Dominique de Villepin en super-VRP au CDS    Un nouveau Consul général de France à Casablanca    Les graves dégâts du non-Maghreb    Groupe OCP. Bon cru au titre du premier semestre 2019    Décès de l'ancien président tunisien Zine El Abidine Ben Ali    Santé maternelle : Les ministères de la Santé et de l'Intérieur partenaires de l'UNICEF    La prison locale Tanger 2 dément les informations sur la grève de la faim de détenus du hirak    DGSN : Arrestation de plus de 420 000 individus dans des opérations sécuritaires    Le projet Shoot Your Face prend fin en ce mois de septembre    Mise en place d'un système d'archivage du patrimoine audiovisuel national    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    Investissement: Mémorandum d'entente entre Casablanca Finance City et BarcelonaCentre Financer Europeu    Barcha !    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Communiqué du Bureau Politique du PPS    Sédentarité et surpoids au banc des accusés    Classement FIFA : Le Maroc gagne 2 places et remonte à la 39è position    Le capital humain!    Conflit syrien: Sommet tripartite à Ankara…    Studio 7, le premier studio de dance urbaine à Casablanca    Fondafip : Les finances publiques face au défi des mutations du monde    Arrestation à Nador d'un dangereux récidiviste    Mariage des mineurs : Le plaidoyer de Réda Chami    Eliminatoires CHAN 2020. Benhalib et El Kaabi absents du dernier tour    Attaques en Arabie: Pompeo évoque un « acte de guerre » de l'Iran    Canada: Trudeau rattrapé par une vieille photo de « blackface »    Royal Air Maroc : Abdelhamid Addou affiche ses ambitions    L'Institut français de Casablanca dévoile sa programmation    Leçons tunisiennes    Le Onze national des locaux attendu aujourd'hui à Alger    Amadou Ba : Le soutien à l'intégrité territoriale du Maroc est une constante de la diplomatie sénégalaise    Le Maroc et le Danemark scellent un nouveau partenariat dans le domaine de la statistique    Les produits du terroir jouent un rôle clé dans le développement agricole durable    Insolite : Héritage dépensé    Pedro Sanchez : J'espère que les Espagnols donneront une majorité plus large au Parti socialiste    News    Des centaines de poissons morts asphyxiés en bordure de l'Oued Massa    L'accès des enfants réfugiés à la scolarisation, une initiative assurément louable    Hausse des nuitées enregistrées à Essaouira    Le déficit de liberté économique, une menace pour la démocratie    Dakar salue l'engagement infaillible de S.M le Roi en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique    Liverpool chute, l'Ajax carbure et le Barça s'en tire à bon compte    Djorkaeff à la tête de la Fondation Fifa    Le Festival international du film de femmes à Salé lance la nouvelle saison culturelle    Mouna Fettou: Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique    Bouillon de culture    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Le chemin vers l'autre » un recueil de Maria Zaki. De l'altérité...
Publié dans Eljadida 24 le 14 - 07 - 2014

Maria Zaki a publié une dizaine de livres. Des recueils de nouvelles, comme "Histoires courtes du Maroc" et "Maktoub". Des romans, comme "Triptyque fantastique" et "La fable du deuxième sexe". Des pièces de théâtre comme « Malgré la lumière du phare » et même des poèmes entrecroisés comme dans « Et un ciel dans un pétale de rose », où ceux de Maria Zaki le furent avec ceux de Jacques Herman un poète belgo-suisse. Un recueil où les poèmes sont mélangés sans signature et le lecteur peut procéder à l'identification des auteurs en consultant le sommaire. Et un recueil qui lui a aussi valu le prix de créativité Naji Naâman 2013 à Beyrouth, ainsi que celui des Ecrivains Valaisans, le 28 Septembre 2013 à Sion (Suisse).
Mais aujourd'hui, Maria Zaki nous revient avec une nouvelle expérience, celle d'un recueil de poèmes bilingues: « Le chemin vers l'autre » «الطريق الى الآخر ».
Un recueil de poèmes bilingues, paru le 28 avril 2014 aux éditions Le Scribe l'Harmattan à Paris.
1) Votre nouveau livre est constitué de poèmes traduits du français vers l'arabe, avez-vous rencontré des difficultés au cours de cette traduction ?
Des difficultés, non, mais n'importe quelle traduction nécessite un certain effort et celle de la poésie, encore plus. Il n'est pas évident de retrouver le premier souffle qui a donné naissance aux vers et qui souvent ne se laisse capturer qu'une seule fois. Cela a été d'ailleurs souligné par Mr Abdelouahad Mabrour, ancien Doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines d'El Jadida, dans la préface de ce livre. En plus chaque langue possède ses caractéristiques et ses spécificités et les possibilités d'ouvrir la parole par la métaphore diffèrent d'une langue à l'autre. Ceci dit, ma génération fait partie de celles qui ont bénéficié au Maroc d'un enseignement bilingue en arabe et en français. J'estime que c'est une aubaine.
2) Pouvez-vous nous dire comment vous avez eu l'idée de ce thème ?
J'ai toujours été attirée par l'altérité en tant que concept philosophique englobant plusieurs aspects. Ces poèmes traitent des relations humaines avec l'autre, relations qui respectent aussi bien ses ressemblances que ses différences. Cet autre, qui est à la fois proche et lointain comme disait Baudelaire. Je dirais simplement que l'autre m'a toujours intéressée aussi bien dans mes écrits que dans l'approche sensible de la vie, d'un point de vue d'abord humain, puis littéraire ou artistique. Je pense qu'il y a deux manières de voir l'autre : l'une consiste à le regarder d'un œil superficiel ou trop sévère, l'autre est remplie d'attention et de compréhension. Et c'est la seconde manière qui, à mon avis, permet de découvrir l'autre et de faire vivre la rencontre.
3) C'est la première fois que vous publiez en arabe, pourquoi maintenant ?
Pour partager mes poèmes avec les lecteurs de cette langue. Si le choix du thème est directement lié à l'importance de l'altérité à mes yeux, celui de la langue résulte d'une demande de certains lecteurs. Et il faut reconnaître que le thème lui-même s'y prête très bien, puisqu'il s'agit d'autres lecteurs.
Maria Zaki présentera ce livre à L'Espace le Scribe l'Harmattan à Paris, le 26 juin 2014 à 19h 30. Cette présentation sera accompagnée d'un débat sur la traduction de la poésie animé par Osama Khalil, Directeur de L'Espace, en présence de poètes et de traducteurs Arabes et Français.
Maria Zaki est une poétesse et écrivaine d'expression française, née en 1964 à El Jadida au Maroc. Docteur d'Etat es-Sciences ancienne et enseignante universitaire, elle est actuellement directrice de recherche et de développement dans l›industrie chimique.
Cette belgo-marocaine se consacre parallèlement à l›écriture et a publié une dizaine de livres, participé à des anthologies et des revues littéraires et obtenu plusieurs prix.
Elle est membre de P.E.N. (Poètes, Essayistes, Nouvellistes) International et de son Women Writers Committee, de l'Association Vaudoise des Ecrivains, et de la Société des Ecrivains des Nations Unies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.