Retour des MRE : Voici les prix proposés par RAM    Jerrada : Nouveaux projets pour renforcer les filières du miel et des arbres fruitiers    Aérien. La RAM dévoile ses nouveaux tarifs vers le Maroc    Législatives algériennes : le parti islamiste MSP revendique la majorité    Euro 2020 : Les Anglais convaincants ont battu les Croates décevants (1-0)    Euro 2020 : L'Autriche s'en sort bien face à la Macédoine du Nord (3-1)    Facilitation des démarches consulaires, douanières et sanitaires...les nouvelles directives de SM le Roi en faveur des MRE    Evolution du coronavirus au Maroc : 270 nouveaux cas, 523.890 au total, dimanche 13 juin 2021 à 16 heures    La résolution européenne sur le Maroc est "erronée" et "inappropriée", selon une sénatrice italienne    Algérie: Une APN qui n'a rien de populaire    Marge du G7: Bras de fer USA-Chine    Rassemblement à Paris des sympathisants du Hirak contre les législatives voulues par le «pouvoir assassin»    Cette Espagne hégémonico-nostalgique qui a mal du Maroc    Déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai 2021 (TGR)    La famille Belkhayat ouvre le capital de Dislog Industries à Mediterrania Capital Partner    Attijari Global Research : des convictions à l'épreuve de la crise    Euro 2021 : l'écroulement de Christian Eriksen réveille les souvenirs de scènes dramatiques    Pour un meilleur accueil des MRE: Prix raisonnables et nombre de rotations suffisant    L'Opinion : Désunis jusqu'à la fin !    Météo Maroc: Temps assez chaud avec nuages dans des régions (dimanche 13 juin)    L'AMDV veut que les réponses du législateur face aux violences sexuelles soient renforcées    Opération Marhaba 2021: des incertitudes planent toujours    Voyageurs : Le ministère de la santé publie les fiches à remplir    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    L'affaire Brahim Ghali a un nom : Arancha González Laya    France : les réservations vers le Maroc en très forte augmentation    Chine : 12 morts dans l'explosion d'une conduite de gaz dans un complexe résidentiel    OCP : franc succès pour la nouvelle émission obligataire internationale de 1,5 milliard de dollars    UNE RESOLUTION EUROPEENNE DENONCANT LE MAROC : CHERCHEZ L'ERREUR !!!    Oriental Le développement des zones frontalières, priorité pour l'Istiqlal    Journée mondiale du donneur de sang: un appel pressant à l'action pour augmenter la collecte de cette matière vitale    Plus de deux tonnes de drogue saisies à Mohammedia    Yassine Bounou évoque ses ambitions avec les Lions de l'Atlas    Hakimi et Lukaku dédient leurs buts à Christian Eriksen    Laâyoune: le droit à la santé à l'ère de la Covid-19 domine les débats de la CRDH    Karaté : Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Bruxelles attend de Biden des engagements clairs sur le partenariat transatlantique    Algérie: les élections législatives ne vont pas régler le problème (Think tank US)    Euro 2021: le Danemark s'incline devant la Finlande (VIDEO)    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Maroc – Burkina Faso : Pour suivre le match    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





C'est lent et difficile
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 02 - 2002

Le pacte d'honneur entre le Roi défunt Hassan II et son Premier ministre Abderrahmane Youssoufi a fonctionné. La succession monarchique balisée par une constitution claire quant à ses modalités a été consolidée par l'existence d'un gouvernement patriote, légitime et attaché au Droit.
Il y a quatre ans Abderrahmane Youssoufi a été nommé Premier ministre. À la tête d'un gouvernement dont le noyau dur est constitué de l'USFP et s'appuyant sur six autres formations politiques, il allait lancer l'expérience de l'alternance au Maroc.
Quatre ans après, et à quelques mois des élections législatives, l'heure du bilan approche. C'est un moment politique absolu qui a ses règles, sa méthodologie et sa déontologie. Or, aujourd'hui dans notre pays, les conditions d'un bilan, serein et constructif, pour évaluer les quatre années de primature de Abderrahmane Youssoufi ne sont pas réunies. Alors que ce sont quatre années cruciales.
L'honnêteté intellectuelle étant, actuellement, une denrée très rare dans l'espace politico-médiatique marocain, cet exercice démocratique nécessaire, nous allons le rater, aussi.
L'on se perdra une nouvelle fois dans les anathèmes, dans les imprécations et dans la haine. Mais cela n'est pas le plus important car les faits sont réels et têtus, le dérisoire ne peut pas les altérer.
Prenons trois faits majeurs pour approcher le bilan de Abderrahmane Youssoufi et de son gouvernement : la succession monarchique, la transition démocratique et la transformation sociale.
Le pacte d'honneur entre le Roi défunt Hassan II et son Premier ministre Abderrahmane Youssoufi a fonctionné. La succession monarchique balisée par une constitution claire quant à ses modalités a été consolidée par l'existence d'un gouvernement patriote, légitime et attaché au Droit. Abderrahmane Youssoufi, compte tenu de son histoire personnelle et de son passé militant, a été pour notre pays un atout supplémentaire à ce moment précis de la vie de la nation.
Sur le plan de la transition vers la démocratie que vit le Maroc depuis plusieurs années, l'alternance a été un facteur d'accélération pour ce processus lent et difficile.
Le pays est plus démocratique que par le passé, la liberté d'expression est une réalité et l'État de droit s'installe de plus en plus à un rythme également lent et difficile.
Au niveau de la transformation sociale qui est plus en relation avec le bilan du gouvernement de Abderrahmane Youssoufi, on peut également dire que la « gouvernance » du Maroc a été améliorée. De grands chantiers ont été ouverts et un certain nombre de réformes entreprises. Toujours à un rythme lent et difficile mais cette fois-ci, il est imposé par l'absence de marges de manœuvres financières, par les aléas du secteur agricole et par l'ampleur du retard pris dans de nombreux domaines. Par contre, et en général, la notion de l'éthique dans la gestion des affaires publiques est elle aussi devenue une réalité plus prégnante.
Sur ces trois facteurs majeurs, vous le constatez bien, avec un peu de bonne foi, nous pouvons créditer Abderrahmane Youssoufi d'une réussite certaine. Mais le paradoxe c'est que, justement, c'est sur ces trois réussites qu'il se fait attaquer. Tous les jours, de la manière la plus abjecte, la plus indécente et la plus injuste. Car Abderrahmane Youssoufi est devenu un obstacle. Tous ceux qui voulaient contrarier le cours de la succession, aujourd'hui, ils se sont révélés au grand jour, étaient gênés par la loyauté et le légitimisme de Abderrahmane Youssoufi. Tous ceux qui sont contre la transition démocratique parce qu'elle risque de consolider nos institutions sont aussi gênés par Abderrahmane Youssoufi. Seule la faillite de cette transition peut, selon eux, ouvrir une brèche pour que leur projet « dynastique » iconoclaste puisse prospérer. Et finalement tous ceux qui sont contre la transformation sociale en cours sont également gênés parce qu' elle peut aboutir à un bilan positif susceptible d'éloigner le chaos qu'ils nous annoncent tous les jours pour justifier l'arrivée de leur messie.
Dans ce contexte précis, Abderrahmane Youssoufi n'est pas défendable. Ni lui, ni son gouvernement, ni son bilan. Il est trop constant dans sa démarche. Il construit alors que ses adversaires attendent l'inverse de lui pour faire avancer leurs idées nihilistes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.