Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des films et des mots
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 23 - 01 - 2004

Abdellah Taia est un écrivain marocain amoureux du cinéma. Son rêve était de devenir metteur en scène. Avec cette écriture tendre qui caractérise sa littérature, il nous rapproche de sa double passion.
Le cinéma est entré très tôt dans ma vie. Et depuis la vie c'est le cinéma, et le cinéma la vie, pour reprendre la célèbre phrase de François Truffaut. Longtemps je n'ai fait que lire sur le cinéma, j'imaginais les films qui ont marqué l'histoire à travers les mots. Je fabriquais mes propres films, mieux : j'en étais le réalisateur, et parfois même l'acteur/actrice principal(e). J'imaginais «Rio Bravo», « America America», «Les Enfants du paradis», «Cris et chuchotements»… J'imaginais Marlon Brando sur les quais, puis criant après Vivien Leigh qui crève d'envie de se donner à lui… J'imaginais Arletty, Gene Tierney, Marlene Dietrich, Bette Davis, Ava Gardner, Montgomery Clift, Rock Hudson, Liz Taylor…J'imaginais les films de John Huston, Douglas Sirk, Andrei Tarkovski, Taoufiq Saleh… J'imaginais Isabelle Adjani dans la peau d'Adèle H., la fille de Victor Hugo, folle d'amour, et Meryl Streep face à des choix terribles…
Longtemps je ne savais pas où trouver ces films, où les rencontrer réellement, entrer en eux physiquement, ils ne passaient nulle part à Rabat-Salé. Des fois je tombais par hasard à la télévision marocaine sur certains d'entre eux. La télévision, bien sûr, ce n'est pas une salle de cinéma, ce n'est pas la même magie ni la même transmission, mais il paraît que Martin Scorsese a découvert l'essentiel du cinéma mondial à la télévision quand il était petit et qu'il était obligé de garder le lit à cause de son asthme. C'était l'époque où Nourreddine Saïl choisissait les films pour la TVM. Les cinéphiles marocains doivent beaucoup à ce Monsieur. « La Momie » de Chadi Abdessalam (sans doute le plus beau film du cinéma arabe), « Et la Nave va » de Federico Fellini qui se passe dans un paquebot majestueux, «Qui a tué Liberty Valance?», «Little Big Man»…Je tombais sur des images exceptionnelles qui m'attiraient de façon irrésistible et qui s'inscrivaient instantanément, et pour toujours, dans ma mémoire. Souvent je ne comprenais pas ces films, leur histoire, leur rythme, leur montage ; la religion du 7ème art n'a pas besoin d'intelligence mais plutôt, et avant toute chose, de sensibilité, d'ouverture sur le mystère : accepter de ne pas tout comprendre des images qui défilent ( et de la vie ) est l'une des plus grandes leçons que j'ai jamais reçues. Bien sûr, comme tous les enfants du peuple, j'allais aussi voir les films indiens et les films chinois : des mélodrames chantés et dansés qui n'en finissent pas de nous transporter, de nous éblouir , de nous faire pleurer ( et il n'est pas recommandé de lire les sous-titres en arabe ) et la beauté poétique des combats de karaté, de véritables chorégraphies modernes – on s'en rend compte seulement aujourd'hui en Occident. J'aimais profondément les deux. Ils me paraissaient à l'époque antagonistes, maintenant je les perçois comme complémentaires, allant toujours de pair.
D'ailleurs les salles de cinéma populaires à double programme les projettent toujours l'un après l'autre. Hier, je les considérais comme inférieurs à ceux réalisés par John Ford ou bien Marcel Carné, aujourd'hui je vois de façon évidente qu'ils participaient à la même chose, à la même célébration, celle de la vie merveilleusement magique et opaque. Quand il m'arrive de les revoir j'y décèle une grande profondeur, une grande capacité à générer des sentiments et des idées très complexes. Avoir la possibilité, aujourd'hui à Paris, de voir un cinéma d'auteur reconnu par la critique ne m'a pas fait renoncé à cet autre cinéma, celui de mon enfance, celui de la première religion. Ma foi inébranlable dans le cinéma vient peut-être de ces premiers films d'un monde lointain vus sans résistance et en version originale.
Le rêve tend toujours à devenir réalité, il veut se concrétiser, se réaliser matériellement. Un rêve conduit presque toujours à un autre rêve. Mon rêve cinématographique, à l'adolescence, était de devenir metteur en scène, passer de l'autre côté, derrière l'écran. Je m'y suis préparé des années durant : j'ai lu, lu, et relu… Et puis un jour, j'ai compris qu'il fallait renoncer momentanément. Je n'avais pas les moyens d'aller jusqu'au bout, cela ne dépendait pas de moi. Je me suis alors accroché à ce que j'avais, à ce qui me restait : les mots. Ces derniers m'ont conduit à un rêve que je n'avais pas rêvé : l'écriture. Le cinéma me l'avait appris, je l'avais un peu oublié : la vie est un grand mystère, on croit tout connaître sur nous, on se trompe ; on se croit sûr de son unique rêve et, au fond, dans le noir apaisant de nous-même, un autre rêve se fabrique secrètement, à notre insu, et un jour il se révèle. On l'accepte tout de suite, on l'accueille chaleureusement. Cela s'appelle la survie, cela s'appelle également l'espoir dans la vie et ses surprises. Le jour où j'ai eu cette révélation j'ai revu dans le cinéma Malaki à Rabat « Il était une fois en Amérique », le dernier film réalisé par Sergio Leone. A ma grande surprise, il parlait exactement de la même chose, de ce que je venais enfin de comprendre vraiment. Il était temps.
Abdellah TAIA
écrivain


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.