Davos : Donald Trump fustige les «prophètes de malheur» devant Greta Thunberg    UK-Morocco Business Dialogue: Turbo sur la coopération !    Grogne des imams: Le ministère réagit    Boxe: le Maroc, troisième du tournoi «Ahmet Cömert» à Istanbul    Faut-il craindre le nouveau virus chinois?    Botola Pro D1 : Le fauteuil du leader n'est plus immunisé    Le président du Forum Crans Montana voit en Dakhla un laboratoire de développement pour l'Afrique    HCR au Maroc : 6.656 réfugiés et 3.100 demandeurs d'asile au 31 décembre 2019    Maroc-GB, l'après Brexit a déjà commencé !    Le Maroc prend part au Comité des Représentants permanents de l'Union africaine    Lilia Zakraoui, signe sa première publication    Tirage au sort Coupe du Monde 2022: Zone Afrique, à quelle heure et sur quelle chaîne ?    Les Coupes Nationales: Plusieurs joueurs Marocains sont attendus    L'ex-patron chinois d'Interpol condamné à treize ans de prison    Botola Pro: Le WAC passe en tête du classement    Tanger Med : Plus de 65 millions de tonnes de marchandises traitées en 2019    Suite à la fin de la convention de la concession «Assiaqa Card» : M2M anticipe une baisse de ses résultats 2020    Compétitivité : le Maroc au bas de l'échelle    La saison agricole sera-t-elle compromise ?    Congrès régional de Drâa Tafilalet du PPS    Najate Limet: «Nous voulons sensibiliser des donateurs marocains»    Pearl Jam de retour avec un nouvel album    Le nombre de chômeurs dans le monde devrait repartir à la hausse    Venezuela: Reconnaître Guaido comme président, mais payer ses impôts à Maduro    Lahcen Es-saady : «L'initiative avance d'une manière constante et enregistre une forte interactivité des Marocains»    Casablanca : Rick's Café devant la justice    Le procès historique de Donald Trump entre dans le vif du sujet    Boeing ukrainien: l'Iran confirme le tir de deux missiles    Tunisie : Elyes Fakhfakh, ex-ministre des Finances, désigné Premier ministre, appelé à former rapidement un gouvernement    Escroquerie financière et piratage de cartes de paiement électroniques : Quatre individus devant le parquet à Rabat    Le patrimoine amazigh à l'honneur à Imintanoute    La Bolivie retire sa reconnaissance de la « rasd »    Taroudant : couple soupçonné d'agression sur leur fille    Nouveau système d'évaluation du handicap, les précisions d'El Moussali    Handball : le Maroc perd face à la Tunisie    Voici le temps qu'il fera ce mardi    Les femmes mises au ban du développement    Insolite : Klinsmann épinglé    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Trois raisons qui expliquent une rapide prise de poids chez les hommes    Les sales besognes de Larbi Naji    Les EEP bénéficient de plus de 28 MMDH de déblocages à fin novembre    Société Générale et Yamed capital annoncent la création d'une joint-venture    Accord international pour relancer les efforts de paix en Libye    Des ex-guérilleros salvadoriens protègent la forêt qui leur avait donné refuge    Agadir à l'heure des "Journées de Tiznit"    "Bad boys for life" en tête du box office nord-américain    Abdelouahab Doukkali enchante le public saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La bibliothèque ensevelie
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 08 - 2003

SM le Roi Mohamed VI a approuvé le projet de construction de la bibliothèque nationale du Royaume du Maroc à Rabat. Les deux architectes de cet édifice ont opté pour un bâtiment presque invisible. Il sera pratiquement enterré pour ne pas modifier l'horizontalité d'un jardin public.
«Plus de 150 millions de DH seront enterrés ! », s'exclame un architecte en découvrant une vue d'ensemble du plan de la bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM).
Il n'a pas tort, puisque l'édifice ne sera pas dressé, mais enseveli. Ce parti pris architectural étonne par son audace. « Si le geste architectural consiste à bâtir, à dresser, à ériger et à élever, notre projet est une négation de l'architecture. Je dirai même que nous assassinons l'architecture dans son acception communément admise », précise Rachid Andaloussi qui a remporté avec Abdelwahid Mountassir le premier prix du concours de la BNRM. Les deux lauréats ont choisi de niveler le bâtiment, afin de ne pas modifier l'horizontalité du terrain.
Le terrain où tient la bibliothèque se situe à proximité du jardin du Belvédère. Les habitants de Rabat connaissent bien ce jardin qui se trouve dans l'axe de Bab Rouah, aux côtés du terrain du FUS. Ils s'y promènent, y font leur jogging, y jouent à la pétanque. Le projet de la bibliothèque a été réfléchi pour prolonger le jardin, de façon à ne pas casser son horizontalité. Le caractère essentiel du site, à savoir ses qualités paysagères, ont dicté aux deux lauréats la configuration aplanie de la BNRM. Seule une tour, haute de 15 m, signalera de loin une bibliothèque qui occupe une superficie de 10 745 m2.
Les passants pourront marcher sur des espèces de ponts qui dominent le patio de la bibliothèque. Ce patio ou ryad sera la principale source de lumière naturelle des locaux de la bibliothèque. Rachid Andaloussi explique qu'il s'agit là de la récupération de l'un des éléments constituants de l'architecture marocaine. « Regardez les maisons de la médina, elles ont pratiquement des façades aveugles. Entrez et vous découvrez un ryad qui illumine toutes les pièces», explique-t-il.
L'immense patio de la bibliothèque constitue donc une référence à l'architecture traditionnelle du Maroc. La tour de la bibliothèque a été réfléchie, de son côté, pour être le pendant de la Tour Hassan.
La réglementation en vigueur ne lui permet pas de dépasser 15 mètres. Avec sa base de 196 m2, elle est toutefois appelée à devenir l'un des repères de la ville. D'un autre côté, Rachid Andaloussi loue la composition du jury qui a primé le projet qu'il a réalisé avec Abdelwahid Mountassir. Parmi les membres de ce jury, on trouve Mohamed Achaâri, ministre de la Culture, Ahmed Toufiq, l'actuel ministre du Habbous et des Affaires islamiques qui occupait alors le poste de directeur de la bibliothèque générale, l'architecte Paul Chemetov, ancien conseiller de François Mitterrand, Alix Chevalier, responsable à la bibliothèque nationale de France, l'architecte français Pierre Riboulet, le penseur Abdou El Filali El Ansari et Philippe Sauvageau, président directeur général de la bibliothèque nationale du Québec. Ce dernier a établi le programme de la BNRM.
Le programme de Philippe Sauvageau comprend toutes les composantes d'une bibliothèque moderne.
Un auditorium de 300 places pour les activités d'animation, une galerie pour la présentation de collections particulières (livres rares, manuscrits…), un espace pour les revues, un espace pour les estampes, un espace pour les microfilms et documents numérisés, des locaux pour les livres précieux, des locaux pour les chercheurs de haut niveau. Sans parler de la bibliothèque des imprimés, d'une superficie de 2304 m2, en libre accès. La salle de lecture peut accueillir quant à elle 700 places. Le programme de la BNRM ne marginalise pas les handicapés. En plus des accès qui sont spécialement aménagés pour eux, le site comprend un espace offrant des services spécifiques aux malentendants et aux aveugles. Le budget prévisionnel de la BNRM s'élève à 150 millions de DH, financés à hauteur de 100 MDH par le Fonds Hassan II. Le reste du budget est pris en charge par le ministère de la Culture. Le Fonds Hassan II a également débloqué 50 MDH supplémentaires pour l'acquisition des équipements de cette bibliothèque qui ouvrira ses portes en fin 2005. C'est le premier des grands chantiers culturels du Maroc. Tout le monde l'attend, parce qu'une bibliothèque est l'équipement le plus important pour conserver et restaurer le patrimoine écrit d'une nation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.