Elon Musk vend pour 7 milliards de dollars d'actions du groupe Tesla    Attaque à Tessit au Mali: 42 soldats tués    Casablanca : Une Journée nationale du migrant axée sur les Marocains du monde    Dakhla met en avant la contribution des MRE au développement local    Fès se met au rythme de la Journée nationale de la communauté marocaine de l'étranger    Jeux de la solidarité islamique : Le Maroc décroche quatre médailles, dont une en or    Football : La FRMF et Halilhodžić discutent du départ du sélectionneur du Maroc    Maroc : Oujda célèbre les Marocains du monde issus de sa région    Safi : Les Marocains du monde au cœur de la Journée nationale des migrants    Le Maroc se positionne comme un "hub d'affaires" vers l'Afrique    Sahara : L'Algérie courtise les nouvelles autorités colombiennes    Météo Maroc: températures maximales en légère hausse ce jeudi 11 août    Le Real Madrid remporte la Supercoupe de l'UEFA contre l'Eintracht Francfort    Jeux de la solidarité islamique/Taekwondo: Abdelbasset Wasfi décroche la médaille d'or, Safia Salih et Nezha El Assal en bronze    Hammouchi reçoit le patron de la police espagnole    Donald Trump suggère que le FBI pourrait avoir «placé» des preuves lors de la perquisition    Le Maroc organise des colonies de vacances au profit des enfants d'Al-Qods à partir du vendredi    Le secteur de la santé se réforme, les financements s'annoncent lourds    فيروس كورونا: 148 إصابة جديدة وحالتي وفاة خلال ال24 ساعة الماضية    Vague de chaleur vendredi et samedi dans plusieurs provinces du Royaume    Oscars 2023: lancement d'un appel à candidatures pour sélectionner le long-métrage qui représentera le Maroc    La FRMF convie Vahid Halilhodzic à une réunion qui déboucherait sur son licenciement    Bourse de Casablanca: Clôture en légère hausse    PLF-2023 : La langue amazighe, une priorité gouvernementale    Relever le nez du guidon !    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 10 Aout 2022    L'UE présente le « texte final » visant la réactivation de l'accord de Vienne    La Jeunesse Socialiste dénonce le terrorisme de l'entité sioniste    Une vie et demie pour la profession et la patrie    Un point de connexion pour se réunir et vivre une nouvelle expérience    Un autre coup cinglant au patrimoine de la ville    « Surveiller » ! Le Maroc et la peu reluisante vocation des Apparatchiks d'Alger    Contre vents et marrées, Biden engrange des succès    44e Assemblée Générale de la CAF (Tanzanie) / Motsepé : "L'avenir du football africain est prometteur''    Algérie: Deux anciens ministres condamnés pour corruption    Education: le PLF2023 décline les grandes lignes de la réforme    Bejaad : Festival du cinéma et des arts plastiques    El Jadida : Entre les Doukkalis et le cheval, un lien particulier    Cinéma junior : Et de 5 pour le Festival éducatif de Soura    Vaccins contre le Covid: L'UE et Moderna anticipent les livraisons    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule « dans de bonnes conditions », un pic attendu fin août    La deuxième vague Omicron, c'est fini !    Hôpital: accord sur les rémunérations en retard des médecins    Première offre bancaire dédiée aux 12-17 ans : La Banque Populaire lance «Swipe»    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC et le Raja exemptés du premier tour préliminaire    Badr Banoun marque son premier but avec Qatar SC    PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Réunion du "Caucus Africain 2022" : la "déclaration de Marrakech" adoptée
Publié dans Barlamane le 07 - 07 - 2022

Les travaux de la Réunion du Groupe Africain des Ministres des Finances et des Gouverneurs des Banques Centrales des 54 Etats Africains Membres de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International "Caucus Africain" ont pris fin mercredi à Marrakech, avec l'Adoption d'un Document final baptisé "Déclaration de Marrakech".
A travers ce Document, les participants ont appelé le Groupe de la Banque Mondiale (GPM) et le Fonds Monétaire International (FMI) à un allégement de la dette "rapide", "complet" et "important" afin d'aider l'Afrique à se remettre des répercussions négatives engendrées par la crise pandémique liée à la Covid-19 et par la crise ukrainienne, et à minimiser leurs risques sur les perspectives de croissance.
Les participants à cette réunion de deux jours placée sous le thème "Vers une Afrique résiliente" ont souligné la nécessité de veiller à la mise en œuvre rapide de l'engagement pris lors du Sommet du G7 (juin 2022), relatif notamment, au besoin urgent d'améliorer les cadres multilatéraux de restructuration de la dette et de relever les défis des vulnérabilités liées à la dette.
Ils ont de même appelé les institutions de Bretton Woods (IBW) à accélérer les travaux concernant une architecture mondiale de la dette et à soutenir l'appel de la région au G20 pour une extension de l'Initiative de suspension du service de la dette (DSSI).
Les participants ont, en outre, exhorté les IBW à accélérer rapidement les réformes qui devraient soutenir l'extension de l'éligibilité aux pays africains à revenu intermédiaire très endettés, la suspension du service de la dette pendant la durée des négociations, et l'amélioration des processus décisionnels qui garantissent la participation des créanciers hors Club de Paris à des conditions comparables, et la transparence des conditions de prêt et des contrats, lit-on dans la Déclaration de Marrakech.
Les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales des 54 Etats africains membres du GBM et du FMI n'ont pas manqué également d'exhorer les IBW, en tant que membres du Groupe de travail inter-agences des Nations Unies sur le financement du développement, à réformer l'architecture financière internationale pour la rendre inclusive, efficace et équitable et à accorder à l'Afrique une plus grande représentation et une voix plus forte au sein des organes de gouvernance de ces pays.
À cette fin, ils appellent spécifiquement les Institutions de Bretton Woods à appliquer avec souplesse leurs politiques d'endettement aux pays financièrement limités, à accroître le soutien au renforcement des capacités de gestion de la dette et des investissements publics, au développement des marchés de capitaux nationaux, à lutter contre les flux financiers illicites, l'évasion et l'évasion fiscale, tout en renforçant l'appareil financier et institutionnel des entités génératrices de recettes publiques.
Il s'agit aussi d'explorer la possibilité de convertir la dette en programmes d'investissement pour permettre aux pays d'accéder à des mécanismes de financement supplémentaires sans augmenter leur niveau d'endettement, et d'aider l'Afrique à accélérer les réformes structurelles induites par la crise, ont-ils ajouté.
A travers la Déclaration de Marrakech, les participants ont recommandé aussi la mise en œuvre d'une approche régionale pour le financement de projets hydroélectriques intermédiaires et en aval, d'énergies renouvelables et de transformation du gaz en électricité sur tout le Continent, afin de garantir la sécurité énergétique et l'accès universel à l'électricité.
Dans ce sens, ils ont appelé le GBM à accroître son financement des investissements publics dans le secteur de l'énergie en Afrique, tout en sollicitant la Société financière Internationale (IFC) et l'Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) à mobiliser davantage de capitaux privés et de financements commerciaux, insistant sur la nécessité de déployer les instruments financiers et les mécanismes de réduction des risques les plus attrayants sur le plan commercial pour les investisseurs privés et à appuyer les transformations en projets énergétiques.
Dans ce document final, il est question également d'exhorter le GBM à accélérer le financement de la construction d'infrastructures, de plateformes et d'écosystèmes de réseaux numériques pour les technologies et solutions numériques qui peuvent radicalement réduire la fracture numérique, élargir l'accès au financement, améliorer la prestation de services et créer de nouvelles opportunités économiques pour l'Afrique.
Par ailleurs, le document demande aux IBW de tirer parti de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) et d'autres blocs commerciaux régionaux afin d'aider les pays africains à harmoniser leurs politiques, législations et réglementations en faveur du développement d'un marché unique numérique sécurisé en Afrique.
En outre, les participants exhortent les IBW à soutenir les petites et moyennes entreprises dynamiques et les écosystèmes de start-up africains afin qu'ils puissent prospérer dans une économie numérique en pleine expansion et à soutenir l'expansion de la culture numérique et l'acquisition de compétences numériques. L'objectif étant de répondre aux demandes du marché du travail et d'aider les entrepreneurs à développer leurs entreprises à l'intérieur et au-delà des frontières nationales, expliquent-ils.
S'agissant de la crise climatique, la Déclaration de Marrakech soutient l'appel du G7 pour un meilleur accès aux moyens de financement de l'action climatique et en accordant une attention particulière aux pays les plus vulnérables, y compris les pays à revenu intermédiaire.
Dans ce cadre, les participants ont appelé le GBM à accorder la priorité au soutien à l'Afrique dans la mise en œuvre de son deuxième plan d'action sur le changement climatique et le FMI à soutenir la transition juste de l'Afrique vers des économies plus vertes.
Les participants ont, de même, appelé le GBM à faciliter l'accès à un financement climatique vert et abordable et à élargir sa réserve de projets d'adaptation afin que l'Afrique +le moins pollueur du monde+ ne finisse pas par payer de manière disproportionnée pour le changement climatique.
Cette réunion a offert l'opportunité d'analyser les défis qui s'imposent aux pays africains et d'échanger autour des moyens susceptibles de les aider à y faire face.
La cérémonie d'ouverture de cet événement de grande envergure, rappelle-t-on, a été marquée par un message royal aux participants dont, lecture a été donnée par la ministre de l'Economie et des Finances, Mme Nadia Fettah Alaoui.
Plusieurs questions étaient inscrites à l'ordre du jour de cette réunion, notamment la problématique de la dette, les enjeux de la digitalisation et le changement climatique et l'intégration régionale économique.
Le Caucus africain, dont le Maroc assure la présidence pour l'année en cours, se réunit une fois par an, afin de coordonner et d'harmoniser les positions des Gouverneurs Africains concernant le mémorandum annuel qui est adressé au FMI et au GBM et présenté à l'occasion des Assemblées Annuelles de ces deux institutions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.