Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    Le poison du racisme fait trembler l'Allemagne    Bulletin météorologique spécial : de fortes rafales de vent, attendues ce week-end    Ce que pense Nouamane Lahlou de Dounia Batma et Saad Lamjarred (VIDEO)    Modèle de développement : La DG du FMI livre sa recette    La déconstruction d'un mythe    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Trump remplace le patron du renseignement après un briefing lié à la Russie    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    Basket : le Maroc remporte un match amical face à l'Algérie    Transferts: Après Ziyech, Idrissi annoncé en Premier League?    L'Atalanta Bergame séduit l'Europe    Officiel: Badr Hari de retour sur le ring (VIDEO)    Taghazout Bay: la notion introuvable du développement    Coronavirus : le nombre de nouveaux cas en forte baisse, près de 900 nouvelles contaminations    Commission spéciale du modèle de développement : Chakib Benmoussa à l'écoute à Paris des Marocains du Monde    Wana retire sa plainte contre Maroc Telecom    Lancement à Hay Hassani d'une plateforme d'intégration économique dédiée aux jeunes    Education à la santé sexuelle et reproductive : Les Nations Unies appuient le ministère de l'éducation nationale    Economie nationale : 2020 devrait connaître un ralentissement    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Hicham Alaoui, paradoxes et prétéritions    Opacité financière: Le Maroc dans le rouge    Pourquoi Marrakech perd ses événements    Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    Le Maroc constitue la première destination des exportations valenciennes en Afrique    Divers Economie    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    Entretiens maroco-mauritaniens sur les moyens de renforcer la coopération bilatérale    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    Le cancer n'est pas une fatalité    Divers    L'OMDH-Casablanca sensibilise des élèves contre les dangers d'Internet    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Lancement de la deuxième édition du programme "Spin-off by PIS" dédié à l'entrepreneuriat des jeunes    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    CSMD : Chakib Benmoussa initie à Paris une série de réunions d'écoute avec des Marocains du monde    Classement FIFA: Le Maroc se maintient à la 43ème position    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Monétique : à quand l'interopérabilité ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 16 - 01 - 2004

L'activité monétique, encore faible au Maroc, ne cesse cependant de se développer et de se moderniser. Le nombre de cartes bancaires augmente ainsi de manière constante et les banques s'orientent vers une interopérabilité totale.
Faible taux de bancarisation, difficulté d'accès à une banque pour les populations rurales, un grand nombre de magasins et de boutiques qui n'ont pas de ligne téléphonique fixe, condition nécessaire à l'installation d'un TPE. Telles sont les raisons qui participent à la faiblesse de l'activité monétique au Maroc. C'est ce qui ressort d'une étude élaborée par la Mission économique française. « Mais les cartes bancaires marocaines, auparavant réservées à une élite, tendent actuellement à se démocratiser », précise l'étude.
L'émission de cartes bancaires est ainsi en forte croissance (+31% de 2000 à 2001) sous l'impulsion de plusieurs facteurs. Il s'agit de la mise en place de systèmes monétiques sécurisés comme l'illustre la carte Visa Electron. Celle-ci consulte de manière automatique le compte bancaire du porteur avant toute transaction.
Le lancement de nouveaux produits, tels que la carte bancaire pour les 18-25 ans a également participé à ce développement. La multiplication d'hypermarchés et de supermarchés permettent le paiement par carte.
Quatorze banques commerciales sont présentes sur le marché des moyens de paiement. Elles sont généralement « duales » et émettent des cartes Visa et des cartes MasterCard. Pour des raisons de contrôle des changes, seuls les exportateurs et les Marocains résidant à l'étranger (MRE) peuvent utiliser leur carte à l'étranger.
Pour la clientèle marocaine, les banques ont choisi d'émettre des cartes Visa et MasterCard « bridées », utilisables uniquement au Maroc. Toutes les cartes bancaires marocaines sont à piste. Le nombre de cartes bancaires (Visa, MasterCard et cartes privatives) est évalué en 2002 à 1,5 million, dont 75% de cartes Visa. Il est en forte augmentation (+ 23% pour toutes les cartes de 2001 à 2002). Le nombre de GAB (Guichet automatique bancaire) est évalué à 1.175 (chiffres 2002, source : Centre Monétique Interbancaire).
Le nombre de terminaux de paiement électronique (TPE) est évalué à 7.500.
L'activité monétique marocaine actuelle est caractérisée par une interopérabilité incomplète, peut-on lire dans cette étude. Le traitement de l'activité monétique est en effet assuré par 4 centres acquéreurs, qui ne communiquent pas entre eux. Ces 4 centres acquéreurs sont la BCP, la BMCE, La société Wafa Monétique, filliale de la Wafa Bank, passée aux mains de la BCM et Interbank qui regroupe 11 banques. Le réseau Interbank assure l'interopérabilité entre ses membres au niveau des GABs et des TPE et constitue ainsi un mini réseau interbancaire local.
Les trois premières banques ont le statut de membre principal Visa et MasterCard. Les banques d'Interbank en sont membres associés. En matière de retrait aux guichets automatiques bancaires (GAB), les retraits avec des cartes marocaines ne sont possibles que dans le réseau de la banque émettrice (BCP, BMCE, WAFA ou réseau Interbank), les banques membres d'Interbank disposant d'une interopérabilité entre elles.
Les retraits avec des cartes Visa et MasterCard étrangères sont possibles dans les 4 réseaux. En matière de paiement d'un commerçant via un terminal de paiement électronique (TPE), l'interopérabilité est assurée par l'interconnexion avec les réseaux Visa et Mastercard.
Le porteur d'une carte nationale, lors d'une transaction chez un commerçant affilié à une autre banque, passe par le réseau international VISA ou Mastercard pour valider son opération.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.