Un Monde Fou    Coupe Zayed : Le Raja se qualifie pour les quarts de finale    SM le roi Mohammed VI reçoit Antonio Guterres au palais royal de Rabat    La folle équipée du Raja de Casablanca    Un couple marocain meurt dans l'incendie d'un bâtiment en Italie    Hausse du nombre de travailleurs migrants à l'échelle mondiale    Foire régionale des produits du terroir, du 14 au 17 décembre à Taza    L'APRAM célèbre ses 20 ans d'existence    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Divers    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    La commission des accords commerciaux du Parlement européen emboîte le pas à celle des affaires extérieures : Une évidence    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Rkia Derham : L'accord sur la ZLEC, un pas prometteur    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    « Ou ana ? », la campagne en faveur des mères célibataires    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    Open Innovation 2018 : BMCI s'engage avec 3 startups à l'issue de son programme    Fès : Convention pour la création d'"une école de deuxième chance" dans l'ancienne médina    Khashoggi désigné "personnalité de l'année" par le Time    Une secousse sismique a été ressentie à Al Hoceima    Migrations: Présentation à Marrakech d'un Manifeste sur les droits des femmes    «Si Dieu nous prête vie» de Intissar Haddiya présenté à Casablanca    Une exposition dédiée à sa «période africaine» : A la rencontre de Mohammed Kacimi au MuCEM de Marseille    Le Festival «Le Morocco Adventure Film» se déroulera à la Villa des arts de Rabat    Cinq grandes professionnelles du cinéma créent la Fondation Tamayouz    Comment l'affaire Hamieddine met le PJD dans la tourmente ?    Afrique. L'intégration des marchés financiers s'impose    Raja-Al Ismaily en 16è de finale retour de la Coupe arabe des clubs champions : Un match sous haute pression    L'ONU aurait besoin de 5 milliards de dollars pour le Yémen    Maladies professionnelles. La stratégie prend forme    Conférence intergouvernementale sur la migration à Marrakech    Bourse. Les transactions en baisse au cours du troisième trimestre    Gilets jaunes, Les mesures prises par Macron    Salé : Arrestation d'un individu impliqué dans un accident de circulation mortel sous l'effet de l'alcool    Le Wyadad et le Hassania en tête    Raja: apaiser la tension du staff technique    Décès à Marrakech de l'icône de la chanson populaire marocaine Hamid Zahir    «Sabah wa Massa» ou l'amour entre vérité et mensonge    Edito : Défenseur de migrants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Galerie Mohamed El Fassi : Nawal Sekkat expose ses sculptures
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 12 - 2010

Nawal Sekkat expose ses récentes toiles et ses sculptures à Galerie Mohamed El Fassi à Rabat du 16 décembre 2010 au 1er janvier 2011. Un travail autour de la matière et de son ambivalence.
En plus des paysages abstraits minéraux, volcaniques, lumineux, tourbillonnants et orageux de ses récentes toiles, ce sont des sculptures que nous présente pour la première fois Nawal Sekkat. Son exposition est montée à la Galerie Mohamed El Fassi à Rabat du 16 décembre 2010 au 1er janvier 2011. «La sculpture est une nouvelle étape dans ma vie artistique. C'est le fruit de plusieurs recherches pour pouvoir m'exprimer tout en restant dans la même démarche que mes peintures, C'est-à-dire toujours dans un travail sur les contrastes», a déclaré à ALM Nawal Sekkat lors du vernissage mardi 14 décembre. Les sculptures de Nawal Sekkat allient le plexi et la terre, une pierre taillée d'une façon très rigide, très brute avec une fluidité transparente derrière du plexiglas. «Je conjugue les versus à la recherche d'équilibres, le blanc et le noir, le foncé et le clair, le dur et le souple, toujours dans cette recherche de la lumière», explique Nawal Sekkat. Ainsi autant dans ses toiles que dans ses sculptures, Nawal Sekkat, qui avait travaillé auparavant sur les anciens tapis marocains, continue à tracer son sillon découvrant et utilisant différents supports. Feuille d'or et d'argent, pâte de papier naturel, toile de coton, toile de jute, cuivre, pierre, plexiglas sont entre autres les matières qu'elle imprègne de tout ce qui fait son intériorité de femme marocaine et d'artiste en quête d'équilibre. Une être active et sensible à la fois, ancrée dans ses racines et ouverte sur monde. «Il y a un côté gai dans l'œuvre de Nawal Sekkat, mais aussi beaucoup de violence. Au lieu de refouler, elle se défoule dans le sens psychanalytique du terme, extériorise les nervures de son être et plonge dans les recoins les plus sombres sans vouloir chercher le sens , au-delà de la donnée, la couleur», a déclaré à ALM Farid Zahi critique d'art commentant l'œuvre de Nawal Sekkat. Et d'ajouter : «Il y a une ambivalence, la violence et le répit, un foisonnement intérieur, une souffrance créatrice, un état d'âme qui se traduit directement sur la toile et qui nous invite parfois à l'écouter». Par ailleurs, dans cette exposition, Nawal Sekkat nous donne à voir le fruit d'une démarche en parallèle qu'elle avait commencée en 2007autour du thème de la transcendance. Selon l'artiste, il s'agit de carrés parfaits à la base, des carrés de cuivre qui ont été transcendés par la joie, par la mélancolie, par les tumultes de la vie... plusieurs raisons qui font que le carré parfait ne reste plus parfait tout le temps, du moment qu'il est vivant. «C'est la transformation et l'évolution avec le contact du temps, son usure aussi, qui sont recherchées ici non la perfection. Et dans ce travail de transcendance, je peux me permettre des lapsus, des mots qui sortent en arabe ou en français», explique l'artiste. Et le critique d'art Farid Zahi de conclure par une interrogation: «Je ne sais pas pourquoi ce travail se caractérise par cette dualité ? Je crois que c'est ce côté de la femme qui cherche à s'approprier, comprendre ses propres contrastes. Il y a une quête d'équilibre, mais si elle trouve cet équilibre, c'est l'art qu'elle perd».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.