Système de protection sociale : Les lapalissades de M. El Othmani    1500 participants visés par Basket F'Douar    Météo : Chutes de neige au menu…    Guerre mondiale : Retour à Rabat sur le rôle des soldats marocains    Brexit : La perspective d'un accord en novembre toujours aussi incertaine    Presse électronique : La FMEJ dénonce les comportements irresponsables    Elalamy fait le point sur les nouvelles normes marocaines    L'armateur CMA CGM lance une caravane au profit des producteurs agricoles marocains    Education    Parlement. Le code de déontologie sera-t-il respecté ?    Flash hebdomadaire    Botola Maroc Telecom : La belle remontée du Youssoufia de Berrechid    Pétrole : Les grands producteurs veulent éviter une surproduction en 2019    C'est parti pour le cadastre solaire marocain    Le Maroc participe à «La Semaine de la cuisine italienne dans le monde»    Les œuvres de Morran Benlahcen au So Art Gallery    Galerie H : Trois designers à l'honneur    Hamid Baali, victime de la neige ou de la négligence?    Le Maroc participe au Forum de Paris sur la paix    Adoption en commission de la première partie du projet de loi de finances 2019    Nadia Larguet obtient gain de cause dans une affaire d'atteinte au droit d'auteur    Afrique/administration. Le Maroc élu président adjoint    Dakhla: Le Brésilien Carlos Mario remporte la 2è édition du Championnat mondial de kitesuf    Interview – Elad Levi : « La musique andalouse, c'est toute ma vie ! »    Nadia Larguet obtient gain de cause dans une dans une affaire d'atteinte au droit d'auteur    SM le Roi participe à la commémoration du centenaire de l'Armistice    Journée scientifique de partage de compétences : La maladie de Parkinson examinée par des experts marocains et français    Nexans Maroc et Envol Afrique lancent «Nexans Côte d'Ivoire»    SAR la Princesse Lalla Hasnaa inaugure le Parc Hassan II de Rabat    Le sens de l'image    Le ministère de la justice rend un vibrant hommage à Abdelwahed Radi    Les dernières cartes à jouer du programme de privatisations?    Farine subventionnée. Une rente d'un milliard de dirhams    Divers    Signature à Rabat du protocole d'accord conférant au Royaume l'organisation des Jeux africains 2019    La Californie toujours en proie aux flammes    Cure de jouvence promise pour les maisons de jeunes    Finalisation d'un projet relatif au droit des autistes à l'éducation inclusive    Divers    Premier League Des milliers de supporters rendent à nouveau hommage à l'ancien propriétaire de Leicester    Mohamed Benabdelkader appelle à une gouvernance publique efficace, performante et productive    Abderrahmane El Youssoufi : La main tendue de S.M le Roi, une initiative sincère pour une victoire collective des Algériens et des Marocains    divers    Sofia'' de Meriem Ben M'barek rafle trois prix    Nouvelle édition de la "Nuit des philosophes"    Cri de l'âme'' de Abdelilah El Jaouhari en avant-première à Casablanca    Midterms: Une forte présence des femmes au Congrès mais…    Arrivée du Souverain à l'Elysée pour la commémoration du centenaire de l'Armistice    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Who's who de l'immobilier : Karim Marrakchi, PDG de la société de Promotion immobilière l'Arganier : Un concept bien à part
Publié dans Challenge le 29 - 12 - 2007

A la fois architecte et promoteur immobilier, Karim Marrakchi incarne cette
nouvelle génération grâce à laquelle la filière se professionnalise. Sa particularité: dans tous ses projets, l'architecture prend le pas sur la pure promotion
immobilière.
J'ai eu une ascension forte et importante», avoue d'emblée Karim Marrakchi. Voilà un homme qui n'a pas peur de monter sa réussite, et il en est fier. Et pour cause, c'est aujourd'hui l'un des promoteurs immobilier les plus en vue sur Casablanca, et ses appartements se vendent à prix d'or… Environ 20.000 DH le mètre carré! Il a à son actif environ une dizaine de projets à travers Casablanca. Son credo, la qualité et le haut standing. Son empreinte: des matériaux nobles tel que le bois, ou encore la pierre, et surtout des façades ouvertes. De la lumière, encore de la lumière, toujours de la lumière…
Cet architecte de formation est tombé dans la promotion immobilière par «frustration». L'exercice de son métier d'origine l'a déçu. «Vous savez lorsque vous travaillez pour le compte de promoteurs, les projets ne voient pratiquement jamais le jour tel que vous les avez conçus. Et puis lorsque je suis rentré de Paris, il était vraiment difficile d'exercer le métier d'architecte, entre autres à cause des lourdeurs administratives, même si aujourd'hui, les choses ont changé». En effet dès son retour en 1990, le jeune architecte en herbe qu'il était commence par faire un passage éclair de six mois à la commune, qu'il poursuit par une expérience d'une année au sein des ERAC de Casablanca. Une expérience dans le public qui le froisse quelque peu. Et très vite, il ouvre son cabinet d'architecture. Mais encore une fois, après quelques années d'exercice, il se retrouve freiner dans son élan. C'est alors que voit le jour son premier projet. Un immeuble de moyen standing dans le quartier de Bourgogne. «Je n'ai pas tout de suite commencé dans le haut standing. Car pour ce projet qui a mobilisé environ 6 millions de dirhams, je n'ai pas voulu avoir recours aux crédits bancaires. A l'époque, ce n'était qu'une fois qu'on avait terminé la construction, que l'on commençait véritablement à vendre. Aujourd'hui, tout est vendu avant même la pause de la première pierre».
Après ce premier projet, l'aventure continue pour Karim Marrakchi. Désormais présent dans la promotion immobilière depuis une dizaine d'années, ce dynamique quadra aiguise son savoir-faire à chaque nouveau projet. «Ma force c'est justement d'avoir été en permanence à l'écoute des gens, et de toujours améliorer mon produit en fonction de la demande. Je ne fais pas de très grande surface, mais mon challenge est d'optimiser au mieux l'espace. Le moindre mètre carré est exploité. C'est un travail qui prend beaucoup de temps, et c'est aussi la raison pour laquelle c'est dans la promotion immobilière que je m'épanoui le plus, et que surtout je me retrouve en tant qu'architecte».
Réorientation stratégique
Si jusqu'à présent Karim Marrakchi opérait uniquement sur Casablanca, désormais son regard se tourne vers d'autres villes du royaume. «Un choix certes stratégique puisque la demande et très forte dans toute les villes du royaume, mais c'est la rareté du foncier qui m'a aussi poussé en dehors de Casablanca», nous avoue-t-il. Sur Marrakech, il réalise un investissement de 40 millions de DH: un ensemble de huit villas de très haut standing qui donne sur le golf d'Amalkis, et qui constituera la première tranche de son projet. Et depuis tout juste une semaine, il vient de recevoir une autorisation pour un projet de logement économique à Settat : 250 appartements et 150 villas pour un investissement de 60 millions de DH. Un projet atypique pour un promoteur qui a surtout développé du haut standing. «Généralement l'on commence par du logement économique puis on s'oriente petit à petit vers le haut standing. J'ai fait le chemin inverse, mais je vais continuer à utiliser du bois ou de la pierre, même si bien entendu le prix des matériaux sera adapté au logement économique». Et ce n'est pas tout. Marrakchi compte construire à El Jadida, sur un terrain de 4.500 mètres, des bungalows et des appartements en bord de mer. Mais il y a également Mir Eleft dans la région d'Agadir, sans oublier la station balnéaire préférée des Casablancais, Dar Bouâaza. Une multitude de projets qui ne sont pas prêts de s'arrêter, car le «promoteur architecte» est en passe de créer des partenariats avec différents associés afin de continuer à financer et développer ses projets.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.