Diffusion de fausses informations sur des cas présumés d'infection : Deux filles arrêtées à Tanger    Bank Al Maghrib: Adoption de nouvelles mesures de politique monétaire et prudentielles    Coronavirus : 120 nouveaux cas en 24 heures, 479 au total    OMS : des prévisions inquiétantes pour le Maroc ? C'est faux !    Gestion de la relation client : Webhelp répond aux fake news    Covid-19: Ces solidaires… pour plaire    L'examen cyclique de l'humanité!    Covid-2019: un peu de souffle pour le MASI    Les effets du COVID-19 sur l'alimentation et l'agriculture à l'échelle mondiale    ADM maintient ses services sur le réseau autoroutier au standard de sécurité et de qualité    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Abderrahim Nouri : Ça se passe bien avec Appie    Outre les meetings de Stockholm et Naples : La Diamond League reporte le meeting de Rabat    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Les aides du Fonds spécial face à un dilemme de ciblage    Des médecins militaires appelés à la rescousse à Tiznit, Tan Tan et Taza    Appui de l'Union européenne au Fonds spécial pour la gestion du Covid-19    La capacité litière de réanimation passera à 3.000 unités sous peu    La Fédération royale marocaine de handball donne 200.000 DH    "Les artistes luttent contre le déplaisir du confinement    Bob Dylan sort une chanson taillée pour cette période    Le Bolchoï diffuse ses meilleurs spectacles sur YouTube    Algérie : le journaliste Khalid Drareni incarcéré en détention préventive    Vahid: Taarabt, un nouvel homme    Une journée mondiale du théâtre pas comme les autres    Coronavirus : lourd bilan en Espagne, avec 838 morts en 24 heures    Banque Populaire : les crédits immobiliers reportés pour les personnes impactées    Sondage: la cote de popularité de Macron s'envole    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    McDonald's sert quotidiennement des repas gratuits    Coronavirus/Juve: le salaire de Cristiano Ronaldo va baisser    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    Nasr Mégri chante « Corona »    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Le Président de la Commission de l'Union africaine, testé négatif au coronavirus    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    Santé, nutrition et condition physique : La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Coronavirus: le bilan s'alourdit en Algérie    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'armée syrienne tue plus de trente soldats turcs dans la région d'Idlib
Publié dans Barlamane le 28 - 02 - 2020

Il s'agit d'une grave escalade dans les combats qui opposent, depuis février, la rébellion syrienne, soutenue par la Turquie, aux forces de Bachar Al-Assad, appuyées par la Russie.
Au moins 33 soldats turcs ont été tués en Syrie, jeudi 27 février, au cours d'attaques aériennes menées par le régime de Damas dans la région d'Idlib. Une trentaine de militaires turcs ont aussi été blessés dans des frappes aériennes – attribuées au régime de Damas –, qui ont visé cette région du nord-ouest de la Syrie.
Ces décès constituent une grave escalade dans les combats qui opposent, depuis le début du mois de février, la rébellion syrienne soutenue par la Turquie aux forces loyalistes de Bachar al Assad appuyées par l'aviation russe. L'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) a condamné «les frappes aveugles du régime syrien et de son allié russe». Le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg, s'est entretenu avec le chef de la diplomatie turque, Mevlüt Cavusoglu. Il a appelé Damas et Moscou à «cesser leur offensive», et «exhorté toutes les parties à une désescalade de cette situation dangereuse, et à éviter que ne s'aggrave davantage la situation humanitaire épouvantable dans la région».
Une réunion d'urgence des ambassadeurs des 29 pays membres de l'OTAN doit se tenir vendredi, à la demande de la Turquie, membre de l'Alliance, en vertu de l'article 4 du traité. Cet article peut être invoqué par un allié qui « estime que son intégrité territoriale, son indépendance politique ou sa sécurité est menacée », selon un communiqué de l'OTAN.
Ankara exhorte la communauté internationale à prendre des mesures pour empêcher les avions du régime syrien et de son allié russe de mener des frappes dans le nord-ouest de la Syrie. « La communauté internationale doit prendre des mesures pour protéger les civils et mettre en place une zone d'exclusion aérienne », a déclaré vendredi le directeur de la communication de la présidence turque, Fahrettin Altun.
Par ailleurs, la présidence turque a annoncé que l'armée turque avait bombardé dans la nuit de jeudi à vendredi des positions du régime de Bachar Al-Assad, en représailles à la mort des soldats. «Toutes les positions connues du régime [syrien] ont été prises sous le feu de nos unités terrestres et aériennes», a affirmé Fahrettin Altun. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), 16 combattants du régime syrien ont été tués dans cette riposte.
De son côté, le ministère de la défense russe a affirmé que les soldats turcs sous le feu de l'armée syrienne se trouvaient parmi des «unités combattantes de groupes terroristes». Il ajoute que la Turquie n'avait pas communiqué la présence de ses troupes dans la zone concernée et qu'elles «n'auraient pas dû s'y trouver». «Les forces aériennes de la Russie n'ont pas été utilisées dans cette zone», poursuit le communiqué.
Un nouveau round de pourparlers entre Russes et Turcs visant à trouver une issue à la crise d'Idlib s'était achevé jeudi à Ankara sans annonce d'un résultat concluant. Les lourdes pertes essuyées par Ankara jeudi surviennent après des semaines d'escalade à Idlib entre les forces turques et celles du régime de Bachar Al-Assad, qui se sont affrontées à plusieurs reprises. Ces bombardements meurtriers, qui portent à au moins 53 le nombre de militaires turcs tués à Idlib en février, risquent en outre de creuser un fossé entre Ankara et Moscou, principal soutien du régime syrien.
Avec le soutien de l'aviation russe, Damas a déclenché en décembre 2019 une offensive pour reprendre Idlib, dernier bastion rebelle et djihadiste de Syrie. Ces dernières semaines, le régime et son allié russe ont repris plusieurs localités dans cette province frontalière de la Turquie. Cependant, les groupes rebelles, dont certains sont appuyés par Ankara, ont contre-attaqué et repris jeudi la ville stratégique de Saraqeb, selon l'OSDH. Ils coupent ainsi de nouveau l'autoroute M5 reliant la capitale, Damas, à la métropole d'Alep (Nord).
Les membres occidentaux du Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) ont réclamé un « cessez-le-feu humanitaire », resté lettre morte face au refus de Moscou. Sept civils, dont trois enfants, ont péri jeudi dans des bombardements syriens et russes sur la province d'Idlib, selon l'OSDH.
Depuis décembre 2019, plus de 400 civils ont été tués dans l'assaut, selon l'OSDH, et plus de 948 000 personnes, dont plus d'un demi-million d'enfants, ont été déplacées d'après l'Organisation des Nations unies (ONU).
Si la Turquie s'intéresse d'aussi près à Idlib, c'est notamment parce qu'elle redoute un nouvel afflux de réfugiés sur son sol, où quelque 3,6 millions de Syriens vivent déjà. Dans le cadre d'un accord conclu en 2016 avec l'Union européenne, le pays s'est engagé à empêcher les passages de migrants vers l'Europe, notamment via la Grèce.
Mais vendredi, Ankara a menacé d'ouvrir la porte de l'Europe aux migrants réfugiés en Turquie. «Nous ne retiendrons plus ceux qui veulent se rendre en Europe», a déclaré un haut responsable turc sous couvert d'anonymat. Selon plusieurs médias turcs, des groupes de migrants se dirigeaient vendredi vers les frontières de la Turquie avec les pays européens voisins.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.