Le TECNO Spark débarque au Maroc !    Une nouvelle adresse à Casablanca    FKIH BEN SALAH: Célébration du 62 eme anniversaire de la glorieuse fête de l'Indépendance    Bousculade: le gouverneur de la province d'Essaouira sera entendu        Violences à l'école, violences dans la société: Que faire pour les enfants et leurs parents?    L'Europe veut promouvoir la reddition des comptes en Afrique    La tradition culinaire italienne s'invite au Maroc    Louvre Abu Dhabi: Une visite guidée à travers l'histoire de l'humanité    Le Maroc réaffirme son rejet de toute atteinte aux Lieux Saints    Merkel confrontée à une crise politique sans précédent en Allemagne    Mohamed Benabdelkader représente le Maroc au Congrès arabe de la réforme administrative et du développement    Calcio : La Juventus craque, l'Inter en profite    Finale aller de la Coupe de la CAF : Courte victoire du TP Mazembe    Ligue des champions    J'ai mal en mon pays    A Saint-Louis du Sénégal, l'océan menace habitants et patrimoine    A la recherche des cerveaux subsahariens    Forum des avocats MRE    Charles Manson, gourou criminel qui horrifia l'Amérique    Fondation Attijariwafa bank, partenaire historique et exclusif de la Caravane AMGE pour la 11ème année    L'incivilité routière cause mort et perturbation du réseau du tramway à Casablanca    Nouvelles normes de travail dans l'industrie de la pêche    Décès de Jana Novotna    Des alpinistes au chevet de la coupole de Florence    Les meilleurs films de tous les temps    Clôture en beauté du Festival Cinéma et migration à Agadir    Le Roi Mohammed VI demande plus d'encadrement pour les actions associatives    L'Allemagne en crise tente d'éviter des élections anticipées    Bousculade d'Essaouira: le gouverneur sera entendu par la justice    Projection «Justice League» au Imax Morocco Mall    Un tramway déraille à Casablanca    Bousculade près d'Essaouira: Une commission du ministère de l'Intérieur se réunit avec les autorités locales    CHAN2018, Avantage au Maroc    Bâtiment : Sadet et le groupe chinois OVM signent un accord    Le Maroc appelle à épargner la région arabe de davantage de guerres    A l'occasion de l'ouverture de l'Université d'automne de la jeunesse socialiste à Asilah    Tanger : Arrestation d'un individu pour vols qualifiés et meurtre avec préméditation    Zimbabwe: Mugabe destitué par le parti au pouvoir    MTDS introduit le paiement par Bitcoin au Maroc    Bousculade près d'Essaouira: Une commission du ministère de l'Intérieur se réunit avec les autorités locales de la province    Le Raja s'adjuge la 60e édition    LES DEPUTEES MAROCAINES IGNORENT-ELLES LEURS MISSIONS LEGISLATIVES?    Le cinéma, cet art majestueux aux milles effets magiques    Benatiq : La politique nationale d'immigration couronne les engagements internationaux du Maroc    Retard des pluies : Les agriculteurs sont inquiets    l'Ittihad de Tanger se sépare de son entraîneur Badou Zaki    Premier League : Les Reds convoitent Romain Saiss    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelouahed Souhail : «Il n'y a pas de guerre de succession au sein du PPS»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 03 - 2010

Abdelouahed Souhail, membre du bureau politique du PPS, affirme que la présidence du Parti du progrès et du socialisme (PPS) ne peut être que collégiale.
ALM : Dans quelle ambiance se déroulent les préparatifs pour le prochain congrès du PPS ?
Abdelouahed Souhail : La 12ème session du comité central du PPS, réunie les 6 et 7 mars, a adopté un ensemble de documents ayant trait à la préparation du prochain congrès de notre parti qui aura lieu du 28 au 30 mai prochain. Cela fait trois mois que nous préparons ces textes. Il s'agit, entre autres, d'un projet contenant les modifications aux statuts du parti et un document général concernant la mise à jour du programme économique, social et culturel du parti. Ces documents seront débattus au niveau de l'ensemble des sections régionales du parti avant d'être soumis à l'examen du prochain congrès du parti. Pour l'instant, ce qui est important, c'est que nous avons réussi à présenter des documents qui tiennent compte de l'actualité et des mutations que connaît la scène politique nationale.
Parmi les modifications du statut du parti, le comité central a suggéré la mise en place d'un conseil de la présidence. En quoi consiste cette proposition ?
Cette idée est venue du fait que certains anciens dirigeants du parti, vu leur âge, ont quitté le bureau politique du parti alors que le PPS peut toujours profiter de leur expérience. Ainsi, le conseil de la présidence devra comprendre un ensemble d'anciens dirigeants du parti. Cette instance se verra confier une mission de médiation. Elle peut jouer également le rôle d'une autorité morale et d'une mémoire pour le parti. Pour l'instant, le projet de modification du statut du parti ne fixe ni le nombre des membres de cette instance ni les missions qui pourraient lui être assignées. L'idée doit d'abord être approuvée par le prochain congrès pour être mise en application.
Certains observateurs pensent que le PPS adopterait le modèle du Mouvement populaire. Qu'en dites-vous?
Nous voulons mettre en place un modèle qui soit propre au PPS. En fait, le seul parti qui a mis en place une telle instance, c'est le parti de l'Istiqlal. D'ailleurs, il y a eu des circonstances spéciales qui ont prévalu à la mise en place d'une instance de présidence au sein du MP. Il s'agit de la scission puis le rassemblement de la famille Harakie (fusion du MP, le MNP et l'UD en 2006) qui a nécessité la mise en place d'une instance pour Mahjoubi Aherdane et une autre pour Mohand Laenser. Pour le PPS, ce n'est pas le même contexte. En effet, nous ne voulons pas mettre en place une instance de tutelle sur le parti. Ce que nous voulons c'est que la direction du parti soit responsable.
En perspective du prochain congrès du PPS, pourra-t-on assister à une guerre de succession au PPS ?
Pas du tout. Il n'y a nullement de guerre de succession à Ismaïl Alaoui. Tout d'abord, M. Alaoui n'a pas manifesté sa volonté de se retirer. Et supposons même que M. Alaoui manifestera son désir de se retirer de la direction du parti, il n'y aura pas de guerre, même s'il y a multiplicité de prétendants. Les observateurs qui avancent cela doivent comprendre que le PPS a ses propres méthodes de fonctionnement . Quelle que soit la personne qui sera désignée pour assurer le poste de secrétaire général, nous refusons le modèle présidentiel. Nous optons pour la présidence collégiale du parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.