Omar Hilale met à nu le «polisario» et son parrain algérien    Bourita met en avant les réformes audacieuses du Maroc sous l'impulsion de SM le Roi    Le CNDH réitère sa position pour l'abolition de la peine de mort    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Country Brand Awards : le Maroc premier en Afrique    Impact de la pandémie : les femmes encore plus pénalisées    Nouzha Bouchareb: 12 objectifs en ligne de mire    Victoire de l'eurocentrisme fiscal    Les Lionceaux avec la Côte d'Ivoire dans le groupe A    Le MAS présente son nouvel entraineur, l'Argentin Miguel Angel Gamondi    Tous les établissements pénitentiaires traitent avec les instances représentatives des avocats dans le cadre de la loi    Femmes créatives à l'honneur à l'Institut Cervantès de Casablanca    Casablanca: «Al-Irfane» mène le combat de la culture en milieu populaire    Tanger: La dimension touristique du voyage d'Ibn Battouta mise en avant lors d'un webinaire    Laâyoune : une nouvelle station de dessalement de l'eau de mer sera mise en service au second semestre 2021    Birmanie: Facebook ferme tous les comptes liés à l'armée    Chambre des représentants : un projet de loi relatif au processus électoral adopté par la commission de l'Intérieur    Nasser Bourita reçoit le ministre des Affaires étrangères du Burundi    CAN U20 : Resté confiné à Laâyoune, Targhaline devait rejoindre la Mauritanie hier mercredi    Jeux Olympiques de Tokyo : Le relais olympique lancé le 25 mars sous des conditions drastiques    Algérie : le pouvoir doit prendre acte de l'échec de sa feuille de route, affirme LADDH    Rencontre de communication pour soutenir l'action de coopératives à la préfecture d'arrondissement Hay Hassani    Coronavirus : le variant britannique présent dans plus de 100 pays [OMS]    Chichaoua : ouverture d'une enquête à la suite des déclarations d'une personne qui affirme avoir reçu deux doses à la fois du vaccin anti-Covid    Covid-19 : la situation se dégrade en France, le gouvernement annonce des mesures    Harhoura : Jusqu'à 500 millions de DH pour l'aménagement    Laâyoun : la nouvelle station de dessalement de l'eau de mer bientôt opérationnelle    Procès à distance : 8.331 affaires mises au rôle du 15 au 19 février    Infantino reçu à Rabat par Bourita    Une Maison de l'Histoire du Maroc pour construire un avenir de paix    Mort de Maradona: La justice convoque des experts pour déterminer d'éventuelles responsabilités    Invaincu 527 minutes,Yassine Bounou bat un record historique à Séville    Woods victime de fractures ouvertes à une jambe dans un accident de la route    Argentine et Mexique réclament un accès mondial aux vaccins contre la Covid-19    En Espagne, les arrivées du Royaume-Uni, du Brésil et d'Afrique du Sud restreintes jusqu 'à mi-mars    Le WAC entame la Ligue des champions par une victoire à Luanda    Des responsables palestiniens louent le soutien Royal aux établissements éducatifs de Palestine    Le Hirak algérien exprime l'exaspération d'une population qui étouffe dans un système politique opaque aux institutions démocratiques factices    Biden et Trudeau vantent "l'extraordinaire amitié" américano-canadienne pour clore l'ère Trump    «Lettres du Maghreb»: Des discussions de haute facture    "Pelé" sur Netflix, redécouverte du footballeur, fenêtre sur l'homme    Gérard Depardieu, entre ombre et lumière    L'ONEE lance un grand projet pour le renforcement de l'alimentation électrique dans les provinces du Sud    Le dirham s'apprécie face au dollar    Exposition : Une rétrospective « Saladi » au Musée de Bank Al-Maghrib    Des responsables palestiniens saluent le soutien constant de SM le Roi aux établissements éducatifs en Palestine    La classe politique évoque « un non-événement »    Retrait de la liste grise de l'UE : quelles conséquences pour le Maroc ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avortement : la femme marocaine a-t-elle le droit de décider ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 02 - 2010

L'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin tiendra un congrès national les 23 et 24 avril 2010 à la Bibliothèque nationale. Près de 800 avortements clandestins sont pratiqués au Maroc chaque jour.
«Chaque jour, près de 800 avortements clandestins sont pratiqués au Maroc dont 600 médicalisés et 200 non médicalisés», déclare à ALM Pr Chafik Chraïbi, président de l'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin (AMLAC). Devant ce constat alarmant, un congrès national sur l'avortement, le premier du genre, se tiendra les 23 et 24 avril 2010 à la Bibliothèque nationale. «Cette manifestation devait se tenir au mois de mars, mais nous avons finalement décidé de la reporter au mois d'avril. Il est vrai qu'il y a un problème au niveau des sponsors mais je suis prêt à tout débourser de ma poche pour que ce cette rencontre ait lieu», affirme Pr Chraïbi. «J'ai entamé plusieurs démarches auprès du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) au Maroc dans la mesure où l'avortement figure dans le cadre de leur stratégie de maternité sans risque. Cet organisme m'a alors orienté vers le ministère de la Santé qui bénéficie du budget alloué par le FNUAP à ce sujet. J'ai envoyé plusieurs lettres au ministère de la Santé mais sans réponse. Le Dr Abderrahim Harouchi a récemment contacté la ministre de la Santé,Yasmina Baddou, qui a donné son accord pour sponsoriser ce congrès. Mais pour ne rien vous cacher, je n'ai toujours pas eu de confirmation officielle», souligne le président de l'AMLAC. Ce congrès réunira politiciens, religieux et acteurs de la société civile pour mieux comprendre le phénomène et dégager une politique consensuelle. Lors de cette manifestation, qui réunira 400 personnes, la première journée sera consacrée à la prévention des grossesses non désirées où seront débattues plusieurs thématiques notamment l'éducation sexuelle, les méthodes de contraception et la contraception d'urgence. L'AMLAC souhaite inciter le ministère de l'Éducation nationale à introduire des cours de relations sexuelles dans les écoles. Quant à la deuxième journée, celle-ci sera axée sur les conséquences des grossesses non désirées où seront analysés les aspects médico-sociaux, juridiques et religieux. «Les recommandations issues de ce congrès seront adressées aux parties concernées, à savoir le ministère des Habous et des Affaires islamiques, le Parlement, le ministère de la Santé ainsi que le Cabinet royal», précise Pr Chraïbi. L'AMLAC plaide pour une légalisation de l'avortement dans des cas bien précis : viol, inceste, malformations fœtales, filles mineures, femmes âgées de plus de 45 ans, pathologies psychiatriques, grossesse mettant en jeu la vie ou la santé de la mère, vulnérabilité sociale, échec ou absence de contraception (couple en mariage ou hors mariage) ainsi que dans certaines situations sociales dramatiques (une domestique qui a été abusée sexuellement…). Force est de constater que la législation actuelle ne permet pas de pratiquer un avortement dans de telles situations. Devant un dispositif législatif très restrictif, le Pr Chraïbi appelle à un assouplissement de la loi notamment l'article 453 du code pénal qui n'autorise l'avortement qu'en cas de pathologies maternelles graves, pouvant mettre en danger la vie de la mère. «Cet assouplissement de la loi aura des conséquences importantes : meilleures conditions sanitaires qui engendreront une réduction de la mortalité maternelle, travail dans un cadre légal, transparence vis-à-vis du monde», relève Pr Chraïbi. Ce dernier revendique la mise en place d'un projet de loi autorisant l'avortement dans les cas mentionnés ci-dessus. Outre un allégement de la législation, le Pr Chraïbi préconise plusieurs solutions. «Il faut accorder une place importante à la prévention à travers l'éducation sexuelle, la promotion des méthodes de contraception efficaces, interpeller les responsables politiques et les leaders d'opinion et mettre en place un comité d'éthique». «En Tunisie, l'avortement a été libéralisé depuis 1970. Grâce à cette mesure, il y a dix fois moins d'avortements qu'au Maroc», conclut-il.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.