Casablanca: le courant électrique totalement rétabli (Lydec)    MRE: ouverture des frontières aériennes et maritimes à partir du 14 juillet    Projet de loi de finances rectificative : quoi de neuf sur le volet fiscal ?    164 nouveaux cas de Covid-19 au Maroc: près des 2/3 dans la région de Casa    Ouverture des frontières à partir du 14 juillet pour les citoyens marocains et les résidents étrangers au Royaume    Les ménages incertains et très inquiets    Elections 2021: Réunion entre l'Intérieur et les partis    Coronavirus : 3212 cas actifs mercredi 8 juillet à 18 heures    Serie A: Ibracadabra renverse la Vieille Dame    Assilah respire un air artistique estival!    L'identité, selon Descombes    Liga : Valence souffle, l'Atlético freiné par le Celta    Infos Covid-19/Maroc: le ministère a fait une annonce    Premier League: Arsenal et Leicester se quittent sur un nul    Détournement d'aides dans les camps de Tindouf: la responsabilité de l'Algérie est entière    Le dissident algérien Karim Tabbou appelle à s'engager dans un «vrai» processus politique    Le Parlement marocain exige des excuses d'Amnesty    Alerte Météo : la canicule se poursuit au Maroc    Le Maroc, l'un des pays les mieux placés pour affronter une crise sanitaire selon la BAD    US Round Up du mercredi 8 juillet – PPP, Banques, Eglises, Texas, Harry et William    Hamza El Fadly « L'argent, la cause de tous les problèmes »    Fermeture des frontières : Plus de 45.000 MRE ont regagné leur pays de résidence    Covid-19 : La CAF et ses partenaires se réunissent pour la sécurité sanitaire en Afrique    Théâtre d'enfant : Un art à exercer professionnellement selon El Houcine Essekkaki    Casablanca: incendie spectaculaire dans une décharge (VIDEO)    Bac 2020: l'épreuve de maths provoque une hystérie collective (VIDEOS)    Loubna Abidar critiquée par un avocat égyptien (VIDEO)    Retour sur le passé : Brides de ma vie relatée à M'Barek Bouderka    Vivo Energy Maroc élargit son soutien à tout son écosystème    Vacances. Voici les plages où il ne faut pas se baigner    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Je ne regrette aucun engagement    «Casablanca confinée», se livre à Pedro Orihuela    Milouda Chahid: «Je me suis réinventée par la peinture»    Ventes de voitures neuves : Baisse de 43,3% à fin juin 2020    Enseignement: L'e-learning en voie d'institutionnalisation au Maroc dès la rentrée prochaine    Joe Biden promet que les États-Unis réintégreront l'OMS s'il est élu    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste à Nador    Le retrait américain de l'OMS prendra effet dans une année    Amekraz contre attaque. La CNSS inspecte Driss Lachgar    4 terroristes présumés arrêtés à Nador    Parcours exceptionnel d'un homme si exceptionnel    Les USA se retirent officiellement de l'OMS    Si Abderrahmane et Marie-Hélène El Youssoufi ont fêté avec le TAS un sacre attendu depuis 80 ans    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : La culture, une source d'intérêt majeure pour El Youssoufi    Tensions sino-américaines en mer de Chine    Le président brésilien annonce sa contamination au Covid-19    Le Marocain Aziz Krir remporte le titre    Côte d'Ivoire : Drogba brigue le poste de président de la FIF    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crédit bancaire : Les prêts à l'équipement s'envolent
Publié dans Finances news le 06 - 02 - 2017

Le crédit à l'équipement finit l'année 2016 sur une hausse à deux chiffres après une année 2015 historiquement atone. Le crédit bancaire dans son ensemble a globalement relevé la tête en 2016 (+4,2%).
Littéralement à l'arrêt en 2015, avec une croissance négative de 0,3% par rapport à 2014, le crédit à l'équipement affiche une bien meilleure mine à fin 2016. Sur l'année achevée, son encours dépasse 158 milliards de DH, en forte progression de 11,7% par rapport à l'année précédente. Une telle hausse à deux chiffres ne s'était plus observée depuis 2010. A l'époque, les prêts à l'équipement avaient progressé de 17%.
La hausse des crédits à l'équipement est en soi une excellente nouvelle pour l'économie nationale. Le dynamisme de cette catégorie de crédit destinée à financer les biens et matériels nécessaires à l'exploitation d'une société, est le signe que les entreprises se remettent globalement à investir. C'est le signe aussi que les banques ont quelque peu rouvert les vannes du crédit aux entreprises, dans le sillage de la baisse généralisée des taux d'intérêt.
Le mois de décembre aura été particulièrement performant pour les crédits à l'équipement. Sur les 30 derniers jours de 2016, ce sont près de 9 milliards de DH que les banques ont distribués aux entreprises pour s'équiper en biens et matériels, soit près de la moitié des 16,5 milliards de DH distribués sur l'année.
L'accélération de la hausse des crédits à l'équipement a tiré vers le haut le crédit bancaire dans son ensemble. Il finit l'année sur une progression de 4,2% par rapport à 2015, année lors de laquelle le crédit bancaire avait affiché une très modeste progression de 0,5%. La performance à fin 2016 est même légèrement supérieure aux estimations de Bank Al-Maghrib qui tablaient sur une croissance du crédit comprise entre 3 à 3,5%.
Une analyse plus affinée des dernières statistiques publiées par la Banque centrale montre que ce sont les entreprises publiques qui ont le plus profité de cette relance du crédit. En effet, les prêts aux sociétés non financières publiques (type OCP, RAM, etc.) ont augmenté de 15,2% sur un an. Les prêts aux sociétés non financières privés se contentent, de leur côté, d'une hausse de 4,9%.
Les ménages sont aussi les grands bénéficiaires de la reprise du crédit : les crédits à l'habitat ont progressé sur l'année de 5,1%, tandis que ceux à la consommation ont augmenté de 5,5%. Seule ombre au tableau, les créances en souffrance ne faiblissent pas. Leur rythme de progression ( 7,1% en 2016), bien qu'en ralentissement, reste toujours supérieur à celui des crédits. Avec un stock de créances douteuses de 61,3 milliards de DH, les créances en souffrance représentent aujourd'hui près de 7,5% du total des crédits.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.