Polisario : Bachir Mustapha Sayed tacle Brahim Ghali sur la «guerre contre le Maroc»    فيروس كورونا : المغرب يسجل 80 إصابة وحالة وفاة في 24 ساعة الأخيرة    CAN U23 (Maroc 2023): Le tirage au sort des éliminatoires le 18 août au Caire    Transfert : Mountassir Lahtimi désormais joueur de la Ligue turque    Le Polisario : «Il est trop tôt pour parler de trêve» avec le Maroc    Oued Eddahab, le « Tanger du Sud Marocain »    Accords d'Abraham : Le sommet anniversaire annulé    Kénitra : Le soulèvement de 1954, une épopée héroïque    Change: Le dirham s'apprécie face au dollar    Prix des carburants : Une baisse timide d'un dh est attendue ce dimanche soir    Maroc-Algérie : Ce que coûte la rupture aux économies des deux pays ?    Banques : Les dépôts des MRE dépassent 190 milliards de dirhams    Tanger / Ancien marché de gros : 63 MDH pour la reconversion en espace d'exposition et d'arts    La Côte d'Ivoire se mobilise sur la voie de la mobilité électrique    Le rideau est tombé sur la 2ème édition du programme American Leadership Academy    Egypte: L'incendie d'une église au Caire fait 41 morts    Céréales ukrainiennes: Un premier navire de l'ONU prêt à partir    Une délégation du Congrès américain arrive à Taïwan dans la foulée de la visite de Pelosi    Accords d'Abraham : Israël annule un sommet avec les pays arabes    Migration : Hausse des passages irréguliers vers l'Europe    Palestine : Hamas appelle les ONG humanitaires à mettre fin aux crimes israéliens    Arabie saoudite-USA : Manœuvres militaires conjointes    Eruption volcanique: Des vols retardés et annulés en Equateur    14 août 1979 : Quand le retour au Maroc d'Oued Eddahab acheva la décolonisation définitive de notre Sahara    Le programme de la (CRDH) Béni Mellal-Khénifra s'annonce très chargé    Liga : Rentrée ratée du Barca face à Rayo    Ligue 1 : Hakimi et ses coéquipiers vainqueurs face à Montpellier    Plus de 20 000 traversées illégales de la Manche vers l'Angleterre en 2022    Championship: Ilias chair remet QPR dans la course    Nabil Touaizi fait ses débuts avec l'Espanyol en Liga    Abdessamad Ezzalzouli (Ez Abde) aurait opté pour le FC Valence    Covid-19/Maroc : 1.059 cas actifs à l'échelle nationale dont 39 admis en REA    Dakhla: journées de sensibilisation sur la protection du littoral    Météo: les prévisions du dimanche 14 août    Voyage : Quand le corps souffre en vacances    Réflexologie : Zen grâce à vos pieds    Canicule : Les gestes à bannir en période de fortes chaleurs    Chine: La résurgence des cas de Covid-19 à Hainan inquiète le gouvernement    Vidéo de policier agressé: Choqués, les internautes appellent à doter les agents de "moyens de défense"    « Into The Wild » : électro et techno in the house    Art contemporain : Mustaqbal, les artistes de demain    Danse : Meknès déroule son freestyle    Sebta : Deux organisations espagnoles demandent une enquête sur l'expulsion d'enfants marocains    « Casa del Mar » repère architectural à valeur historique    Salman Rushdie sous ventilateur après avoir poignardé, pourrait perdre un œil    L'édition 2022 du Moussem Moulay Abdellah Amghar touche à sa fin    Fin de l'idylle entre Dounia Batma et son mari ? (VIDEO)    Création numérisée : 11,5 millions de dirhams pour cinq cinémas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Yassir Znagui : L’inconnu du bataillon
Publié dans Finances news le 21 - 01 - 2010

De l’attelage gouvernemental, il demeure pour l’instant la grande équation. Nommé le 4 janvier 2010 ministre du Tourisme et de l’Artisanat par le Souverain, Yassir Znagui, drapé du manteau RNI, est le seul de l’équipe Abbas El Fassi sur qui les opinions ne sont pas tranchées.
Parce que, justement, le monde des affaires, le microcosme politique et, plus globalement, l’opinion publique ne l’ont découvert qu’à sa nomination.
L’on dit de lui seulement que c’est un brillant financier qui a fait ses armes à Londres. Sur ce point-là, incontestablement, il jouit d’un préjugé favorable.
Nous sommes d’ailleurs tentés de faire un parallèle avec l’un de ses prédécesseurs à la tête du ministère du Tourisme, Adil Douiri en l’occurrence. Mais comparaison n’est pas raison. Car, même si Douiri est, également, très brillant financier il jouit en plus, et contrairement à Znagui, d’une solide expertise du fonctionnement des affaires locales, mais également du secteur du tourisme en ce qu’il était, bien avant d’être ministre, membre actif du groupe de travail de la CGEM chargé de l’élaboration d’une politique de développement touristique nationale ambitieuse.
Alors, un bon financier fera-t-il nécessairement un bon ministre ? Pas si sûr. Surtout que Znagui hérite d’un secteur où les enjeux sont énormes et les problèmes conséquents. Un secteur érigé en priorité nationale et devant servir de locomotive au développement socio-économique du Royaume.
Autant dire, dès lors, qu’il n’aura ni délai de grâce ni répit. Pour dire qu’il n’aura pas le temps de faire du tourisme, particulièrement au moment où le Plan Azur, avec ses stations balnéaires, piétine. Il le sait d’ailleurs, puisque, une dizaine de jours après sa nomination, il était déjà parti au front, s’exprimant lors du 2ème Congrès national des métiers du tourisme (voir pages 29/31).
Pour cette sortie très médiatique, le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas emballé l’auditoire. Le discours était… très officiel. Juste pour signifier que ses propos étaient horizontaux, de surface… Suffisant pour que certains professionnels braillards, avec beaucoup d’ironie, soutinrent qu’il a, au moins, vite appris l’un des préceptes fondamentaux de l’arithmétique politicienne : la langue de bois. Et, à ce titre, ils l’attendent au tournant. Même s’il a pris le train en marche.
Néanmoins, à sa décharge, il faut convenir qu’on doit lui laisser le temps de prendre ses marques. Le temps de pouvoir mettre son expertise financière et l’expérience acquise à travers sa société d’investissement touristique au service du développement du secteur.
Viendra alors l’heure de l’évaluation. Et s’il ne se s’«administrarise» pas, Znagui pourra encore conserver, pour une autre législature, sa couronne de «beau gosse du gouvernement». Titre qui n’a pas été décerné depuis le départ de Nabil Benabdellah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.