Liban: Michel Aoun promet des mesures concrètes    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Le gouvernement table sur une enveloppe de 198 milliards de DH en 2020    Conférence internationale sur la justice: Le texte intégral de la lettre royale    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Journées musicales de Carthage. Un festival courageux !    Azrou promeut la culture coréenne    Diva Châbiaa à la voix sur le cœur    Label'Vie. "Une valeur de croissance au profil résilient"    PLF 2020: Les chiffres à retenir    Nabil Benabdallah: «Il faut redonner un sens à l'action politique»    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Une belle leçon des joueurs botolistes    Dernier tour qualificatif pour le CHAN-2020 : Le Maroc se qualifie haut la main    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Jouahri primé à Washington pour la troisième année consécutive    Akhannouch appelle à favoriser l'emploi des jeunes    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Top Performer RSE 2019. Attijariwafa bank distingué    Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Les Botolistes proches de la qualification    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zine El Abidine Ben Ali : Une mort clémente
Publié dans Challenge le 19 - 09 - 2019

C'est contre lui que le fameux « printemps arabe » a commencé. Il a fui honteusement en Arabie Saoudite, quand Kadhafi a été lâchement et sauvagement assassiné et que Moubarak survit toujours, en liberté, protégé par l'armée à un cancer qu'on nous disait ravageur.
Ben Ali est devenu le dictateur de la Tunisie, dans des conditions particulières. C'est Benedetto Craxi à l'époque premier ministre Italien, soi-disant socialiste, lui-même condamné pour vol, qui a incité et soutenu son coup d'Etat contre Habib Bourguiba.
L'ancien lion était devenu un légume, il changeait de premier ministre dès qu'il se réveillait après des mois de coma. Ce n'est pas la France et ses services qui sont intervenus mais l'Italie et Ben Ali a mis sous séquestre le « père de la nation » et est devenu l'imperator de Tunis.
Son règne a été celui des violations des droits de l'homme. Les Islamistes et les gauchistes ont été pourchassés et torturés dans des conditions horribles.
Lire aussi: Tunisie: Avant sa mort, Ben Ali laisse un message audio au peuple tunisien
Mais l'Occident, dans son ensemble, vendait une marchandise avariée. Ben Ali c'est la sécurité plus la croissance économique. Il aurait défendu et réussi à créer une classe moyenne. La ministre Française Michèle Alliot-Marie, l'a défendu jusqu'au bout.
Il a suffi du suicide d'un vendeur ambulant pour que l'on se rende compte que ce régime de pilleurs appuyés par les sécuritaires était une abjection.
La Tunisie n'est toujours pas sortie de l'ère Ben Ali. Sa femme et sa famille représentent l'abjection absolue pour les Tunisiens, y compris les plus jeunes. Personne ne le pleurera dans son pays.
Cependant, il faut aussi questionner l'Occident. Le soutien aux dictateurs véreux a été la règle pendant un demi-siècle. Aujourd'hui c'est l'instabilité qui règne et elle menace les Européens. Ils ne peuvent pas s'en laver les mains. Ben Ali est une création européenne, qui a martyrisé les Tunisiens. Sa mort physique ne règle pas, ne règle rien dans ces rapports.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.