Et revoilà Benkirane, le retour!    MCA/OCDE : Convention de partenariat pour l'amélioration des pratiques dans l'enseignement secondaire    Vaccin anti-grippal: le risque de pénurie se précise    France: voici les modalités du confinement    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Condoléances du Roi Mohammed VI à la famille de feu Mohamed Melehi    BAM: hausse du crédit bancaire en septembre    Le Maroc dénonce l'attaque perpétrée à Nice    Covid-19 au Maroc : De nouveaux chiffres inquiétants    Air Arabia. une liaison Casablanca – Rennes pour la première fois    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    David Fischer parle des relations Maroc-USA dans le Washington Times    Procès à distance: 8.775 audiences du 27 avril au 23 octobre    Attaque dans une église à Nice: plusieurs morts et blessés (VIDEO)    Le président Erdogan a reçu un message du roi Mohammed VI    Le journaliste Driss Ouhab est décédé du Covid-19    CRI de Casablanca-Settat : 37 MMDH d'investissements approuvés à fin septembre    MCA-Morocco prolonge les dates de préparation des offres    Taxe de solidarité : Benchaaboune campe sur ses positions    Les éclaircissements de Abdelouafi Laftit    Tanger : Inauguration du siège de la Maison méditerranéenne du climat    Alerte – Afrique : Les Africains doivent se préparer à une 2e vague    Mort de Driss Ouhab: les journalistes lui rendent hommage (PHOTOS)    Ahmed Amsrouy Belhassane, un grand capitaine de l'industrie s'en va    Anticiper la brutalité : Un reconfinement ciblé est à nos portes    France. Avignon : un homme équipé d'une arme de poing abattu par la police    France : Nouvelle attaque au couteau évitée in extremis à Avignon    Vers la création de la Chambre de commerce maroco-kényane    Edito : Diplomatie    Météo: temps assez ensoleillé ce jeudi au Maroc    Botola Pro / D1 : Youssef Fertout s'engage avec le Rapide Club Oued Zem    Ligue des champions : Dortmund n'a plus d'âme, la faute à Lucien Favre ?    Premier but de Ziyech avec Chelsea (VIDEO)    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Coronavirus: nouvelles guérisons au Raja    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    Projection de "Mica " d'Ismail Ferroukhi au Festival du film d'El Gouna    Johnny Depp toujours en guerre contre "The Sun "    a Zambie se dote d'un consulat général à Laâyoune    Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Ligue des champions : les résultats de la soirée    Laftit: une série de compétences propres seront transférées aux régions    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie : le régime interdit une réunion du conseil national d'un parti de l'opposition
Publié dans Barlamane le 25 - 09 - 2020

Le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), l'un des principaux partis de l'opposition en Algérie, a dénoncé l'interdiction par les autorités algériennes d'une réunion de son conseil national, prévue ce vendredi à Alger, dénonçant une "dérive totalitaire".
Dans un communiqué posté sur Facebook, le RCD a estimé que "la remise en cause du multipartisme se confirme" dans le pays, expliquant que "par cette attitude de vouloir mettre des entraves au débat dans la société, y compris à l'intérieur des structures des partis, le pouvoir semble avoir choisi la politique du pire".
Il a ajouté que l'interdiction de la réunion statutaire du conseil national du RCD, programmée pour le vendredi 25 septembre, est "une première depuis la création du parti".
Le RCD, qui a rappelé avoir déposé une demande de tenue de cette session du Conseil national auprès de l'administration de la wilaya d'Alger en date du 9 septembre, a dénoncé "cet état de fait" et exprimé l'"engagement sans faille contre tous les autoritarismes".
Dans sa réponse à la demande du RCD d'organiser la session de son conseil national, la wilaya d'Alger a signifié son rejet, sans pour autant le motiver.
En juin, le ministère algérien de l'Intérieur avait adressé une correspondance au RCD, le sommant de renoncer à certaines activités, sous peine de dissolution.
Réagissant à cette missive, qui accuse, entre autres, le parti de tenir "des réunions d'une organisation non agréée", d'héberger des "personnes étrangères au parti à des fins de mobilisation et participation à des actions visant à porter atteinte à l'ordre public" et de lancer des appels répétés à organiser des rassemblements et des manifestations non autorisés, le président du RCD Mohcine Belabbes a qualifié le contenu de cette correspondance de "menace explicite" et " violation de la Constitution et des lois".
Le courrier en question liste une série de supputations évasives sans aucune précision sur les faits, déplore le RCD, qui y voit une volonté "de persécution politique et de lynchage médiatique".
Dernièrement, le Haut représentant de l'Union européenne (UE) pour la politique étrangère et la sécurité, Josep Borrell avait exprimé la préoccupation de l'UE au sujet de la détérioration de la situation des droits de l'Homme en Algérie, matérialisée notamment par la détention arbitraire des militants du Hirak, des voix dissidentes et des opposants au régime.
Pour sa part, un collectif de partis politiques, d'associations et membres de la société civile, a dénoncé la "persistance des arrestations arbitraires et les lourdes condamnations d'activistes et de journalistes" en Algérie qui s'est transformé au final en un pays de "fermeture politique et de répression".
Ce collectif, constitué dans la foulée du mouvement populaire et regroupant notamment le Parti du Travail, le Parti socialiste des travailleurs, le Rassemblement pour la culture et ladDémocratie, l'Union pour le changement et le progrès, le Mouvement démocratique et social et le Front des forces socialistes, ainsi que la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme, estime que la répression, conjuguée à la dégradation de la situation socioéconomique du pays, signe l'échec du pouvoir en place.
"L'encadrement policier et la répression, aux conséquences déroutantes pour ceux-là mêmes qui cherchent à restaurer le système autoritaire, tout comme l'immobilisme face à la dégradation de la situation socioéconomique et à la paupérisation galopante signent la disqualification du pouvoir dans la gestion politique du pays", explique le collectif dans un communiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.