Énergie électrique: la production progresse à fin avril    Melilla : Les décès parmi les migrants atteignent 18, aucun mort au sein de la police (autorités)    Météo Maroc: temps assez chaud ce samedi 25 juin    Les jeunes astronomes à l'honneur lors de la 10e édition du festival d'astronomie d'Ifrane    Voici les déchets les plus fréquents sur les plages du Maroc    USA: la Cour suprême révoque l'arrêt sur l'avortement    C'est parti pour la première édition de l'évènement « Anfa Park en fête » (VIDEO)    Seul le courage paiera [Par Jamal Berraoui]    Soirée à Dublin sous le signe de la culture et de l'histoire du Maroc    «Première symphonie», la première exposition au Maroc de l'artiste peintre Chaimaa Mellouki    Festival des arts populaires : Participation de près de 600 artistes et 34 troupes folkloriques    Cinq migrants clandestins trouvent la mort dans une tentative d'assaut contre Mellilia    Fouzi Lekjaa réélu à la tête de la FRMF pour un troisième mandat    Coupe arabe de futsal : Le Maroc prend le dessus sur la Libye et se qualifie en demi-finale    Football : Match nul entre l'équipe nationale féminine et son homologue ivoirienne    Ouverture à Rabat du Bureau de formation de l'ONU contre le terrorisme    Maroc : Pour Aïd Al Adha, l'ONSSA renforce les contrôles des aliments pour animaux    Covid-19/Maroc : 33 nouveaux cas admis en REA en 24H    Abdellatif Hammouchi reçoit les membres de la Sûreté nationale se rendant à la Mecque    Féminicide : Après Nayira en Egypte, Wafaa en Jordanie    ONCF: un plan Eté 2022 avec une offre renforcée et des avantages tarifaires    Africa Motors -Groupe Auto Hall- lance officiellement la nouvelle marque automobile CHERY    Maroc – Algérie : RSF condamne l'expulsion de 9 journalistes venus pour les Jeux méditerranées    Mike Pence soutient l'opposition iranienne    Appel en Espagne à la mobilisation pour accompagner le retour des expatriés marocains    Insécurité alimentaire et guerre en Ukraine: lettre ouverte des ambassadeurs accrédités au Maroc    Tanger Med: Mise en échec d'une tentative de trafic d'environ 85.000 euros    Maroc PME a soutenu 2531 projets en 2021    Espagne: 7 Algériens arrêtés pour transport de migrants clandestins    Construction : Israël s'apprête à recevoir 15.000 travailleurs marocains    « Awrach »: plus de 30.000 bénéficiaires ont reçu leurs salaires    Jeux Méditerranéens : Après une séquestration qui a duré 30 heures, les journalistes marocains de retour    Le FMI se dit prêt à lancer des négociations avec la Tunisie    Billets d'avion: les étudiants marocains en Russie déplorent la cherté des prix    Qui est Zyad Bendourou, le Marocain qui s'apprête à gravir 10 sommets en 6 jours ?    Hausse des prix des manuels scolaires : le gouvernement a tranché    Frontières maritimes: Madrid se prépare aux négociations avec le Maroc    Mondial 2022 : La FIFA autorise 26 joueurs par équipe    BM-Maroc: Prêt de 250 millions $ en soutien au projet de développement économique de la région Nord-Est    Hilale saisit le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU sur les silences, les mensonges et les obstructions de l'Algérie    Shireen Abu Akleh tuée par les forces israéliennes : bilan de l'ONU    Variole du singe : première réunion à Genève du comité d'urgence de l'OMS    Le comité d'audit de la CAF tient ses assises sous la houlette de Tariq Sijilmassi    Marché monétaire : allègement du déficit de liquidité bancaire (BKGR)    Nuit des musées et des espaces culturels : C'est parti pour la première édition !    Prix national du théâtre La valeur financière portée au double    Réhabilitation du Centre international du commerce extérieur de Dakar : Aziza Chaouni élabore le projet    Le Maroc propose d'installer une usine d'engrais au Guatemala    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'UE veut accorder plus de fonds au Maroc pour «gérer les flux des indésirables»
Publié dans Barlamane le 26 - 04 - 2021

Les discussions menées par l'Europe sur la protection de ses frontières à travers l'«externalisation» et sur la négociation d'un verrouillage des routes migratoires affronte les réticences de Rabat et une divergence de vues. Le Maroc souhaite que son rôle dans le dispositif régulateur des migrations euro-méditerranéennes soit pleinement reconnu.
La coopération entre l'UE et le Maroc relative aux questions migratoires est caractérisée par la dissymétrie des positions respectives, alors que Rabat est en proie à la spirale de l'externalisation. Rabat ne souhaite pas seulement remplir ses missions de contrôler, canaliser, voire empêcher les flux migratoires à destination de l'Europe, elle espère agir sur les politiques menées séparément et collectivement par les Etats membres de l'Union européenne aux fins de lutte antimigratoire et voir ses efforts reconnus.
«Les 27 sont prêts à mettre plus de fonds sur la table, mais également des propositions à long terme, mais il le plus difficile reste d'en convaincre Rabat, qui demande plus d'argent et réclame que son importance soit reconnue au Conseil européen des migrations, comme cela a déjà été fait avec la Libye et la Turquie» rapporte El País.
Un document européen reconnaît que «le Maroc a fait des efforts importants dans la gestion des flux migratoires et dans la prévention des départs irréguliers vers l'Espagne», surtout «après le soutien [financier] substantiel apporté en 2018» face à une augmentation des arrivées de bateaux. Mais Bruxelles est convaincue qu'après l'augmentation des arrivées aux Canaries, la relation avec le Maroc nécessite une réflexion globale et doit «se fixer des objectifs à long terme».
Les 27 estiment que le lancement de leur nouveau cadre financier (2021-2027) et la création de l'instrument dit de voisinage, de développement et de coopération internationale (IVDCI) offre l'occasion idéale de marquer un tournant dans la relation avec Rabat. Cet instrument «dispose d'une dotation de 79 500 millions d'euros (près d'un quart pour les pays voisins de l'UE), plus une enveloppe de 9 500 millions d'euros pour les interventions d'urgence».
L'UE souhaite que Rabat «facilite plus de retours de ses ressortissants» affirme la même source. L'Espagne et la France entretiennent une collaboration plus fluide dans ce domaine, mais il n'en va pas de même avec d'autres pays. «La coopération avec les Etats membres en matière de réadmission reste inégale», admet le document. En 2019, environ 35 000 Marocains ont reçu un ordre de quitter l'UE, mais seuls 29% ont pu être renvoyés. Bruxelles souhaite également que le Maroc «réadmette les migrants des pays tiers en échange d'une politique de visa plus favorable pour les Marocains, mais les négociations sont au point mort depuis 2015» note-t-on.
Au-delà des retours et des déploiements sécuritaires aux frontières, les 27 souhaitent renforcer l'échange d'informations avec le Maroc et la coopération judiciaire et opérationnelle contre la traite des êtres humains, y compris à travers les agences de l'UE, telles que Frontex ou Europol. «Nous devons également exhorter le Maroc à adopter la loi sur l'asile et à promouvoir le rôle de l'Agence européenne pour l'asile (EASO) dans la construction d'un système efficace», ajoute le document.
Difficulté à aligner les objectifs
Cela dit, Rabat résiste à toute intervention européenne qui pourrait être interprétée comme une ingérence dans ses politiques internes ou une remise en cause de sa capacité à gérer les flux migratoires. «Le Maroc a souvent pensé que la proposition de l'UE de renforcer ses capacités [pour le contrôle des frontières] sous-estime ses propres capacités», peut-on lire dans le document. Le texte, qui a été discuté jeudi dernier par les représentants de tous les Etats membres, reconnaît «un décalage croissant entre les offres européennes et les attentes marocaines» et la «difficulté d'aligner les objectifs respectifs». Rabat, ajoute le document, considère que certaines des offres de l'UE sont «non pertinentes ou de faible valeur ajoutée».
Des sources espagnoles se prononcent en faveur du Maroc et mettent en garde contre le risque de subordonner la coopération internationale à la collaboration en matière de politique migratoire, comme le souhaitent plusieurs partenaires au sein de l'UE. Les pays de la périphérie, comme l'Espagne, préfèrent parier sur l'entente avec les voisins pour réguler les flux migratoires qui ne disparaîtront pas simplement en bouclant les frontières. Les mêmes sources nient que Rabat ait des «attentes élevées» en ce qui concerne les budgets de l'UE, comme le suggère le document du Conseil. «Le Maroc veut simplement des programmes d'investissement liés à la politique de voisinage, comme d'autres pays de la région, de l'Algérie ou de la Tunisie à la Libye et à l'Egypte», soulignent des sources diplomatiques. La ministre des Affaires étrangères, Arancha González Laya, a affirmé la semaine dernière que l'Espagne avait fait un effort pour parvenir à un consensus au sein de l'Union européenne autour du modèle de coopération espagnol et a défendu «des fonds adéquats et prévisibles» pour soutenir son principal partenaire africain, le Maroc
Le Parlement européen n'est pas non plus favorable à l'idée de subordonner la coopération à la politique migratoire. «Dans l'accord avec le Conseil sur le règlement IVDCI, il a réussi à limiter les ressources du fonds qui peuvent être liées à la gestion des migrations, les laissant à 10% du total. Ce plafond limite la capacité des partenaires de l'UE à faire pression sur les pays voisins, bien que Bruxelles souhaite également utiliser la politique des visas comme une arme de négociation pour exiger une collaboration dans le contrôle des migrations. 1,96 million de Marocains résident légalement dans l'UE et leurs envois de fonds représentent 5% du PIB du Maroc» notent les sources espagnoles.
Le Maroc est le troisième partenaire qui reçoit le plus d'argent de l'UE pour la gestion des migrations, après la Turquie (6 milliards d'euros depuis 2016) et la Libye (355 millions en 2015). «La récente augmentation des arrivées aux îles Canaries suggère la nécessité d'une approche holistique conjointe et d'objectifs à long terme», affirme le texte.
De son côté, Rabat demande depuis longtemps plus de soutien. «C'est le pays d'origine, de transit et de destination de milliers de migrants et Rabat demande instamment que son rôle soit reconnu. Le Maroc estime que seuls ses efforts en moyens matériels et les milliers de policiers qu'il a déployés pour lutter contre l'immigration irrégulière nécessitent un investissement de 3,5 milliards d'euros sur la période 2020-2027» écrit El País.
L'UE, plongée dans la négociation du cadre financier pluriannuel, prévoit d'augmenter son soutien au Maroc, mais le document indique : «Pour maintenir des engagements financiers suffisants en matière de migration, conformément aux attentes du Maroc, des solutions plus audacieuses sont nécessaires, ainsi que de nouvelles mesures qui obéissent à l'esprit de l'approche globale de la migration et de la mobilité».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.