Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Indice de démocratie : l'Algérie est un des pays dominés par des «régimes autoritaires»    Baisse des prix : La Santé publie une nouvelle liste de 46 médicaments    Livrée dans les délais prévus : La CMC de Souss-Massa ouvre ses portes en septembre prochain    Hôtellerie : Kenzi offre des réductions jusqu'à 30% pour tous les Marocains    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Permis de conduire: tout ce qu'il faut savoir sur les changements en vue    Liga: le Rayo Vallecano retrouve la première division    Tennis : La Tunisienne Ons Jabeur remporte son premier titre à Birmingham    Coupe de la CAF : le Raja de Casablanca et Pyramids se neutralisent    Patrice Motsepe : Rendre la CAF plus compétitive et autosuffisante    Youssef Aït-Bennasser en discussions avec un club italien    France: trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles    Baccalauréat-2021: voici la meilleure moyenne au niveau national    Prévisions météorologiques pour le lundi 21 juin 2021    Grève de la faim : l'administration pénitentiaire nie les allégations d'un détendu    ONU: adoption d'une résolution condamnant le putsch en Birmanie    Israël : feu vert à une commission d'enquête sur la tragédie du mont Meron    Sri Lanka : ouverture d'une enquête sur des soldats suspectés d'humilier des musulmans    Covid-19: Hausse des cas attribués au variant Delta au Canada    Deux ex-policiers français rejugés pour le viol d'une Canadienne    L'Opinion : Coup de semonce pour le PJD    Ismail Ould Cheikh Ahmed :«sur le Sahara, la Mauritanie ne joue pas un rôle de médiateur, mais elle maintient sa position de neutralité positive»    Benabdallah appelle à une participation massive des jeunes aux prochaines échéances électorales    Le SG du PPS reçoit une délégation de Hamas conduite par Ismaïl Haniyeh    Maroc-Espagne: Gonzalez Laya toujours confiante pour une sortie de crise    Botola D1 : Les FAR et le SCCM bénéficiaires des matches joués samedi    Euro 2020 : Les Allemands se reprennent face aux Portugais (4-2)    Ligue des champions : le WAC surclassé à Casablanca par Kaizer Chiefs (0-1)    Nouvelles MINI. Elles montent toutes en gamme    Collectivités territoriales. Voici le dernier délai pour bénéficier de l'amnistie sur la fiscalité locale    La coopération militaire est «illimitée» et riche en opportunités    Régionales françaises : la droite s'accroche, la droite dure moins vigoureuse que prévu    Compteur coronavirus : 288 nouveaux cas, 9.375.240 personnes vaccinées    Baccalauréat 2021 : Un taux de réussite de 68,43%    Nador: il sème le chaos et fracasse trois voitures (DGSN)    René-Marc Chikli, Pdt du Syndicat français des Entreprises de Tour Operating :«la décision du Maroc de placer la France sur sa liste A et d'ouvrir ses frontières nous a fait plaisir et nous arrange»    Une vitrine de la haute couture traditionnelle marocaine    La littérature, la catharsis, et l'essence de l'humanité    Parution de l'ouvrage «Histoires des Prophètes»    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    Le Maroc change de fusil d'épaule...    Amal Saqr fait des confidences sur sa vie privée (VIDEO)    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La cyberattaque ne peut pas rester «sans réponse», affirme Joe Biden
Publié dans Barlamane le 23 - 12 - 2020

Le président américain élu Joe Biden a promis mardi de répondre à la gigantesque cyberattaque attribuée à la Russie qui a visé son pays, en fustigeant Donald Trump, accusé d'inaction.
«Nous ne pouvons pas laisser cela sans réponse», a déclaré le démocrate qui prendra ses fonctions le 20 janvier, en demandant que des «décisions importantes» soient prises contre les responsables afin qu'ils «rendent des comptes».
«Je vous promets qu'il y aura une réponse», a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse à Wilmington, dans le Delaware.
«Il existe plusieurs options dont je ne discuterai pas maintenant», a-t-il explicité.
À contre-courant de nombreux responsables de la classe politique, y compris au sein de son gouvernement, le président Donald Trump a minimisé l'opération ainsi que le rôle supposé de la Russie.
Joe Biden s'est engagé à «faire tout le nécessaire pour un, déterminer l'étendue des dégâts, deux, la manière dont cela s'est produit, trois, ce que je devrai faire en interne au sein de mon administration pour protéger (le cyberespace américain) à l'avenir».
Failli à son devoir
La cyberattaque a débuté en mars, selon les informations du gouvernement américain, les pirates profitant d'une mise à jour d'un logiciel de surveillance développé par une entreprise du Texas, SolarWinds, utilisé par des dizaines de milliers d'entreprises et d'administrations dans le monde.
Parmi les ministères affectés figurent le département d'État, celui du Commerce, le Trésor, la Sécurité intérieure et les Instituts nationaux de la Santé, selon des responsables, qui disent toutefois redouter que beaucoup d'autres le soient également.
L'intrusion a notamment visé des systèmes informatiques utilisés par de hauts responsables du Trésor et les pirates pourraient s'être emparés de clés de cryptage essentielles, a déclaré un sénateur lundi.
Même le chef de la diplomatie Mike Pompeo et le ministre de la Justice Bill Barr, des proches de M. Trump, ont estimé que Moscou était derrière la cyberattaque, à rebours du chef de l'État.
«Ce président n'a même pas encore identifié les responsables», a dénoncé Joe Biden. «Cette attaque a eu lieu sous la surveillance de Donald Trump, alors qu'il ne regardait pas», et «son échec va se retrouver devant ma porte», a-t-il lancé. Mais «soyez sûrs que même s'il ne la prend au sérieux, je le ferai».
La cyberattaque «continue. Je ne vois rien qui dise qu'elle soit sous contrôle. Le ministère de la Défense ne veut même pas nous briefer sur plusieurs sujets», a-t-il dit aux journalistes.
M. Biden, qui en tant que président élu a accès aux informations classées secret défense pour être prêt le jour J, a indiqué que beaucoup d'inconnues entouraient encore l'évènement.
Ce que l'on sait, selon lui, est qu'elle a été «soigneusement préparée et soigneusement exécutée» à l'aide «de cyber-outils sophistiqués», et qu'elle a pris «le gouvernement fédéral de court».
Le démocrate a accusé Donald Trump de faillir à son devoir en «minimisant de manière irrationnelle la gravité de l'attaque».
Ce dernier avait assuré samedi que la cyberattaque était «bien plus importante dans les médias "Fake News" qu'en réalité».
«Tout est sous contrôle. Russie, Russie, Russie, c'est le slogan prioritaire quand n'importe quelle chose arrive», avait tweeté le président américain, ajoutant que «ça pourrait être la Chine (c'est possible !)».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.