Europa League : Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    ANAM. Trois cliniques sanctionnées pour surfacturation    Kaspersky : Quand l'organisation traditionnelle du travail n'est plus souhaitable    Guerguarate: la Chambre des représentants de Belgique salue l'intervention marocaine    La campagne marocaine de vaccination anti-Covid démarre le 4 décembre    Evolution du coronavirus au Maroc : 4979 nouveaux cas, 336.506 au total, mercredi 25 novembre à 18 heures    Le Souverain, se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Décès de Maradona: l'UEFA a fait une annonce    La Colombie commémore l'anniversaire de l'accord de paix avec les FARC sur fond de divisions et de violence    La Suède demande à l'Iran d'annuler l'exécution d' un scientifique irano-suédois    Abdellatif Jouahri appelle à renforcer la résilience économique pour affronter les défis futurs    OMS: la pandémie a légèrement ralenti en une semaine    Musée Mohammed VI: L' art de découvrir Rabat autrement    Beyoncé en tête des nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Ahmad Ahmad saisit le TAS après la décision de la FIFA    Le Raja fixe une nouvelle date pour son assemblée générale    Immobilier: Aradei Capital n'envisage plus sa conversion en OPCI    Digital Brunch. Quelles tendances digitales en 2021 ? Les experts répondent (VIDEO)    Message du roi Mohammed VI au président du Suriname    Alerte météo au Maroc: averses orageuses et chutes de neige à partir de ce mercredi    La Toile sous le choc: une mère indigne torture sa fille à Larache    Diplomatie d'entreprise ou comment tirer son épingle du jeu    Communiqué du bureau politique du PPS du mardi 24 novembre 2020    El Guerguerat: les Marocains du Danemark à bras le corps pour la patrie    Commerçants et hôteliers broient du noir    Migration: Le Maroc joue un rôle constructif et fédérateur sur les plans régional et international    Réouverture des mosquées : le retour à la normale se confirme    Yto Berrada expose au Mathaf de Doha    Vers le lancement de l'Observatoire national de la criminalité    Hommage à Hassan II : Un Royaume solide en héritage    Le silence de la haine ou la solution finale pour les Palestiniens    Lewandowski, Mané ou encore Mbappé en lice pour le prix    Université Moulay Ismail : l'offre de formation renforcée    Tennis : Medvedev, le maître de Londres    Haut Karabakh: Paris réclame un «droit de regard»    Lotfi Bouchaara sur BBC : "le Maroc est disposé à négocier avec des parties et non pas avec un fantôme"    Les beaux-arts et la nourriture de l'esprit    Edition digitale réussie : 15.000 e-spectateurs pour Visa for Music    Nouvelle publication chez Orion éditions : Linda Chiouar s'immerge dans l'univers des anxiolytiques    Fidadoc 2020 : Une édition digitale du 14 au 19 décembre 2020    Les Ateliers de l'Atlas 2020 dévoilent les projets retenus    Droits compensateurs aux engrais marocains : l'OCP réagit à la décision des Etats-Unis    FLDF : Les violences faites aux femmes exposent !    Equipe nationale / 5 joueurs covidés : Un possible cluster lors du dernier rassemblement !    Equipe nationale : Le Maroc participera à la Coupe Arabe de la FIFA (Qatar 2021)    Inclusion financière au Maroc : Pour combler les écarts, un "véritable" choc s'impose    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nizar Baraka, une force tranquille qui fait la différence
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 01 - 2012

Depuis son adhésion à l'Istiqlal en 1981, date de l'obtention de son baccalauréat, M. Baraka a fait une ascension fulgurante au sein du parti. En 1989, il a été élu membre du conseil national du parti, puis membre du comité central en 1998 avant d'intégrer le comité exécutif en 2003.
Il est le gendre et l'homme de confiance de Abbas El Fassi, chef de gouvernement sortant. L'istiqlalien Nizar Baraka, en sa qualité d'ancien ministre délégué chargé des affaires économiques et générales, était par excellence l'homme des dossiers épineux au sein du gouvernement sortant de M. El Fassi.
Et aujourd'hui, c'est une tâche encore plus lourde qu'il assume, à savoir la gestion du ministère de l'économie et des finances, succédant au patron des Rnistes, Salaheddine Mezouar. Tout au long du processus de concertations mené par M. Benkirane pour la formation du gouvernement, et jusqu'à la dernière minute, personne ne s'attendait à cette nomination. Et pourtant, aussitôt annoncée, elle n'a pas été contestée. Ceci s'explique, selon les observateurs, par les qualités et la compétence reconnues au nouveau ministre. Il s'agit de l'une des grosses pointures sur lesquelles le nouveau chef de gouvernement table pour mener à bien son action gouvernementale. D'ailleurs, dans le cadre du gouvernement sortant, M. Baraka supervisait des dossiers stratégiques pour le développement socio-économique du Maroc, tels le soutien du pouvoir d'achat et la politique des prix, l'économie sociale et la présidence marocaine de l'OCDE sur l'investissement international dans la région MENA. Dans le cadre du gouvernement Benkirane, l'istiqlalien mise, également, sur des axes stratégiques. Lors de sa première sortie médiatique après sa nomination, M. Baraka a présenté son plan d'action qui a pour objectif de maîtriser le déficit public, assurer un meilleur ciblage des politiques publiques et de développer de nouvelles formes de financement, à travers des partenariats public-privé, notamment dans les domaines sociaux, de l'éducation et de la santé. Ce natif de Rabat a fait un parcours sans faute. Après avoir obtenu son baccalauréat en 1981, il rejoint la Faculté de droit Mohammed V-Agdal. Il obtient un diplôme en économétrie en 1985 et se rend à l'Université Aix-Marseille en France où il décroche un doctorat en sciences économiques en 1992. Une formation académique qui lui a ouvert la voie pour un parcours professionnel encore plus brillant. Après avoir enseigné à la Faculté de droit Mohammed V-Agdal et à l'Institut national d'économie sociale, il rejoint le ministère des finances en 1996. Dans le cadre de ce département, il a assumé plusieurs postes de responsabilité, dont celui de directeur-adjoint de la Direction des études et des prévisions financières. Depuis son adhésion à l'Istiqlal en 1981, date de l'obtention de son baccalauréat, M. Baraka a fait une ascension fulgurante au sein du parti. En 1989, il a été élu membre du conseil national du parti, puis membre du comité central en 1998 avant d'intégrer le comité exécutif en 2003. A l'Istiqlal, M. Baraka s'occupait également de la gestion des grands dossiers. Président de la commission économique et de la commission des relations extérieures du parti en 2009, il a supervisé la commission chargée de l'élaboration de la conception du parti sur la régionalisation avancée en 2010 et de l'élaboration du programme électoral du parti lors des Communales de 2009 et des Législatives de 2011. D'ailleurs, selon les observateurs, parmi les noms qui circulent au sujet du successeur de Abbas El Fassi à la direction du parti, le nom de M. Baraka n'est pas à écarter. A ne pas perdre de vue que M. Baraka est également actif dans nombre d'associations et organisations nationales et internationales. Vice-président de l'Internationale démocratique africaine des partis du centre depuis 2005, il a également été nommé par SM le Roi, en janvier 2005, membre du Comité Averroès pour le rapprochement entre les peuples marocain et espagnol. M. Baraka a également contribué au Rapport du Cinquantenaire sur le développement humain et il est aussi membre du conseil d'administration du Conseil déontologique des valeurs mobilières en 2004 et de l'Observatoire national du développement humain en 2006.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.