Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Autrement : Les bons sentiments de Barack Obama
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 05 - 2011

Construire des relations de confiance et d'amitié avec les peuples qui composent ce qu'on appelle «le monde musulman» est manifestement une préoccupation constante du président Barack Hussein Obama.
Presque deux ans après le discours historique intitulé «Un nouveau départ» qu'il avait prononcé à l'Université du Caire le 4 juin 2009, le président américain, fils d'un musulman, lui-même chrétien, s'est de nouveau adressé aux musulmans du monde jeudi 19 mai, cette fois depuis Washington. Un discours d'envergure destiné principalement à convaincre les musulmans que les Etats-Unis se veulent à leurs côtés quand il s'agit de défendre les droits des peuples et des hommes. Ainsi cette phrase rappelant le soutien rapide apporté par l'Amérique aux révolutions démocratiques de Tunisie et d'Egypte : «Nous avons saisi la chance de montrer que l'Amérique a plus d'estime pour la dignité du vendeur de rue en Tunisie que pour le pouvoir brut d'un dictateur». Barack Obama a annoncé des aides financières concrètes de l'Amérique à l'Egypte et à la Tunisie. Il a promis que d'autres dictateurs pourraient suivre les anciens dirigeants de Tunis et du Caire dans leur chute, faisant allusion principalement à Moammar al-Kadhafi, qui va «inévitablement partir ou être forcé à quitter le pouvoir», et lançant un avertissement au président syrien Bachar al-Assad qui continue de faire tirer sur ses opposants : «Le président Assad a maintenant le choix: il peut diriger la transition ou s'en aller». Toutefois, Obama s'est montré moins ferme à l'égard du président du Yémen, qui lui aussi a fait tirer sur son peuple et tarde à quitter le pouvoir malgré ses engagements. Moins ferme, également, vis-à-vis du roi du Bahreïn, allié important des Etats-Unis, qui se refuse à entendre les revendications de son peuple. Rien, par ailleurs, en faveur de la démocratisation en Arabie Saoudite, pays totalement «oublié» dans le discours. Ce qui montre que, malheureusement, le «deux poids, deux mesures» reste de vigueur. A la faveur du «Printemps arabe», Barack Obama a voulu réaffirmer les grandes lignes de sa politique au Proche-Orient, particulièrement en ce qui concerne le conflit entre Israéliens et Palestiniens. Il a créé une certaine surprise en se prononçant pour la création d'un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967, ce qui a provoqué la colère du Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou. Cependant, Obama a dit, aussi, son hostilité à l'ambition des Palestiniens de déclarer leur Etat en septembre prochain, à l'occasion de l'Assemblée générale des Nations Unies. Dès lors, le président américain, qui n'est jamais parvenu à faire plier Nétanyahou sur quoi que ce soit, mécontente tout le monde. Avec Barack Obama, le langage, certes, est nouveau. Nous ne sommes plus à l'époque de George Bush qui s'inscrivait dans la perspective du «choc des civilisations». Mais il apparaît que le président démocrate n'a pas les moyens de mettre en oeuvre ses bons sentiments, et qu'il n'y a pas de tournant décisif dans la politique étrangère américaine. Peut-être parce que l'influence des Etats-Unis n'est plus ce qu'elle était, et que nous sommes entrés dans un monde «post-américain»?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.