Article 1067789    SCR: Deux nouveaux administrateurs désignés    L'EMSI primée à Istanbul    Lutte contre le cancer: Les engagements d'El Othmani    Marocains bloqués à Mellilia: reprise de l'opération de rapatriement    Province de Jerada/Covid-19 : Les mesures restrictives prolongées d'une semaine    Khalid Ait Taleb : «Nous sommes encore dans la première vague»    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    Pédocriminalité : Après le drame de Adnane à Tanger, le supplice de Naïma à Zagoura    OCP : La solidité financière au rendez-vous    TPME, ces chiffres qui font peur !    Mali: Le président de transition Bah N'daw remercie le Roi Mohammed VI en recevant Nasser Bourita    Bilan bimensuel de la Covid-19 : Une hausse de 10% des cas d'infection depuis début septembre    De l'enseignement supérieur dans le monde arabe    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Laâyoune : enquête judiciaire suite aux divagations de certains séparatistes    Automobile: la DGI lance un nouveau téléservice    La FIFA et la CAF entament leurs auditions    USA : séparation des pouvoirs, dites-vous ?    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : Parachèvement en matériel informatique de 34 établissements scolaires    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    France. Les généraux se révoltent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il viole une veuve chez elle
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2008

Hassan, repris de justice, n'a pas hésité à attaquer une veuve, mère d'un enfant, et la violer chez elle. Un acte criminel qui lui a coûté huit ans de réclusion criminelle.
«Il m'a violée chez moi, M. le président…», répond Fatiha devant les magistrats de la chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca.
Veuve depuis son trente et unième printemps, Fatiha, vit avec son unique enfant de six ans, à Casablanca. Depuis la mort de son mari, elle travaille pour gagner sa vie et pour subvenir aux besoins de son enfant. Belle et de taille svelte, elle a été demandée à maintes reprises en mariage. Mais elle a toujours refusé. Elle ne pense qu'à aider son enfant à grandir dans les meilleures conditions et rester en paix. Malheureusement, ce qui lui est arrivé a dramatisé toute sa vie. Qui était responsable de ce drame? Hassan. Qui est-il ?
Hassan est un repris de justice notoire, soûlard, drogué, cruel, agressif et violent. Il était à son dix-huitième printemps quand il a croisé une jeune fille de son quartier, alors qu'il était sous l'effet de la drogue. Sous la menace d'un couteau, il l'a violée derrière la porte d'une maison. Une plainte a été déposée contre lui. Arrêté, il a été relâché six ans plus tard. Seulement, il y est retourné deux ans plus tard pour purger une deuxième peine d'emprisonnement de trois mois pour consommation de drogue. À deux reprises, il a été arrêté et condamné à des peines respectivement de huit mois et d'un an et demi de prison ferme. Reprenant son souffle après avoir purgé sa dernière peine d'emprisonnement, il s'est jeté une fois encore dans le gouffre de la criminalité ; il se drogue, s'enivre et agresse n'importe quelle personne qu'il croise sur son chemin. Il était 20 h passées, quand Hassan est rentré chez lui. Il était sous l'effet de la drogue. Il y a passé un moment pour dîner et sortir après. Il a rejoint son ami, Hamid, qui s'enivre dans l'autre côté du quartier. Il a pris en sa compagnie quelques verres de vin rouge. Tout d'un coup, il l'a quitté. Hamid croyait qu'il allait rentrer chez lui. Au contraire, Hassan semblait avoir l'intention de commettre un crime contre une femme sans défense. Il est arrivé devant la porte de la maison de Fatiha. Cette dernière a entendu frapper. Qui est là ? Hassan n'a pas répondu. Il a gardé le silence. Mais, il a continué à frapper à la porte. Fatiha a ouvert. Hassan, qui était armé d'un couteau, lui a ordonné de ne pas prononcer le moindre mot. Elle l'a supplié. En vain. Hassan l'a poussée violemment jusqu'à la faire tomber. Son enfant s'est réveillé. Hassan lui a demandé de se taire tout en le menaçant de son couteau. Il a conduit ensuite Fatiha à la cuisine pour la violer à plusieurs reprises. Il n'est sorti de chez elle que vers 3 h du matin. «Elle était ma copine et je rentrais de temps en temps chez elle pour lui faire l'amour…», prétend Hassan devant les magistrats. Des magistrats qui ne l'ont pas cru, l'ont jugé coupable et l'ont condamné à huit ans de réclusion criminelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.