Migration : L'Union européenne souligne «l'engagement fort» du Maroc    Le Maroc et l'Arabie Saoudite concluent un accord de transport aérien    Inflation: une nouvelle rallonge budgétaire de 12 MMDH (Conseil de gouvernement)    Bourse de Casablanca: Clôture dans le vert    France-Maroc-Algérie-Kabylie: C'est celui qui dit qui l'est !    Football : la candidature Maroc-Espagne-Portugal au Mondial 2030 otage de la mémoire courte européenne ?    Fustal : La liste des joueurs convoqués pour les matchs amicaux Maroc-Brésil    Benmoussa: Les statuts fondamentaux régissant les enseignants-cadres des académies régionales seront annulés    Covid-19/Maroc : 135 cas actifs à l'échelle nationale (0.01%)    Manque du lait sur le marché national: nouvelle annonce du gouvernement    Marrakech : Ouverture de la 4ème édition de la Conférence Internationale sur la Mobilité Durable et la conférence annuelle de l'IRF    Casablanca : Halte aux charrettes à traction animale !    Sahara : la réponse cinglante de Samir Addahre au représentant de l'Algérie à l'UNESCO    Standard&Poor's plus optimiste que la Banque Centrale    Mohamed Mehdi Bensaid à l'AG de la FAAPA: «Une nouvelle Afrique se dessine»    La chaine CNews mise à nu après l'annulation d'une émission consacrée au leader du MAK, Ferhat Mehenni    [Vidéo] Alger: tentative de suicide d'un policier    Le Conseil de gouvernement approuve un projet de décret déterminant l'organisation du ministère de la justice    À Alger, un policier harcelé par sa hiérarchie tente de se suicider    La Charte de l'investissement adoptée en commission à la Chambre des représentants    Sahara : l'Algérie invitée à assumer ses positions    Botola: découvrez le programme de la 5ème journée    Championnat arabe de cyclisme sur piste (1ère journée) : Le Maroc remporte trois médailles, dont deux en or    Le chanteur « Sy Mehdi » répond à ses détracteurs (VIDEO)    Ligue des champions: PSG, Manchester, Real...tous les résultats de la 3e journée (VIDEO)    Mondial de football pour amputés: le Maroc écrase l'Argentine et file en quarts (VIDEO)    Le capitaine Ibrahim Traoré officiellement nouveau président du Burkina Faso    Symposium de l'eau à Casablanca: Focus sur l'efficacité et la sécurité hydriques au Maroc (VIDEO)    Annie Ernaux remporte le prix Nobel de littérature 2022    Quand la numismatique nous raconte l'Histoire !    Décès de 66 d'enfants en Gambie: l'OMS ouvre une enquête concernant 4 sirops contre la toux    Fès : Enquête judiciaire contre un policier accusé d'attentat à la pudeur sur une mineure    Mondial féminin U17 : Le Maroc s'incline face à son homologue chilienne en match amical    L'OPEP+ réduit considérablement la production de pétrole    Sécurité : Une délégation de l'OTAN s'est rendue au Maroc    Mondial Amputées : Maroc – Turquie en 1/4. Pour suivre le match    Exposition « Regard à travers l'art» : Une invitation à l'observation et à la révélation    Une 3ème édition à l'espace Toro et pour tous les goûts    250 cavaliers au 16ème Festival de tbourida à Inezgane    Cacao. La Côte d'Ivoire maintient son leadership    Ghana. Une nouvelle stratégie pour le tourisme    Rabat, Casablanca, Marrakech, Tanger...des températures assez douces ce jeudi    Forum mondial de l'Alliance des civilisations à Fès. Moratinos exprime ses remerciements au Roi Mohammed VI    Khaled Nezzar. Le grand comploteur contre le Maroc serait agonisant    Santé : 1,7 MMDH pour la mise à niveau et l'équipement de CHU    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce jeudi 6 octobre 2022    Mathafi : lancement du programme d'initiation à l'art    Le Maroc et la France appelés à préserver leur relation et à la projeter face aux nouveaux défis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Marché du travail : Gare aux dysfonctionnements qui persistent !
Publié dans Finances news le 26 - 06 - 2015

L'activité économique tourne à plein régime. Pour s'en convaincre, il suffit simplement de se pencher sur les prévisions économiques qui tablent sur une croissance oscillant entre 4,8 et 5% du PIB. Et pourtant, cette bonne dynamique n'arrive toujours pas à enrayer le fléau du chômage, qui a enregistré un taux de 9,9% au premier trimestre 2015.
Un gouvernement est toujours très confronté à l'épreuve de son bilan écono­mique, qui d'une certaine manière, accroît ou écorne sa popularité. L'actuel gou­vernement n'échappera pas à cette règle. C'est d'ail­leurs ce qui a induit le Chef de gouvernement à mener des réformes courageuses mais souvent impopulaires. Toujours sous cet angle économique, la réalité des chiffres montre que presque tous les indicateurs écono­miques de l'année 2015, ont substantiellement viré au vert. En effet, pour cette année, la croissance devrait se situer à 4,8% (contre 2,4% en 2014), sous l'effet d'une bonne production céréalière (110 millions de quintaux). Même son de cloche pour le déficit commercial qui recule, enregistrant une diminution de 25,3% à fin mai 2015. Pour sa part, le déficit bud­gétaire, qui était de 15 Mds de DH à fin avril 2015, s'est atténué de près de la moitié par rapport à la même période de l'année dernière. L'autre bonne nouvelle est que l'infla­tion a été confinée autour de 1,7% lors des quatre premiers mois de l'année. Au-delà de ces indicateurs reluisants, il est toutefois utile de rappeler que toute politique économique a pour objectif majeur d'endiguer le chômage, surtout celui des jeunes qui demeurent encore les parents pauvres du mar­ché du travail. Or, il se trouve qu'en dépit des mesures déployées, ça et là, et malgré les bonnes performances de l'économie nationale, force est d'admettre que les résul­tats escomptés sur le front de la lutte contre le chômage ne sont pas toujours au rendez-vous. Chiffres à l'appui, le taux de chômage frôle la barre des 10% (9,9% au premier tri­mestre 2015). A noter qu'au cours du premier trimestre de cette année, le marché du travail, qui a connu une légère baisse du taux de chômage (-0,3 point), a enregistré une création limitée de postes de travail (27.000 contre 89.000 à la même période de l'année dernière). Ce qui montre clai­rement que le tonus de l'acti­vité économique a eu peu d'incidence sur la création d'emplois. Cela dit, en décor­tiquant les dernières données rendues publiques par le HCP, il est assez aisé de s'aperce­voir que le caractère structu­rel des dysfonctionnements du marché du travail persiste.
Les jeunes conti­nuent de trinquer
Comme cela a été précisé plus haut, le taux de chô­mage a reculé de 0,3 point pour se situer à 9,9% au premier trimestre 2015. En effet, celui-ci a été de 14,3% en milieu urbain, et 4,7% en zones rurales. Les atténua­tions les plus notables ont concerné la tranche d'âge des 35-44 ans et les non-diplômés. En revanche, le taux de chômage chez les jeunes citadins (15-24 ans) s'est de nouveau aggravé de 2,4 points à 21,3%. A noter que ce taux est le plus élevé à l'échelle nationale, suivi de celui des titulaires d'un diplôme (17,3%). Il est indé­niable que ces chiffres sont de nature à relancer le débat sur les perspectives d'avenir des jeunes et la problématique de l'inadéquation entre les formations et les besoins du marché du travail. Autre don­née édifiante, le taux d'acti­vité a poursuivi son repli pour se situer à 47% au premier trimestre 2015. Par ailleurs, il est utile de préciser que les 27.000 postes d'emploi créés au premier trimestre 2015 sont la résultante d'une création de 45.000 postes en milieu urbain et d'une perte de 18.000 en zones rurales. Autre information importante qui reflète la structure écono­mique du pays, le secteur pri­maire a été le premier pour­voyeur d'emplois avec une création de 14.000 postes, suivi par l'industrie (y com­pris l'artisanat), avec 9.000 postes et les services, avec 4.000 postes, sachant que la moyenne de postes créés était de 88.500 au cours des trois dernières années.
Cette comparaison atteste, une fois de plus, de la faible propension des secteurs susmentionnés à générer des emplois en dépit d'une conjoncture économique jugée favorable par toutes les institutions du pays en charge des prévisions éco­nomiques et financières. De plus, la question de la qualité des postes de travail reste posée car l'agriculture pour­voit des emplois instables et très souvent non rémunérés. Les postes dans la branche industrielle sont réputés être plus pérennes et de meilleure qualité que ceux de l'agricul­ture. Toutefois, selon le HCP, en termes de composition des emplois créés dans l'industrie du textile, une part de 70% des actifs occupés ne dispose pas d'une couverture médi­cale et est constituée princi­palement d'actifs saisonniers, occasionnels ou non-rému­nérés. Concernant les sala­riés de cette branche, qui représente près de 42% de l'emploi industriel, plus de 3 employés sur 5 ne disposent pas d'un contrat de travail. En définitive, les caractéristiques et les dysfonctionnements du marché du travail demeurent toujours les mêmes en dépit des multiples programmes mis en place (Idmaj, Taehil, Moukawalati). A l'évidence, cela remet en selle le débat sur la restructuration de l'éco­nomie nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.