Coronavirus: nouveau record d'infections, la répartition géographique    Tanger-Med : Saisie de plus 190 kg de chira    Le Rwanda nomme une nouvelle ambassadrice au Maroc    Pourquoi Mike Pompeo est en Pologne    Live. Coronavirus : la situation au Maroc, samedi 15 août à 18h    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.776 nouveaux cas, 41.017 cas cumulés au samedi 15 août à 18 heures    Pourquoi les Marocains se tournent de plus en plus vers le Canada ?    Barça: Bartomeu prépare le grand ménage    Amrani met en lumière la vision Royale pour un Maroc de paix et de prospérité    Message du roi Mohammed VI au président indien    Haja El Hamdaouia met un terme à sa carrière (VIDEOS)    Casablanca: tentative de kidnapping dans un bus à Hay Hassani    Météo: jusqu'à 45 degrés ce vendredi au Maroc    Finances publiques: Principaux points du BMSFP de la TGR    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    France: Une autre mosquée incendiée à Lyon    Nomination des membres du conseil de l'ANRE    Casa-Settat: Le Conseil de la région examine le PDR    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Casablanca se barricade peu à peu !    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Le trafic de 720 chardonnerets avorté à Fqih Bensaleh    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Secteur privé : Quelle solution pour sortir de l'engrenage ?
Publié dans Challenge le 06 - 12 - 2019

Les délais de paiement demeurent jusqu'à présent une problématique inextricable pour les entreprises, notamment TPE et PME. Malgré la loi sur les délais de paiement, et tous les efforts mobilisés, le secteur privé est encore loin du compte.
C'est devenu une hantise permanente chez les PME et les TPE. Les délais de paiement sont en effet l'une des principales (si ce n'est la principale d'ailleurs) des faillites d'entreprises au Maroc, et face à cela les entrepreneurs ne savent plus à quel saint se vouer. Afin d'analyser de fond en comble cette problématique, le groupe Le Matin a réuni, le 6 décembre à Casablanca, chefs d'entreprises, experts comptables, spécialistes du secteur privé, responsable de la Direction Générale des Impôts (DGI), dans le cadre de son cycle de conférences.
Placée sous le thème « Les délais de paiement inter-entreprises : comment sortir de l'impasse ? », cette rencontre avait pour objectif était de discuter de la problématique et aussi proposer des pistes d'actions visant à réduire l'hémorragie, à défaut de la stopper. Pour Hamid Ben Elafdil, l'Etat doit déjà arrêter de faire un copier-coller des lois françaises en la matière, car la réalité marocaine est bien différente. « La loi sur les délais de paiement n'a pas été pensée pour les entreprises marocaines. Arrêtons de copier les lois françaises. Nous ne sommes pas en France. Nous pouvons inventer des modèles marocains », a souligné Hamid Ben Elafdil, Chairman de Delta Drone Maroc et vice-président de la Fédération du commerce et services (CGEM).
Lire aussi: Les TPE et PME, principales victimes des retards
Il a notamment l'accent sur la généralisation de la facturation électronique. « Plus on a la digitalisation du process, et plus on aura de la data qu'on pourra analyser », a-t-il soutenu. De son côté, Amine Diouri (Inforisk) a estimé que si la problématique perdure, c'est n'est pas forcément à cause des lois adoptées, mais plutôt à cause de leur non application. « Au Maroc, il y a un degré de tolérance assez large vis-à-vis des délais de paiement. En France par exemple, la pénalité de retard de paiement a été durcie. En Inde aussi, lorsque vous ne payez pas à temps vos clients, vous risquez une peine de prison. Aujourd'hui, et comme par hasard, l'Inde est parmi les meilleurs élèves en matière de délai de paiement. La Chine aussi a pris des mesures similaires, et est même allée encore plus loin. Toutefois, je ne dis pas que c'est ce qu'il faire au Maroc. Mais, remarquons quand-même que nous avons une tolérance importante », a-t-il fait remarquer.
« Aujourd'hui, nous avons besoin de mettre en avant les entreprises qui respectent les délais de paiement, mais il faut aussi identifier les mauvais payeurs », a-t-il ajouté. Rappelons que le montant des crédits inter-entreprises a atteint des sommets ces dernières années. Il est en effet estimé à plus de 400 milliards de DH. Et notons que ce sont notamment les PME et TPE qui sont les principales victimes des retards de paiement. Younes Idrissi Kaitouni, Directeur régional des Impôts (Casablanca) a aussi mis en exergue l'importance dans la data pour l'administration fiscale dans son intervention. Il a assuré que le fisc déploie les efforts nécessaires par rapport à cette problématique. Pour sa part, Zakaria Fahim, président BDO Maroc, représentant de l'Ordre des experts comptables a appelé à des initiatives concrètes pour permettre à la PME de respirer. « Quand vous êtes dans une spirale où tout le monde est asphyxié par la trésorerie, il faut remettre les compteurs à zéro et casser cette spirale », a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.