CMC    Glamour, stars et paillettes sont au rendez-vous    En vertu d'une convention entre la FNM et Renault : Un véhicule Renault Master pour transporter les toiles en toute sécurité    Le road show de la CCG au profit des banquiers fait escale à Laâyoune    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois «Daechiens» à Kénitra    Real Madrid.. 63 millions de livres sterling sur la table pour Hazard    Accord agricole : Les eurodéputés disent oui    Lutte contre la spoliation immobilière : Aujjar s'attaque à la mafia du foncier    Les droits sociaux et juridiques de l'artiste à l'ordre du jour    Espagne : Pedro Sanchez annonce une hausse de 22% du SMIC    Malgré l'adoption formel, le combat se poursuit    Fès-Meknès. Dardouri communique autour de l'INDH    Attentats de Strasbourg : Qu'est-ce qu'un fiché S ?    La Cour des comptes pointe l'inefficacité de la hausse budgétaire de l'éducation    Où en sont les pourparlers de paix inter-yéménites?    PLF 2019 en phase finale chez les conseillers    L'Africa Gaming Fest, c'est ce weekend à Casablanca    «L'autisme est un prétexte pour parler de nos différences»    Le gel des biens de Hosni Moubarak maintenu par l'UE    L'ES Tunis souhaite rencontrer River Plate au Carré d'AS    Ligue des Champions : Messi, Salah, Kane et Hakimi disputeront les huitièmes    Apple. Voici les meilleures applications de 2018    Royal Air Maroc réceptionne à Seattle un nouveau Boeing 787-9 Dreamliner    Championnat arabe des Clubs: le Raja rallie les 1/4 de finale, après sa victoire face à Al-Ismaïly d'Egypte    Réfugiés. Le Maroc réactive les régularisations    E-Commerce : Le Maroc cinquième en Afrique    Un couple marocain meurt dans l'incendie d'un bâtiment en Italie    Noël endeuillé pour Strasbourg    Le transfert des compétences toujours en stand-by    Entreprises : De nouveaux textes législatifs approuvés par la Chambre des représentants    Le taux de mortalité infantile a baissé à 2,9% en 2018 au Maroc    Effet de dissuasion    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Abdelali Hamieddine de nouveau rattrapé par l'affaire Aït Ljid    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benkirane et Sentissi s'affrontent à Salé
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 08 - 2007

Abdelilah Benkirane renoue avec la circonscription de Salé-Médina et y retrouve Driss Sentissi, Amine Sbihi et Noureddine Lazrak. L'USFP tente un retour sur scène avec Abdelhay Bessa.
Le même scénario du 27 septembre 2002 se reproduit dans la circonscription de Salé-Médina où les principaux partis politiques ont décidé de reconduire les mêmes figures que celles ayant été mises au-devant de la scène lors du précédent scrutin. En tête des prétendants, on retrouve Abdelilah Benkirane, président du conseil national du PJD et membre du secrétariat général de ce dernier. On se souvient des sorties enflammées du candidat islamiste lors de la campagne électorale de 2002 et qui a valu au PJD de sévères critiques de la part de ses rivaux.
Abdelilah Benkirane, député sortant de la même circonscription, y retrouvera une "vieille connaissance" en la personne de Driss Sentissi, maire de la ville (Mouvement populaire) et qui est également député sortant d'une Chambre dont il est l'un des vice-présidents. Membre du bureau politique du MP, Driss Sentissi table sur les solides réseaux qu'il est arrivé à tisser dans la ville et, évidemment, sur les voix des harakis.
Les candidats PJD et MP retrouveront aussi Noureddine Lazrak, député sortant, qui a été choisi pour conduire la liste RNI (Rassemblement national des indépendants). Outre leur élection lors du scrutin de 2002, le dénominateur commun entre ces trois candidats est d'avoir vu leur victoire contestée par le Conseil constitutionnel, le 24 janvier 2004. Le 24 septembre de la même année, ils ont réussi à passer le cap des élections partielles et à garder leurs sièges à l'exception de l'USFP Nasser Hajji, ex-ministre des Télécommunications. D'ailleurs, après l'échec de ce dernier à arracher un siège en 2004, l'USFP n'est plus présente à Salé-Médina et à Salé tout court.
Les socialistes essayeront cette fois de revenir sur scène dans cette circonscription de quatre sièges avec une liste dirigée par l'homme d'affaires Abdelhay Bessa. La surprise lors du prochain scrutin dans cette circonscription pourrait venir du PPS (Parti du progrès et du socialisme) qui y a placé un de ses cadres les plus brillants. Amine Sbihi, qui conduira la liste des ex-communistes à Salé-Médina, est membre du bureau politique du parti et est spécialiste des questions d'éducation et de formation. Il essayera surtout de faire oublier au PPS la défaite, en 2002, de leur chef de file Ismaïl Alaoui qui a décidé de se retirer de la course après avoir été annoncé candidat à Sidi Slimane.
Le parti de l'Istiqlal, à son tour, tentera de faire oublier la déroute de 2002. Il a choisi de placer à la tête de sa liste Ahmed Aouad. Pour l'union PND-Al Ahd, la liste commune sera conduite par le député sortant Larbi Salmi. L'autre de la gauche (PADS-CNI-PSU), elle, a choisi de confier sa liste commune à un diplômé chômeur. La gauche non gouvernementale espère réitérer l'exploit de Mokhtar Rachdi qui était arrivé à se faire élire à Jérada, en 2002, sous les couleurs de l'ex-GSU (Gauche socialiste unifiée).
Salé, jumelle de la capitale politique, a été épargnée par les modifications apportées au découpage électoral. Elle garde toujours la même configuration avec deux circonscriptions : Salé-Médina avec 4 sièges à pourvoir et Salé-El Jadida avec 3 sièges. C'est l'une des villes où la guerre fait et fera rage entre les candidats des partis traditionnels. Le PJD continuera-t-il à y garder deux sièges sur 7 ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.