OPCVM : Plus de 939 MMDH de souscriptions en 2020    Maroc/Météo : Temps assez chaud ce mardi 3 août    Tokyo 2020 / Athlétisme : Première médaille d'or pour le Maroc grâce à Soufiane El Bakkali    Adjudications: Hausse de 46,2% des émissions du Trésor en 2020    La canicule sévit en Grèce, les vagues de chaleur se font fréquentes en Europe    Covid-19/ Casablanca : Reportage au cœur des services de réanimation du CHU Ibn Rochd    Hommages olympiques du roi Mohammed VI à Soufiane El Bakkali après son sacre    Eagle Hills livre la première phase de « Rabat Square »    Le Parlement Jeunesse du Maroc tient sa 3ème session législative    Israël accuse et menace l'Iran qui rejette toute implication    Lancement du Guide de la procédure d'extradition    Le Chef d'Etat-major de l'Armée de Terre des Etats-Unis reçu par le ministre chargé de l'Administration de la Défense Nationale    JO-2020 : El Bakkali offre au Maroc l'Or olympique    Une coupe spectaculaire... sur les traces de la Botola    Dissolution de la direction technique nationale et gel de toutes les activités    Rabat/plage des Oudayas : Le surf de plus en plus populaire (Reportage)    Amrani met en exergue les choix visionnaires de Sa Majesté le Roi    Baisse des revenus des sociétés de financement en 2020    Ministère de l'Economie, des Finances et de la réforme administrative. Un nouvel organigramme entre en vigueur    Pfizer et Moderna augmentent le prix de leurs vaccins contre le Covid    L'intérieur dément les allégations sur la désertion des Forces auxiliaires à Sebta    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    Fatima Regragui tire sa révérence    Le groupe marocain Asif est de retour avec « Balbala »    Couvre-feu à 21H, interdiction des déplacements, fermeture des salles de sport...le gouvernement annonce de nouvelles restrictions    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    Chambres professionnelles : plus de 12.000 candidats aux élections    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Sites marchands/e-marchands. Les transactions par cartes bancaires atteignent un chiffre record    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 2 août 2021 à 16H00    L'ancien maire de Marrakech, Omar Jazouli, tire sa révérence    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    JO de Tokyo : « L'or » de la vérité a sonné    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Voyage au bout de l'incompréhensible
Publié dans Eljadida 24 le 05 - 09 - 2012

Si dans les jungles c'est la loi du plus fort qui prévaut, dans toute société humaine se voulant de Droit, juste et démocratique,

c'est la loi de la majorité qui sert de plateforme pour gérer le quotidien.

La nature humaine a horreur du vide, loi, justice et démocratie, sont là, non seulement pour y parer, mais aussi et surtout pour empêcher toute instauration d'anarchie et de fascisme.

Dans ce pays, qui semble ne rien faire comme tout le monde, certains comportements et habitudes qui n'ont, en principe, plus lieu d'être, persistent et en laissent perplexes plus d'un.

La consommation d'alcool en public par un Musulman, sa possession, voire sa saisie en flagrant délit (à cause d'une démarche titubante due à ce « Nectar » ingurgité malgré son interdiction), restent répréhensibles par les lois en vigueur.

Or si les bars sont bondés chaque soir de clients musulmans au vu et au su de tous, c'est que ceux censés veiller à l'application des lois, ferment les yeux et préfèrent laisser faire. Cependant, à s'y intéresser de prés, cette « tolérance » ne joue nullement en faveur des « joyeux lurons » qui peuvent, à tout moment, se faire enfermer sans préavis. Car, telle une épée de Damoclès, elle est perpétuellement posée au-dessus de la tête de chaque consommateur, prête à le frapper à la première occasion jugée opportune.

A Bab Sebta, tous les produits qui en émanent sont considérés par la loi comme de la contrebande. Mais une fois sur ces lieux, on trouve à notre grand étonnement, que les marchandises « prohibées » circulent librement.

A Fnideq, quelques centaines de mètres plus loin, ces marchandises dites de contrebande sont vendues librement dans les magasins, tout comme dans n'importe quelle autre ville du Royaume !

Et pourtant, si vous roulez encore deux ou trois kilomètres vers le sud, des barrages de douane vous arrêtent. Et là, les marchandises transportées de Castillejo (Fnideq) sont considérées comme interdites car provenant de la contre bande.

Et de fil en aiguille, un père de famille tranquille, transportant une marchandise à quelques kilomètres de là ; en plein territoire marocain, achetée pourtant librement et légalement en dirhams marocains, est considéré comme un contrebandier notoire … « abbandi ».

Le décor est le même à Ahfir, Saidia, Béni Drar…où tous les produits alimentaires et les ustensiles de cuisines, émanent soit de l'Algérie à quelques dizaines de mètres de là, soit de l'Espagne via Melilia.

Voici une région dont la marocanité n'est contestée par aucun pays étranger, en dehors de l'occupant, mais qui ne consomme pas un seul produit du Maroc.

Comment parvient-on à faire passer les frontières à tous ces produits ? Avec des postes frontaliers censés être fermés et des relations plus au moins tendues avec l'Algérie, comment tant de marchandises parviennent-elles à nous parvenir de ce pays ?

Comment tous ces camions citernes contenant des tonnes de gasoil algérien (vendue à 3 ,50 DH le litre) parviennent-ils à passer nos frontières ? Devons-nous continuer à nous taire devant les dégâts dus aux psychotropes qui nous envahissent de l'Algérie ?

A qui bénéficie tout ce micmac en premier lieu ? Et pourquoi ferme-t-on les yeux en passant sous silence ces « commerces » , comme s'il s'agissait d'un sujet tabou ?

Tant de questions qui se bousculent dans notre tête et auxquelles nous ne trouvons aucune réponse !

Nous ne pouvons traiter ce phénomène sans relater les conditions inhumaines dans lesquelles « travaillent » jeunes et moins jeunes à Bab Sebta, Beni Drar (village entre Saidia et Oujda) ou Béni N'Sar (région de Nador « frontalière » avec Melilia). La triste réalité est là : le tableau général, est laid, déshonorant, cruel, inhumain et tous les autres qualificatifs de la lignée qui nous viennent à l'esprit.

Et à la base de cette déchéance humaine il y a, comme par hasard, cette situation de statu-quo citée plus haut. Une situation où personne n'arrive à discerner où s'arrête le légal et où commence ce qui ne l'est pas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.
Lire aussi