Le Parti de l'Istiqlal en tête des élections du Conseil provincial de Khouribga    Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Soudan exclut une normalisation prochaine avec Israël malgré les efforts de Mike Pompeo
Publié dans Barlamane le 26 - 08 - 2020

Le Soudan a douché les espoirs des Israéliens et des Américains d'une reconnaissance rapide d'Israël, en écartant une éventuelle normalisation entre les deux pays avant la fin de la transition politique en 2022.
Le Soudan a douché mardi 25 août les espoirs des Israéliens et des Américains d'une reconnaissance rapide d'Israël, en écartant une éventuelle normalisation avec l'Etat hébreu avant la fin de la transition politique en 2022, lors d'une visite à Khartoum du secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo.
Après le Soudan, M. Pompeo est arrivé à Bahreïn, une monarchie qui entretient des contacts avec Israël depuis les années 1990, et qui a été le premier pays du Golfe à saluer l'accord de normalisation annoncé le 13 août entre les Emirats arabes unis et l'Etat hébreu. La capitale bahreïnie, Manama, est la troisième étape d'une tournée au Moyen-Orient du responsable américain, entamée en Israël et qui doit s'achever aux Emirats. Au Soudan, M. Pompeo est arrivé à bord du «premier vol officiel direct Tel-Aviv-Khartoum».
Avec ce périple, M. Pompeo, dont le pays est un grand allié d'Israël, tente de convaincre d'autres pays arabes de suivre l'exemple des Emirats et de normaliser leurs liens avec l'Etat hébreu. Mais au Soudan, où Mike Pompeo a effectué la première visite d'un chef de la diplomatie américaine depuis 2005, le premier ministre Abdallah Hamdok, qui dirige un gouvernement de transition, lui a expliqué qu'une éventuelle normalisation n'était pas de son ressort.
«Énormes opportunités»
Le Soudan et Israël n'ont jamais entretenu de relations diplomatiques. Ils sont même techniquement en guerre et, durant les trente ans de pouvoir d'Omar Al-Bachir, le Soudan a accueilli des islamistes radicaux, dont le chef d'Al-Qaida, Oussama Ben Laden. C'est pour punir le Soudan de ses mauvaises fréquentations que les Etats-Unis lui ont imposé des sanctions et l'ont placé sur leur liste des pays soutenant le terrorisme dans les années 1990.
Depuis le départ de M. Bachir sous la pression de la rue en 2019, les nouvelles autorités de transition en place cherchent à retirer le Soudan de la liste noire américaine pour relancer leur économie en crise, les sanctions américaines bloquant tout investissement au Soudan. L'inflation atteint 143 % en glissement annuel et la monnaie ne cesse de se déprécier face au dollar, sans oublier les répercussions de la pandémie de nouveau coronavirus.
«Personne ne doit s'attendre à un accord de paix du jour au lendemain», a indiqué un responsable du département d'Etat américain, se disant « très satisfait » des discussions avec les dirigeants soudanais. Il a néanmoins ajouté qu'«il va de soi qu'une normalisation avec Israël débloquerait d'immenses opportunités économiques et [créerait] des emplois au peuple du Soudan».
Après un entretien en février en Ouganda avec le général Abdel Fattah Al-Burhane, chef du Conseil souverain au Soudan, le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, avait évoqué «une coopération qui normalisera les relations» bilatérales. Mais le Soudan avait ensuite nié que cette question ait été abordée.
Mardi, la coalition des partis et de la société civile, qui avait dirigé la contestation anti-Bachir, a elle aussi jugé que le gouvernement actuel n'avait «pas de mandat» sur la question de la normalisation, en soulignant «le droit des Palestiniens à leur terre et à une vie libre et digne».
Les Palestiniens ont eux dénoncé l'accord Israël-Emirats et tentent de mobiliser des puissances étrangères pour y faire obstacle. L'Egypte a été le premier pays arabe à conclure un traité de paix avec Israël, en 1979, suivie par la Jordanie en 1994.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.