Tourisme : 20 MMDH de recettes en devises générées à fin mai    L'ancien PDG de l'aéroport d'Alger condamné à 8 ans de prison pour corruption    CAN féminine : Le Maroc bat l'Ouganda et se qualifie aux quarts de finale    Maroc : Le Comité CEDAW recommande des avancées égalitaires en arrondissant les angles    Covid-19 : Le ministère de la Santé recommande en urgence une dose de rappel    Cases cochées    Le Groupe AKDITAL lance la Fondation AKDITAL    Météo: les prévisions du mercredi 6 juillet    La FM6E lance Anaboundif, l'appli écocitoyenne pour tous    La RAM signe cinq conventions avec des partenaires au Sénégal prévoyant des avantages sur ses vols    L'ONU répond à l'Algérie et au Polisario sur l'annulation des visites de De Mistura au Sahara    CAN – Maroc 2022 : Les Lionnes de l'Atlas battent les Grues et se qualifient (vidéo)    BTS : 2.186 candidats réussissent l'examen cette année    CAN féminine: le Sénégal, 1ère équipe qualifiée pour les quarts de finale (VIDEO)    Automobile: les exportations marocaines en hausse à fin mai    Covid-19: La vague actuelle est une "copie conforme" de la première vague d'Omicron    Météo Maroc: averses orageuses par endroits ce mercredi 6 juillet    Dari au Stade Brestois, Laaziri à l'Olympique Lyonnais !    Liga : FC Barcelone prolonge le contrat du jeune marocain Chadi Riad    Hausse de 173% par rapport à 2021    Bourita : une feuille de route de l'avenir des relations bilatérales    France : L'épreuve de feu pour Borne II    « Epargner aux pays africains d'être sévèrement touchés par la vague inflationniste »    Série de réunions au Parlement européen à Bruxelles et Strasbourg    Le Maroc pour de nouvelles options de financement à vocation structurelle    Le Wydad s'adjuge le trophée et conserve sa couronne    Covid-19: Le Maroc a enregistré 3849 nouveaux cas et 11 décès en 24H    Jeux marocains du sport en entreprise : De l'or pour la MDJS dans la catégorie gaming    Sahara: Nasser Bourita reçoit Staffan de Mistura    Tunisie: Kais Saied défend son projet de Constitution controversé    Azemmour : La préservation du Malhoune, une priorité...    Non, Dounia Boutazout ne mettra pas un terme à sa carrière    Marrakech. Le groupe espagnol Baiuca fait sensation au FNAP    MOGA Festival revient à Essaouira : Du 28 septembre au 2 octobre 2022    La 17ème édition du festival Timitar du 15 au 16 juillet à Agadir    Harcèlement, viol, chantage... Quand la haute société française bascule dans le gore et demeure impunie    La journaliste Abu Akleh « vraisemblablement » tuée par un tir israélien « non-intentionnel » (Département d'Etat)    Remise en service des centrales de Tahaddart et Aîn Béni Mathar à partir du GNL importé    Voici le nouvel entraîneur du PSG    Dounia Batma s'offre un relooking (PHOTO)    Condamné à mort, le Marocain détenu en Ukraine saisit la Cour suprême des séparatistes    La France rapatrie 51 mineurs et femmes retenus dans des camps en Syrie    Medias jordaniens : la gouvernance de la migration au Maroc encadrée par une vision humanitaire et solidaire    Une clôture aux rythmes gnaoua    Moussem d'Asilah : Une 43ème édition saison ouvre la saison estivale    Décès de Abdallah Charif El Ouazzani: les condoléances du roi Mohammed VI    MM. Mayara et Talbi Alami : « La session ordinaire du parlement andin à Laâyoune, une nouvelle consécration de la marocanité du Sahara »    Sahara : L'Algérie accuse le Maroc de «saboter les efforts» de De Mistura    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Royaume-Uni : Boris Johnson sera de retour lundi et est attendu sur sa stratégie face au Covid-19
Publié dans Barlamane le 26 - 04 - 2020

Après avoir été atteint du coronavirus, Boris Johnson reprend, lundi, les rênes du gouvernement. Le Premier ministre britannique est sous une pression croissante pour dévoiler sa stratégie, après plus d'un mois de confinement.
De retour aux affaires. Boris Johnson reprend, lundi 27 avril, les rênes du gouvernement, après avoir été frappé par le Covid-19, qui l'a conduit plusieurs jours en soins intensifs. Le Premier ministre britannique se trouve sous pression pour dévoiler ses plans concernant le confinement au Royaume-Uni, où le seuil des 20.000 morts a été franchi samedi. Depuis sa sortie de l'hôpital, le 12 avril, le chef du gouvernement conservateur, âgé de 55 ans, récupère à Chequers, la résidence de campagne des Premiers ministres britanniques, pendant que son équipe fait face aux critiques sur sa gestion d'une crise partie pour durer.
Durant son hospitalisation, Boris Johnson a passé trois jours en soins intensifs. Il a affirmé que les choses « auraient très bien pu basculer », saluant le personnel du service public de santé britannique, le NHS, auquel il « doit la vie ». Dans la nuit de samedi à dimanche, des sources de Downing Street ont affirmé à des médias britanniques qu'il reviendrait à son bureau dès lundi, et qu'il avait « hâte » de s'y rendre. Cela confirmait ce qu'avançait, vendredi, le Daily Telegraph, journal favorable au pouvoir conservateur.
Certains signes, comme le fait que le dirigeant conservateur se soit entretenu par téléphone, au cours de la semaine écoulée, avec le président américain Donald Trump et la reine Elisabeth II, laissaient déjà penser à un retour rapide. Cela fait désormais plus d'un mois que les Britanniques sont appelés à rester chez eux. Chômage qui flambe, maladies autres que le Covid-19 pas toujours traitées, écoles fermées…. Les attentes sont fortes pour que Boris Johnson fasse part de ses projets pour tenter de remettre l'économie en ordre de marche et s'expliquer sur l'avenir du confinement, instauré le 23 mars et prolongé au moins jusqu'au 7 mai.
Avec plus de 20.000 décès enregistrés dans les hôpitaux, le Royaume-Uni se trouve parmi les pays les plus sévèrement touchés en Europe. Le bilan s'annonce plus lourd une fois que seront comptabilisés les décès survenus dans les maisons de retraite et à domicile. Quant aux conséquences pour l'économie, la Banque d'Angleterre a averti jeudi que le pays aurait à affronter la pire récession « depuis plusieurs siècles ».
Si l'opinion reste favorable au confinement, les poids lourds du gouvernement, pendant l'absence de Boris Johnson, ont dû faire face à des critiques croissantes. Le nouveau chef de l'opposition travailliste, Keir Starmer, a accusé le pouvoir de lenteur, que ce soit sur le confinement, le dépistage ou les équipements de protection dont manquent cruellement les soignants mais aussi les maisons de retraite. Le gouvernement a jusqu'ici refusé de s'avancer sur une date d'allègement des restrictions, disant craindre une recrudescence et expliquant attendre l'avis des scientifiques.
La présence du conseiller de Boris Johnson, Dominic Cummings, révélée par le Guardian, à plusieurs réunions du comité scientifique chargé d'éclairer la lanterne du gouvernement, dont celle du 23 mars, date à laquelle a été décrété le confinement, est venue semer le doute sur son indépendance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.