Le pass vaccinal, une condition d'accès aux aéroports marocains    PLF 2022 : Hausse des subventions du gaz butane et des produits alimentaires    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Sahara : José Manuel Albares rectifie les duperies du Polisario    Equipement : Baraka annonce un grand chantier d'infrastructures    Déclarations de l'Algérien Mohamed Antar Daoud : la France enjoint au «respect» de sa souveraineté    Un homme retrouvé décapité et éviscéré dans le sud-est de la France, le suspect en fuite    Kénitra : trois interpellations dans une affaire d'escroquerie    Le prix Sakharov 2021 décerné à la bête noire de Vladimir Poutine, Alexeï Navalny    Affaire Brahim Ghali: Les ingérences du gouvernement Sanchez dénoncées par le procureur général de Saragosse    Gazoduc Maghreb-Europe: Rabat étudie (déjà) les alternatives    En Espagne, le 40e congrès du PSOE prend fait et cause pour le Maroc, le Polisario choqué    Livres : Le chercheur Taib Ajzoul publie deux nouveaux travaux    Evolution du coronavirus au Maroc. 188 nouveaux cas, 942.967 au total, mercredi 20 octobre 2021 à 16 heures    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Selon la dernière note du HCP, la confiance des ménages s'améliore    Crise Maroc-Algérie : le nouvel ambassadeur d'Israël apporte son soutien à Rabat    Dell Technologies contribue à l'évolution du support informatique et de la sécurité    Ligue des Champions : Youssef En-Nesyri absent ce soir    Newcastle : Les Saoudiens arrivés, l'entraîneur limogé    Wecasablanca Festival dévoile sa programmation    Sahara marocain : Le Mexique réaffirme son soutien à une solution juste et mutuellement acceptable    PLF 2022 : Net rebond des recrutements au sein de l'administration de la Défense nationale    Comment le Maroc se prépare pour exploiter son "or vert"    Décès d'Ahmed Snoussi, ancien diplomate, 92 ans    Pass vaccinal: un choix stratégique pour les Marocains    Abdulrazak Gurnah, prix nobel de littérature 2021    Impôt sur les sociétés: le PLF propose une nouvelle mesure    Liaisons aériennes : Suspension des vols avec trois pays européens    Covid-19: une nouvelle forme de variant inquiète le gouvernement britannique    Chine. Quatre propositions pour assurer la protection de la biodiversité    Urgent. Le Maroc suspend ses vols vers l'Allemagne, les Pays-bas et le Royaume-Uni à compter de ce mercredi 20 Octobre    Latifa Akharbach: "La pandémie a rappelé la grande utilité sociale des médias"    LaLiga et le monde du football se préparent pour le premier ElClasico de la saison    Le FMI s'attend à un renforcement de la reprise post-Covid au Maroc    Le nouvel ambassadeur d'Israël au Maroc accorde un entretien à la chaîne i24news [Vidéo]    Marrakech : La Mamounia s'apprête à abriter une grande vente aux enchères organisée par Artcurial Maroc    ''Femmes écrites'', un nouveau recueil de Houda El Fchtali en kiosques au Maroc et dans plusieurs pays francophones    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Grâce Royale au profit de 510 personnes à l'occasion de l'Aïd Al Mawlid Annabawi    Les 100 ans de Georges Brassens.. Un souffle de poésie et de musicalité joyeuse parcourt la ville de Sète    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Politique de vaccination : Le pragmatisme marocain
Publié dans Finances news le 16 - 09 - 2021

La vaccination contre la Covid-19 a traversé de par le monde des turbulences, sur les plans idéologique et logistique, qui persistent dans certains pays. Les manifestations hebdomadaires anti-vaccination en France en sont la meilleure illustration. Qu'en est-il du Maroc ? En d'autres termes, quel regard portent les observateurs sur la stratégie de vaccination chez nous ?

La pandémie de la covid-19 a été un vrai stress test pour le système sanitaire au Maroc. Les vagues de contamination ont été de plus en plus rudes, mais les leçons ont été encore plus précieuses en matière de mesures préventives.
Preuve en est, l'élargissement de la capacité d'accueil au sein des établissements hospitaliers, la mise en place des chapiteaux de campagne équipés en lits de soins intensifs et de réanimation totalisant 1.400 unités pour absorber les flux de cas graves sans pour autant encombrer le système hospitalier des villes et des provinces.
Côté approvisionnement en oxygène médical, le Royaume s'est doté de 36 nouveaux générateurs d'oxygène répartis dans les différentes régions pour répondre aux besoins des unités de traitement contre la Covid-19.
Il faut se rendre à l'évidence : le Maroc a bien géré la vaste campagne de vaccination pour lutter avec efficacité contre la pandémie, qui a déjà touché presque 1 million de cas, avec pas moins de 13.729 décès. D'aucuns n'ignorent le pic des contaminations et des décès entre juillet et août 2021 avec comme corollaires une détresse généralisée auprès des Marocains. On ne peut non plus occulter ce sentiment de sécurité grâce à une vaccination qui se déroule aux pas de charge.
En effet, depuis le début de la campagne de vaccination, les autorités sanitaires marocaines ont privilégié la rigueur et la détermination, avançant par paliers certains, malgré quelques retards dans les livraisons dus essentiellement aux grandes perturbations qu'a connues le trafic aérien partout dans le monde. Ceci dit, globalement, le travail réalisé suit une courbe ascendante puisque depuis le 28 janvier 2021 (date du début de la vaccination) nous en sommes aujourd'hui à un nombre total de 37 millions de doses administrées avec 0% de taux de déperdition contrairement à certains pays comme les Etats-Unis ou encore la France qui ont vu des millions de doses hors utilisation. Avec 20.561.862 personnes ayant reçu la première dose, et 18 millions complètement vaccinées, le taux avoisine les 50% de la population cible.
Dans quelques semaines et au rythme de la vaccination actuelle, le taux des personnes ayant bénéficié des deux doses atteindra 77%, un cap réconfortant pour atteindre l'immunité collective. Quant au nombre d'analyses effectuées, il culmine à 8.510.851. Parallèlement à toutes ces actions bienveillantes et coordonnées, dans toutes les régions du Maroc, avec des centres de vaccination qui tournent à une cadence régulière optimisant le temps et privilégiant la proximité pour faciliter la tâche aux populations, qui, elles, de leur côté, ont fait preuve d'une grande implication et de compréhension des enjeux en place et de l'urgence de se faire vacciner pour éviter le pire. Une coopération tous azimuts, sans réticences ni hésitations, encore moins de protestations, étant donné que l'objectif commun est d'endiguer la pandémie en vaccinant le plus grand nombre de citoyens.
C'est dans ce sens, que début septembre 2021, le Maroc a lancé une campagne de vaccination ciblant plus de 3 millions d'élèves, âgés entre 12 et 17 ans, pour prévenir des infections au coronavirus et la contamination de leur entourage, surtout en période de rentrée scolaire retardée au 1er octobre 2021, afin d'éviter tout risque. La priorité absolue étant de tout faire pour que les enfants soient épargnés par les contaminations.
Il faut préciser à ce niveau qu'en date du 15 septembre, plus d'un million d'élèves ont reçu la première dose du vaccin anti Covid-19 dans pas moins de 700 centres.
Rien qu'entre le 31 août et le 13 septembre 2021, 798.561 élèves ont reçu la première dose du vaccin anti-Covid, soit 455.357 vaccinés avec une dose Pfizer (57%) et 343.204 avec une dose Sinopharm (43%). Ce qui veut dire que ces élèves représentent actuellement 50% de la population cible âgée de 12-17 ans.
Si l'on se réfère à la vaccination des enfants âgés de 3 à 11 ans, qui fait aujourd'hui débat au Maroc, il faut savoir que le Comité scientifique n'a pas encore tranché pour prendre une décision concernant la vaccination de cette tranche d'âge.
Aujourd'hui, le plan vaccinal suit sa trajectoire selon un planning défini avec une priorité, qui est la vaccination des 12-17 ans et celle des adultes. Parce qu'il ne faut pas oublier qu'il y a encore des personnes âgées qui ont des pathologies diverses, parfois très lourdes, et qui n'ont pas été vaccinées. Ces personnes constituent une urgence prise en compte par le ministère de la Santé, qui table sur un taux très satisfaisant d'ici le début du mois d'octobre, avançant sûrement sur deux tableaux, celui des personnes âgées et celui des enfants.
Dans la foulée, la campagne de vaccination va également toucher les SDF, les enfants non-scolarisés et toutes les personnes qui ne disposent pas de documents d'identification. Celles-ci sont certes difficiles à recenser pour les intégrer dans les listes des bénéficiaires de la vaccination, mais les autorités sont en passe de finaliser un travail de fond sur le terrain et avec les associations pour toucher ces personnes à risques, non identifiables, non scolarisées et/ou sans domicile fixe.
Sur un autre registre, en ce qui concerne les réserves et la suite de la campagne de vaccination, concrètement, nous sommes aujourd'hui à plus de 47,3 millions de doses reçues dont 37, 2 millions ont déjà été injectées. Le Maroc dispose ainsi, valeur aujourd'hui, d'un stock de plus de 10 millions de doses. Ce qui permet aux autorités sanitaires de continuer le travail entrepris avec la même cadence pour atteindre 30 millions de vaccinés d'ici décembre 2021 avec l'espoir de retrouver petit à petit la vie d'avant-Covid.
Ajoutons à cela que le vaccin Pfizer, après avoir été introduit avec le Sinopharm, pour les 12-17 ans, sera utilisé dans les centres de vaccination pour être administré aux adultes âgés de 18 ans. Evidemment, les personnes qui ont reçu une première dose de Sinopharm auront la deuxième du même type. Idem pour Pfizer.
Une chose est cependant sûre, l'approvisionnement et le maintien des vaccins se font dans des conditions et selon des normes conformes à la préservation de cette denrée rare (dans les pays africains surtout) et de la lutte contre son gaspillage.
Le Royaume, disons-le sans chauvinisme, a pu relever un défi de taille sur le plan sanitaire grâce à une stratégie proactive et préventive d'un côté, et la mobilisation de son arsenal humain et technologique d'un autre, dans le but d'assurer la conservation des doses de vaccins dans des conditions requises.
Cette stratégie de vaccination maîtrisée en amont et en aval a valu au Maroc (seul pays au monde) une décision de l'Union européenne, reconnaissant le pass vaccinal émis au Maroc. Ce qui veut dire que cela autorise une partie des bénéficiaires de la campagne de vaccination marocaine à circuler sans restriction en Europe. Une décision qui ne concerne toutefois que les citoyens européens vaccinés au Maroc, ainsi que les ressortissants de différents pays vaccinés au Maroc et résidant légalement en Europe.


Abdelhak Najib - Ecrivain journaliste


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.