Programme des principaux matchs du dimanche 26 janvier    CGEM: Et maintenant, au travail!    Coronavirus : L'ambassade du Maroc en Chine réagit    LDC Afrique: Le Raja est qualifié pour les quarts de finale    CGEM/DGI : Echange autour des dispositions de la Loi de Finances 2020    Botola: Le programme de la14 e journée    Turquie : un séisme fait au moins 21 morts dans l'est du pays    Syrie : plus de 38.000 déplacés en cinq jours dans le nord-ouest    La ministre espagnole des Affaires étrangères : le Maroc a le droit de délimiter son espace maritime    Le Maroc instaure le contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux    Hausse des exportations agro-alimentaires en 2019    4ème Congrès du PAM : des pamistes toujours en quête d'un candidat rassembleur, proposent Mekki Zizi    Les enseignants contractuels reviennent à la charge    ONEE-TAQA : Prorogation du Contrat d'achat et de fourniture d'électricité de la centrale de Jorf Lasfar    Maroc-Espagne : Le « dialogue » pour résoudre le chevauchement des droits maritimes    CGEM: Passation des pouvoirs entre Mohamed Bachiri et Chakib Alj    L'ambassade du Maroc en Chine met en place une cellule de crise    Le nouvel Ambassadeur du Maroc au Liberia remet ses lettres de créance au Président Weah    Voici le temps qu'il fera ce samedi    Le portugais Pestana Hotel Group renforce son offre    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    La SIE change de positionnement    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    Le surfeur Boukhiam fier de représenter le Maroc, le monde arabe et l'Afrique aux JO 2020    La Bundesliga veut abaisser à 16 ans l'âge minimum pour jouer en pro    Rajoy, d'ex-chef du gouvernement à président de la fédération espagnole de football ?    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    Arrêter de fumer 4 semaines avant une opération réduit le risque de complications    Insolite : Brève cavale    Des failles de sécurité constatées sur le navigateur web Safari    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Secteur privé : Quelle solution pour sortir de l'engrenage ?
Publié dans Challenge le 06 - 12 - 2019

Les délais de paiement demeurent jusqu'à présent une problématique inextricable pour les entreprises, notamment TPE et PME. Malgré la loi sur les délais de paiement, et tous les efforts mobilisés, le secteur privé est encore loin du compte.
C'est devenu une hantise permanente chez les PME et les TPE. Les délais de paiement sont en effet l'une des principales (si ce n'est la principale d'ailleurs) des faillites d'entreprises au Maroc, et face à cela les entrepreneurs ne savent plus à quel saint se vouer. Afin d'analyser de fond en comble cette problématique, le groupe Le Matin a réuni, le 6 décembre à Casablanca, chefs d'entreprises, experts comptables, spécialistes du secteur privé, responsable de la Direction Générale des Impôts (DGI), dans le cadre de son cycle de conférences.
Placée sous le thème « Les délais de paiement inter-entreprises : comment sortir de l'impasse ? », cette rencontre avait pour objectif était de discuter de la problématique et aussi proposer des pistes d'actions visant à réduire l'hémorragie, à défaut de la stopper. Pour Hamid Ben Elafdil, l'Etat doit déjà arrêter de faire un copier-coller des lois françaises en la matière, car la réalité marocaine est bien différente. « La loi sur les délais de paiement n'a pas été pensée pour les entreprises marocaines. Arrêtons de copier les lois françaises. Nous ne sommes pas en France. Nous pouvons inventer des modèles marocains », a souligné Hamid Ben Elafdil, Chairman de Delta Drone Maroc et vice-président de la Fédération du commerce et services (CGEM).
Lire aussi: Les TPE et PME, principales victimes des retards
Il a notamment l'accent sur la généralisation de la facturation électronique. « Plus on a la digitalisation du process, et plus on aura de la data qu'on pourra analyser », a-t-il soutenu. De son côté, Amine Diouri (Inforisk) a estimé que si la problématique perdure, c'est n'est pas forcément à cause des lois adoptées, mais plutôt à cause de leur non application. « Au Maroc, il y a un degré de tolérance assez large vis-à-vis des délais de paiement. En France par exemple, la pénalité de retard de paiement a été durcie. En Inde aussi, lorsque vous ne payez pas à temps vos clients, vous risquez une peine de prison. Aujourd'hui, et comme par hasard, l'Inde est parmi les meilleurs élèves en matière de délai de paiement. La Chine aussi a pris des mesures similaires, et est même allée encore plus loin. Toutefois, je ne dis pas que c'est ce qu'il faire au Maroc. Mais, remarquons quand-même que nous avons une tolérance importante », a-t-il fait remarquer.
« Aujourd'hui, nous avons besoin de mettre en avant les entreprises qui respectent les délais de paiement, mais il faut aussi identifier les mauvais payeurs », a-t-il ajouté. Rappelons que le montant des crédits inter-entreprises a atteint des sommets ces dernières années. Il est en effet estimé à plus de 400 milliards de DH. Et notons que ce sont notamment les PME et TPE qui sont les principales victimes des retards de paiement. Younes Idrissi Kaitouni, Directeur régional des Impôts (Casablanca) a aussi mis en exergue l'importance dans la data pour l'administration fiscale dans son intervention. Il a assuré que le fisc déploie les efforts nécessaires par rapport à cette problématique. Pour sa part, Zakaria Fahim, président BDO Maroc, représentant de l'Ordre des experts comptables a appelé à des initiatives concrètes pour permettre à la PME de respirer. « Quand vous êtes dans une spirale où tout le monde est asphyxié par la trésorerie, il faut remettre les compteurs à zéro et casser cette spirale », a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.