ONU : Omar Hilale décrie la propagande fallacieuse de l'Algérie et du "polisario" sur la situation au Sahara    Hakima El Atrassi à cœur ouvert    8 millions de têtes d'ovins et de caprins seront identifiées    Santé: le recours aux compétences et à l'investissement étrangers permettra un «transfert de technologie»    CFC, un hub financier «plus attractif que jamais»    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude à SM le Roi pour le soutien accordé au Liban    Le Youssoufia Berrechid arrache le nul face à l'AS FAR    L'examen national unifié entre les 8 et 12 juin prochain    Les services de la Sûreté à pied d'œuvre dans le Grand Casablanca    La Direction de la Santé à Béni Mellal-Khénifra dément tout manquement    La Chambre des représentants adopte le projet de loi relatif au blanchiment des capitaux    Peindre à l'encre océanique    «La quête de sens et du bien-être sont les obélisques dans l'ère post-covid»    «La solitude de Ibrahim, un personnage des plus ordinaires»    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue irlandais    Covid-19/Maroc: Voici le nombre de personnes vaccinées à ce jour    Covid-19 au Maroc: quelque 5.000 salariés ont pu réintégrer leurs emplois    L'ONU met en garde contre les changements climatiques...2021 doit être l'année de l'action (Guterres)    Le journaliste Jamal Boushaba n'est plus    Nouvelle résolution du Parlement européen sur la dégradation des droits de l'homme en Algérie    Pep Guardiola fustige le projet de Super League    L'Opinion : Contractuels, gardez espoir !    Borrell réitère à Al Maliki le soutien de l'UE au processus électoral en Palestine    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques    Le CNDH et l'UNHCR s'allient pour renforcer les droits des réfugiés    2020 est l'année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc    Programme de la Botola Pro D1 et D2 "Inwi"    Les Nuits du Ramadan 2021 célèbrent les «racines africaines»    La diplomatie sportive au centre d'une réunion de l'AMJS    Driss Lachguar, hôte de la Fondation Lafqui Titouani    Famine : des ONG demandent 5,5 milliards de dollars pour sauver 34 millions de personnes    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec le rival saoudien    Mourinho démis de ses fonctions d'entraîneur à Tottenham    En-Nesyri donne la victoire au FC Séville    Le journaliste et critique d'art Jamal Boushaba n'est plus    "Annette" de Leos Carax, film d' ouverture du 74ème Festival de Cannes    Journée internationale des monuments et des sites: Un riche programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Espagne: le « passeport sanitaire » bientôt lancé    La Super League va « sauver le football », selon Florentino Pérez    Tchad : le président Idriss Déby Itno tué au front    Le Maroc insiste sur l'impératif de placer la lutte mondiale contre la drogue parmi les priorités    Décès de l'ancien vice-président américain Walter Mondale à l'âge de 93 ans    RADEEMA se mobilise contre le stress hydrique    Ukraine : Washington dénonce l'«escalade» de Moscou en mer Noire    Eurafric Information : Nouvelle certification pour la filiale IT de Bank of Africa    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    Météo: le temps prévu ce mardi 20 avril au Maroc    Cette semaine en Liga...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Meriem Bouderbala crée des chorégraphies voilées et sensuelles

L'artiste contemporaine franco-tunisienne Meriem Bouderbala expose ses récentes œuvres à la galerie CMOOA de Rabat et ce, du 10 décembre 2009 au 10 mars 2010.
Meriem Bouderbala tente de fusionner les sensibilités orientales et occidentales autour de la représentation du corps. Cet artiste contemporaine franco-tunisienne expose ses récentes œuvres du 10 décembre 2009 au 10 mars 2010 à la galerie CMOOA de Rabat. Elle incarne ainsi les propos de Friedrich Nietzsche affirmant que «Le corps est une grande raison», phrase qui avait marqué l'univers philosophique et esthétique du XXe siècle.
Meriem Bouderbala a fait sienne l'exploration de cette «grande raison» et tente de retrouver cette liberté où la représentation de son individualité lui permet d'évoquer l'intimité du corps tout en transgressant les normes esthétiques et les divers conformismes. Partant de cette expérience plastique menée sur son propre corps en se drapant ou en mettant en valeur sa nudité, sa fragilité et sa complexité, elle crée des chorégraphies voilées et sensuelles aux contours fluides. Elle se présente aussi en femme «bédouine» en démultipliant corps et étoffe et aborde différents sujets tels que le questionnement critique de l'orientalisme et particulièrement des fantasmes projetés sur la femme orientale ou sur la condition de la femme aujourd'hui dans le monde arabe. «Je fais de mon corps, de son exhibition photographique altérée, bouleversée, une scène, un praticable éphémère pour une tragédie sans origine et qui n'a pas de fin», déclare cette artiste. Elle donne à voir le télescopage du présent et du passé tout comme la convergence du corps et du signe. «Le drapé confère plus d'importance au geste qu'au corps. Il dessine un être aux contours si fluides que l'ombre d'un mur ou d'une porte suffit à l'absorber. On s'émerveille du mimétisme de l'animal qui le transforme en pierre ou feuille aux yeux des prédateurs. La femme arabe joue peut-être la même ruse. Sa chair disparaît sous la peau du vêtement», a écrit Yannick François artiste-peintre et sculpteur. Et d'ajouter : «Douleur ou solitude, désordre ou apaisement, il existe peut-être une sémiologie du pli, incertaine, subtile, éphémère, ténue. Clérambault l'a sans doute cherchée en fixant sur ses plaques l'image des pauvres femmes voilées qu'il soumettait à ses caprices. L'orientaliste a certainement échoué, trop éloigné, trop certain du radical exotisme des poses de ses modèles. L'homme en revanche fut troublé, peut-être, par cette essence océanique de la féminité que la tradition finissait d'exalter en croyant l'opprimer».
Reconnaissant leur fascination, Meriem Bouderbala produit ses peintures sur divers supports tels que : toile, papier, verre et tissus. Elle enrichit ses couleurs de sable ou de limaille de fer, leur donnant des reliefs à la fois sensuels et dramatiques. Meriem Bouderbala est née en 1960 à Tunis, après avoir été diplômée en gravure et peinture à l'École des beaux-arts d'Aix-en-Provence, en 1985, elle part à Londres à l'Ecole d'art de Chelsea dans le département de gravure.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.