La concurrence loyale et équitable, un levier de croissance économique    Election présidentielle. Marine Le Pen devance la liste Macron    Un marocain remporte le marathon de Poitiers-Futuroscope    Le Maroc et l'Espagne préparent l'opération Marhaba    L'ex-manager de Stan Lee arrêté pour abus de faiblesse    Marouane Chamakh prend sa retraite    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Les Berkanis à un pas du sacre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Une réaction curieusement ingrate!    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Banque privée : Les principaux requis de succès    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Le chemin vers l'autre » un recueil de Maria Zaki. De l'altérité...
Publié dans Eljadida 24 le 14 - 07 - 2014

Maria Zaki a publié une dizaine de livres. Des recueils de nouvelles, comme "Histoires courtes du Maroc" et "Maktoub". Des romans, comme "Triptyque fantastique" et "La fable du deuxième sexe". Des pièces de théâtre comme « Malgré la lumière du phare » et même des poèmes entrecroisés comme dans « Et un ciel dans un pétale de rose », où ceux de Maria Zaki le furent avec ceux de Jacques Herman un poète belgo-suisse. Un recueil où les poèmes sont mélangés sans signature et le lecteur peut procéder à l'identification des auteurs en consultant le sommaire. Et un recueil qui lui a aussi valu le prix de créativité Naji Naâman 2013 à Beyrouth, ainsi que celui des Ecrivains Valaisans, le 28 Septembre 2013 à Sion (Suisse).
Mais aujourd'hui, Maria Zaki nous revient avec une nouvelle expérience, celle d'un recueil de poèmes bilingues: « Le chemin vers l'autre » «الطريق الى الآخر ».
Un recueil de poèmes bilingues, paru le 28 avril 2014 aux éditions Le Scribe l'Harmattan à Paris.
1) Votre nouveau livre est constitué de poèmes traduits du français vers l'arabe, avez-vous rencontré des difficultés au cours de cette traduction ?
Des difficultés, non, mais n'importe quelle traduction nécessite un certain effort et celle de la poésie, encore plus. Il n'est pas évident de retrouver le premier souffle qui a donné naissance aux vers et qui souvent ne se laisse capturer qu'une seule fois. Cela a été d'ailleurs souligné par Mr Abdelouahad Mabrour, ancien Doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines d'El Jadida, dans la préface de ce livre. En plus chaque langue possède ses caractéristiques et ses spécificités et les possibilités d'ouvrir la parole par la métaphore diffèrent d'une langue à l'autre. Ceci dit, ma génération fait partie de celles qui ont bénéficié au Maroc d'un enseignement bilingue en arabe et en français. J'estime que c'est une aubaine.
2) Pouvez-vous nous dire comment vous avez eu l'idée de ce thème ?
J'ai toujours été attirée par l'altérité en tant que concept philosophique englobant plusieurs aspects. Ces poèmes traitent des relations humaines avec l'autre, relations qui respectent aussi bien ses ressemblances que ses différences. Cet autre, qui est à la fois proche et lointain comme disait Baudelaire. Je dirais simplement que l'autre m'a toujours intéressée aussi bien dans mes écrits que dans l'approche sensible de la vie, d'un point de vue d'abord humain, puis littéraire ou artistique. Je pense qu'il y a deux manières de voir l'autre : l'une consiste à le regarder d'un œil superficiel ou trop sévère, l'autre est remplie d'attention et de compréhension. Et c'est la seconde manière qui, à mon avis, permet de découvrir l'autre et de faire vivre la rencontre.
3) C'est la première fois que vous publiez en arabe, pourquoi maintenant ?
Pour partager mes poèmes avec les lecteurs de cette langue. Si le choix du thème est directement lié à l'importance de l'altérité à mes yeux, celui de la langue résulte d'une demande de certains lecteurs. Et il faut reconnaître que le thème lui-même s'y prête très bien, puisqu'il s'agit d'autres lecteurs.
Maria Zaki présentera ce livre à L'Espace le Scribe l'Harmattan à Paris, le 26 juin 2014 à 19h 30. Cette présentation sera accompagnée d'un débat sur la traduction de la poésie animé par Osama Khalil, Directeur de L'Espace, en présence de poètes et de traducteurs Arabes et Français.
Maria Zaki est une poétesse et écrivaine d'expression française, née en 1964 à El Jadida au Maroc. Docteur d'Etat es-Sciences ancienne et enseignante universitaire, elle est actuellement directrice de recherche et de développement dans l›industrie chimique.
Cette belgo-marocaine se consacre parallèlement à l›écriture et a publié une dizaine de livres, participé à des anthologies et des revues littéraires et obtenu plusieurs prix.
Elle est membre de P.E.N. (Poètes, Essayistes, Nouvellistes) International et de son Women Writers Committee, de l'Association Vaudoise des Ecrivains, et de la Société des Ecrivains des Nations Unies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.