Mondial 2022. Les Lions de l'Atlas face aux Matadors espagnols en 1/8è    Météo: les prévisions du vendredi 2 décembre    Maroc-Espagne : Convention sur l'appui à la consolidation des CTI    Mondial 2022 : L'esprit combatif et collectif a fait la victoire du Maroc, selon Walid Regragui    L'ouverture d'un consulat à Dakhla renforce les relations entre Guatemala et Rabat    Mort d'un homme en garde à vue : les précisions qui font taire définitivement les rumeurs    Canada – Maroc : Les 11 Lions de l'Atlas face aux Canucks    Mondial 2022 : Le Japon bat l'Espagne et termine premier de son groupe    Soirée de folie dans les villes du Maroc après la qualif' des Lions (VIDEOS)    Conférence d'après match contre le Canada: Walid Regragui rend hommage à Hakimi    Mondial 2022: la RAM annonce une bonne nouvelle aux supporters marocains    Mondial 2022 : l'Allemagne à terre, quitte la compétition    Décès de Yassine Chibli : le Procureur général du Roi dévoile les résultats de l'enquête    Le roi ordonne l'augmentation progressive de l'allocation mensuelle des imams    Le prince héritier de Dubaï félicite chaleureusement les Lions de l'Atlas après leur qualification en 8ème    Mondial-2022 (3è journée/Groupe F): Le Maroc bat le Canada 2 à 1 et va aux 8-èmes de finale    Le gouvernement déterminé à réussir le chantier de réforme du système national de santé    Palestine : Les USA s'engagent à rouvrir le consulat palestinien    Liberté de la presse : Mediapart obtient gain de cause auprès de la justice française    15 morts et 27 blessés dans une attaque contre une école afghane    Démarrage de l'AMO pour les personnes dans l'incapacité de s'acquitter des cotisations    Covid-19/Maroc : 1.290 cas actifs à l'échelle nationale dont 7 cas admis en REA    Casablanca / Opéra Royal du Maroc : La métropole vibre au rythme du 1er Gala    Une nouvelle exposition de l'artiste Mahi Binebine    Le raï algérien désormais inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO    Le Maroc entend injecter 14 milliards de dollars dans « le Fonds Mohammed VI pour l'investissement » (ministre)    La République du Guatemala ouvre un consulat général à Dakhla    Révision annuelle des listes électorales générales: le délai d'inscription expire le 31 décembre    L'UGTM appelle le gouvernement à préserver la dignité des travailleurs    Chambre des conseillers : présentation en commission du budget sectoriel du Secrétariat général du gouvernement    Algérie: Un ancien ministre des travaux publics condamné à 12 ans de prison pour corruption    Espagne : Expulsé d'Allemagne, un Marocain arrêté pour endoctrinement djihadiste    ADM: plus de 306.000 nouveaux Pass Jawaz vendus en 2021    Rabat : L'Espace Rivages accueille une exposition du Maroco-italien Abdelkader Meskar    Sidaction : coup d'envoi de la campagne 2022    Alerte météo : Fortes averses parfois orageuses et chutes de neige ces jeudi et vendredi    Mariages des mineures: Ouahbi promet d'interdire les autorisations judiciaires    Rabat: collaboration entre les Archives du Maroc et les Archives nationales de Turquie    Pour la facilitation et la promotion des échanges commerciaux entre les deux pays : Le Maroc et la Chine signent à Rabat un mémorandum d'entente    Afrique du Sud : le scandale du cambriolage agite le sommet de l'Etat, l'argent sale mis en cause    Inflation : impact négatif sur les salaires réels (OIT)    Patrimoine culturel immatériel : Le Royaume immunise ses trésors humains    L'Association «Maroc Impact» lance son projet «Genious Medina»    Nouveau single: «Ha Mama» de Sabrina Belfkih récolte 2 millions de vues en peu de temps    L'Institut du Monde Arabe rend hommage à la grande cinéaste Izza Génini    Secteur non financier: le crédit bancaire progresse de 6,3% en octobre 2022 (BAM)    Banques participatives: les financements augmentent de 23,8% à fin octobre (BAM)    A vos parapluies ; il va pleuvoir ce jeudi 1er décembre 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Essentiel de la crise au Mali depuis 2012
Publié dans 2M le 20 - 01 - 2020

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a lancé le 14 décembre 2019 le dialogue national inclusif (DNI) pour tenter de trouver des solutions à la crise non seulement sécuritaire, mais multiforme, à laquelle le pays est en proie depuis 2012.
Voici l'Essentiel et les dates clés de la crise au Mali où vient de se clôturer ce dialogue national :
- 17 janvier 2012 : Coup d'envoi de la lutte armée des rebelles touaregs du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA), avec l'attaque contre les positions des forces armées maliennes et la prise d'Aguelhok, dans le nord du pays.
- 22 mars 2012 : Renversement par des militaires maliens du régime du président Amadou Toumani Touré, accusé d'incompétence dans la lutte contre la rébellion touarègue et les groupes armées dans le nord. La Constitution est suspendue.
- 2 avril 2012 : Proclamation de sanctions et d'embargo total contre le Mali par la CEDEAO (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest). L'Union africaine à son tour sanctionne le régime militaire malien issu du coup d'Etat (3 avril).
- 6 avril 2012 : Déclaration de l'indépendance de l'Azawad, territoire dans le nord du pays, par les rebelles touaregs. Les villes importantes de Kidal, Gao et Tombouctou passent aux mains des rebelles.
- 12 avril 2012 : Investiture du président Dioncounda Traoré comme président de transition dans le cadre de l'accord signé par la junte avec la CEDEAO, prévoyant le transfert du pouvoir aux civils.
- 21 mai 2012 : Agression de Dioncounda Traoré dans son bureau du palais présidentiel de Kolouba par des manifestants proches des militaires hostiles à son maintien au pouvoir. Il est hospitalisé et part se faire soigner à Paris.
- 27 mai 2012 : Fusion du mouvement Azawad MNLA avec des groupes armés et proclamation d'un Etat islamique indépendant au nord du Mali.
- 28 juin 2012 : Départ de Tombouctou des rebelles touaregs du MNLA. Les groupes armés prennent le contrôle total de Gao après en avoir chassé les indépendantistes touaregs.
- 30 juin 2012 : Début de la destruction de mausolées et de lieux saints de l'islam à Tombouctou par les groupes armés. Ces destructions surviennent deux jours après l'inscription de Tombouctou sur la liste du patrimoine mondial en péril.
- 11 juillet 2012 : Contrôle par les groupes armés de la totalité du nord du pays.
- 20 août 2012 : Annonce par le Premier ministre Cheick Modibo Diarra de la composition d'un gouvernement d'union nationale, sous l'égide du président Dioncounda Traoré de retour à Bamako après sa convalescence parisienne. Le gouvernement comprend plusieurs personnalités proches des putschistes, ainsi qu'un ministre touareg.
- 4 septembre 2012 : Réclamation par le président Traoré d'une intervention des forces militaires d'Afrique de l'Ouest pour reconquérir le Nord.
- 11 décembre 2012 : Démission du Premier ministre, Cheick Modibo Diarra, suite à son arrestation par des soldats de l'ex-junte militaire.
- 20 décembre 2012 : Feu vert du Conseil de sécurité de l'ONU dans le cadre de la résolution 2085, autorisant le déploiement par étapes de la Misma (Mission internationale de soutien au Mali), réclamée par le Mali et approuvée par la CEDEAO.
- 10 janvier 2013 : Début de l'offensive des groupes armés vers le sud du pays. Le président Traoré sollicite l'aide militaire de la France. L'ONU demande un "déploiement rapide" de la force internationale devant la "grave détérioration de la situation".
- 11 janvier 2013 : Lancement de l'intervention militaire française dans le cadre d'une opération baptisée "Serval". Avec le soutien de la France, l'armée malienne lance une contre-offensive de grande envergure et réussit à reprendre le contrôle de Konna (le 18 janvier), Diabali et Douentza (le 21 janvier), Gao (le 26 janvier), Tombouctou (le 30 janvier).
- 18 janvier 2013 : Début du déploiement des premiers contingents de la Misma.
Conférence de donateurs internationaux à Addis-Abeba : au total, 455 millions de dollars sont promis, principalement pour financer l'opération militaire.
- 02 février 2013 : Visite du président français, François Hollande, à Bamako et Tombouctou.
- 02 avril 2013 : Début de la formation des soldats maliens par des instructeurs militaires européens. Objectif : restructurer l'armée malienne.
- 27 mai 2013 : Le premier tour de la présidentielle est fixé au 28 juillet sur tout le territoire malien, y compris dans le Nord.
- 18 juin 2013 : Signature à Ouagadougou (Burkina Faso) d'un "accord préliminaire à l'élection présidentielle et aux pourparlers inclusifs de paix au Mali" entre les autorités de transition et les rebelles touaregs.
- 01 juillet 2013 : Installation de la Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali (Minusma) composée de 12 600 casques bleus chargés de stabiliser le Nord. Elle prend le relais de la Misma.
- 11 août 2013: Ibrahim Boubacar Keïta, dit "IBK", est élu président avec 77,6% des voix au second tour face à Soumaïla Cissé.
- En mai 2014, des groupes rebelles touareg et arabes reprennent le contrôle de Kidal au terme d'affrontements qui se soldent par une cuisante défaite pour l'armée malienne. - Le 1er août, "Serval" est remplacée par l'opération "Barkhane", qui mobilise initialement 3.000 soldats français à travers le Sahel, pour atteindre ensuite 4.500.
A partir de 2015 se multiplient les attaques contre les forces maliennes ou étrangères, ainsi que des lieux fréquentés par des étrangers. - Le 7 mars, un attentat contre un restaurant à Bamako, le premier visant des Occidentaux dans la capitale, fait cinq morts. et le 20 novembre, l'attentat contre l'hôtel Radisson Blu de Bamako, qui fait 20 morts dont 14 étrangers. Depuis, l'état d'urgence est imposé quasiment sans interruption dans le pays.
- Un Accord pour la paix et la réconciliation au Mali est signé le 15 mai par le gouvernement et la médiation internationale, puis le 20 juin par l'ex-rébellion.
- 20 novembre 2016 : les élections municipales ont lieu et les Maliens sont appelés aux urnes pour élire les conseillers communaux.
- 6 septembre 2017 : le Conseil de sécurité de l'ONU décide de créer un régime de sanctions ciblées contre "ceux qui dressent des obstacles" à l'application de l'Accord pour la paix et la réconciliation dans ce pays.
- 16 août 2018: IBK réélu pour un second mandat avec 67,17% des suffrages, face à Soumaïla Cissé, crédité de 32,83%.
- 14 décembre 2019: Le président IBK lance à Bamako le dialogue national inclusif (DNI) qui vise à tenter de trouver des solutions à la crise non seulement sécuritaire, mais multiforme, à laquelle le pays est en proie depuis des années.
Au terme du DNI, les participants ont convenu de tenir des élections législatives avant le 02 mai 2020 et d'organiser un référendum constitutionnel courant la même année.
Il est question aussi du redéploiement des forces de défense et de sécurité reconstituées et le retour de l'administration sur l'ensemble du territoire malien, outre la relecture de certaines dispositions de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.