Bab Sebta : mise en échec d'une tentative de trafic d'environ 39 000 euros    Premier League : Manchester City surclasse United (VIDEO)    Le crédit bancaire progresse de 3,6% au T2-2022 (BAM)    Covid-19: 11 nouveaux cas au Maroc ce dimanche 2 octobre    La CEDEAO suit avec une « grande préoccupation » l'évolution de la situation au Burkina Faso    Jazz au Chellah : Dock in Absolute et Ernesto Montenegro Quintet étalent leurs talents    Présidentielles au Brésil: Bolsonaro confiant, Lula appelle à la paix    Casablanca / L'Boulevard : Des débordements entachent la joie des festivaliers    Skhirate-Témara : 700 bénéficiaires d'une caravane médicale    Les liens historiques entre le Maroc et le Pérou ne peuvent être altérés par des positions volatiles    Mondial de football pour amputés : Le Maroc s'incline face au Brésil    L'Boulevard envers et contre tout !    Migrants : quatre morts et vingt-neuf disparus au large des Canaries    le ministère des Affaires étrangères met une cellule de suivi et des numéros de téléphone à la disposition de la communauté marocaine    Prévisions météorologiques pour le lundi 03 octobre 2022    Conférence autour du livre «Tifawin» de Khadija Rchouk    Vidéo : Quand Tarab Ambassadors fête comme il se doit la fête d'Al Mawlid    Insolite : Le prince moulay Hicham pousse la chansonnette dans la rue    L'armée ukrainienne reprendra d'autres villes du Donbass « dans la semaine à venir », affirme Zelensky    Le Maroc en quête des drones chinois "Wing Loong II"    La Libye s'oppose au projet de gazoduc transsaharien porté par l'Algérie    Guelmim : Journée d'étude sur la problématique de la gestion des ressources hydriques dans la région    Le FACDI, un incubateur pour le développement de la coopération Sud-Sud    Le Maroc compte présenter sa candidature    Marc Lasry, le Marocain copropriétaire de la franchise NBA des Bucks veut racheter l'Inter Milan    Migrants clandestins : les familles des disparus haussent le ton    Burkina Faso: sous fond de rivalité entre la Russie et la France    Quelle culture voulons-nous ?    Israël : une cellule locale de l'Etat islamique démantelée    L'Ambassade du Maroc met en place une cellule de suivi    Falsification de visas : Arrestation d'une vingtaine de membres d'un réseau criminel    «Crise cardiaque.... Chaque minute vaut une vie»    Le FNUAP salue les progrès du Maroc    Nigeria : l'ARM participe à la 2ème conférence du Réseau des gouvernements infranationaux d'Afrique    Le Maroc au CPS de l'UA: Une consécration de la confiance dont jouit le Royaume    Un témoignage du Bâtonnier Abdelaziz BENZAKOUR    Mohamed Joudar succède à Sajid à la tête de l'UC    Signature d'un Mémorandum d'Entente entre l'ARM et le Forum des Gouverneurs du Nigéria    Renouvellement du Conseil national de la presse : le torchon brûle entre la Fenajic et le gouvernement    SM le Roi félicite le Prince héritier d'Arabie Saoudite    Art et culture : Une Fondation pour El Jadida    Semaine dans le rouge pour la Bourse de Casablanca    Le ministère ne se chargera plus des équivalences des diplômes obtenus à l'étranger    Prêt-à-porter. Camaieu Maroc dans la tourmente    Clôture en apothéose à Dakhla de "Prince Héritier Moulay El Hassan Kitesurfing World Cup 2022"    Programme des principaux matchs du dimanche 2 octobre    L'Ambassade du Maroc met en place une cellule de suivi de la situation au Burkina Faso    CHAN-2022 (tirage): Le Maroc hérite du Soudan, Madagascar et Ghana    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Caucus africain de Marrakech. Principales conclusions
Publié dans L'observateur du Maroc le 06 - 07 - 2022


Constat alarmant!
« L'Afrique est gravement menacée par une aggravation de la pauvreté et de l'insécurité alimentaire qui pourraient déclencher des crises sociales et politiques sans parler de la menace climatique qui devient de plus en plus réelle à l'heure actuelle », déclare Nadia Fettah Alaoui lors de la clôture des travaux du caucus africain 2022 tenu les 6 et 7 juillet à Marrakech. La ministre de l'économie et des finances a ajouté aussi que cette conférence a permis non seulement, de mettre l'accent sur les principales difficultés auxquelles le continent est confronté, mais aussi d'unifier les rangs et parler d'une seule voix pour une Afrique plus résiliente avec la mobilisation des ressources nécessaires pour le développement de la région. «L'accumulation successive des déficits de financement tendant à aggraver la situation économique des pays africains et leur vulnérabilité et entravent le développement de nos pays. D'où la nécessité de débloquer davantage de ressources financières et l'instauration de notre part des mesures politiques fortes et prudentes pour renforcer les réserves, préserver la viabilité de la dette, accroître la résilience aux chocs et rendre la croissance plus durable et inclusif », souligne Nadia Fettah Alaoui.
La Déclaration de Marrakech
La réunion de Marrakech a été sanctionnée par une déclaration résumant les principaux points débattus lors de la rencontre. Les participants reconnaissants le rôle vital du FMI et de la banque mondiale dans la recherche du renforcement de la résilience de l'Afrique aux chocs futurs ont exprimé leur volonté de rechercher des subventions supplémentaires et un soutien financier dans les trois domaines en particulier. D'abord, le repositionnement de la dette comme catalyseur de la reprise économique et de la croissance durable. Sur ce volet, les argentiers et patrons de banques centrales africaines appellent les institutions de Bretton Woods à faciliter un allégement rapide de la dette pour aider les pays africains à se remettre de la crise et minimiser les risques dans les perspectives de croissance. Ils appellent aussi les mêmes institutions à accélérer la réforme de l'architecture internationale de la dette et soutenir l'appel de la région au G20 pour une extension de l'initiative de suspension du service de la dette (DSSI) jusqu'à ce que le cadre commun fonctionne de manière efficace. Les participants exhortent également les institutions précitées à soutenir les pays africains en accélérant notamment les réformes qui devraient atteindre cet objectif à l'instar de l'extension de l'éligibilité aux pays africains à revenu intermédiaire très endettés. Il s'agit aussi d'accorder à l'Afrique une plus grande représentation et une voix plus forte au sein des organes de gouvernance et à appliquer des souplesses dans les politiques d'endettement en faveur des pays africains.
Dans leur déclaration de Marrakech, les ministres des finances et patrons des banques centrales africaines appellent le FMI à renforcer les filets de sécurité financière mondiaux par des lignes de précaution qui permettent aux économies africaines de faire face aux chocs exogènes et accélérer la mis en place de mécanismes adaptés aux besoins spécifiques des économies africaines.
Au niveau de l'intégration régionale, les participants recommandent à la banque mondiale la mise en œuvre d'une approche régionale pour le financement de projets hydroélectriques intermédiaires et en aval, d'énergies renouvelables et de transformation du gaz en électricité sur tout le continent afin de garantir la sécurité énergétique et l'accès universel à l'électricité. La banque mondiale est appelée aussi à accroître son financement des investissements publics dans le secteur de l'énergie en Afrique et d'envisager des investissements dans des technologies innovantes qui améliorent les performances des entreprises africaines de services énergétiques. La même institution devrait, selon la déclaration commune de Marrakech, accélérer le financement de la construction d'infrastructures, de plateformes et d'écosystèmes de réseaux numériques pour les technologies et solutions numériques qui peuvent radicalement réduire la fracture numérique, élargir l'accès au financement, améliorer la prestation de services et créer de nouvelles opportunités économiques pour l'Afrique. Autre propositions phares adressées au FMI, accélérer son soutien à la conception de systèmes pour détecter et atténuer les cyberisques et les risques liés à la vie privée, ainsi qu'à relever les défis liés aux paiements transfrontaliers et à l'utilisation des monnaies numériques des banques centrales. Pour faire également progresser l'intégration régionale, les ays africains s'attendent également à de nouvelles mesures innovantes pour relever les défis de l'entrepreneuriat des jeunes en Afrique et du financement des PME.
S'agissant de la crise climatique, les participants, soutiennent la conclusion du Sommet du G7 de juin 2022, soulignant que ni le niveau d'ambition ni la mobilisation de la communauté internationale ne correspondent aux objectifs de l'Accord de Paris. « Nous soutenons l'appel du G7 pour un meilleur accès aux moyens de financement de l'action climatique et en accordant une attention particulière aux pays les plus vulnérables, y compris les pays à revenu intermédiaire », note la déclaration en question. Parmi les autres demandes formulées on trouve aussi la demande formulée aux IBW de favoriser une collaboration plus approfondie dans leurs domaines respectifs pour soutenir les pays dans la gestion des risques liés à la transition climatique, et celle adressée à la banque mondiale d'accorder la priorité au soutien à l'Afrique dans la mise en œuvre de son deuxième plan d'action sur le changement climatique et au FMI afin de veiller à ce que la mise en œuvre de sa stratégie climatique soutienne la transition de l'Afrique vers des économies plus vertes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.