Maroc : Les travaux de réalisation de l'usine de fabrication de vaccins anti Covid-19 lancés par le roi    Réouverture des frontières: une décision sera prise « dans les deux prochains jours » (Baitas)    Le PDG de Recipharm commente le lancement des travaux de l'usine de vaccins à Benslimane    Benslimane: Le Roi préside le lancement des travaux de réalisation d'une usine de fabrication de vaccins anti Covid-19    CAN 2021 : Reprise pour Fayçal Fajr et Nayef Aguerd, d'autres joueurs absents    CAN: Yassine Bounou s'exprime avant Maroc-Egypte (VIDEO)    Italie : Abdelhamid Sabiri aurait trouvé un accord avec un club de Seria A    Paxlovid: la pilule anti-Covid de Pfizer approuvée par l'EU    Casablanca : La galerie d'art ''L'atelier 21'' accueille Saïd Afifi    Justin Trudeau, cas contact testé négatif, à l'isolement pour 5 jours    Le CESE lance sa plateforme participative « Ouchariko »    Lois sur la concurrence : une mesurette en attendant la grande réforme    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 Janvier 2022 à 16H00    Wall Street ouvre en hausse, portée par de bons indicateurs et des résultats d'entreprises    L'artiste Abdellatif Hilal n'est plus    CAN: Derraji félicite les Marocains (PHOTO)    Burkina-Faso: Les militaires arrêtent le président    L'essentiel est de gagner et de passer au prochain tour    Mise en exergue de l'importance du projet de loi relatif aux droits d'auteur et droits voisins    BERD : le financement vert domine les investissements réalisés au Maroc en 2021    Alerte au phishing, une campagne use de documents powerpoint malveillants    Approbation d'une série de projets de développement social et humain pour un million de dollars    Alerte météo : fortes pluies attendues jeudi et vendredi dans plusieurs provinces    L'ONU salue le leadership du Maroc    La Guinée équatoriale et l'Egypte complètent le tableau des quarts de finale    USFP : Abdelkrim Benatiq retire sa candidature au poste de Premier secrétaire    Investigation : "Pegasus, les dessous d'une affaire" (Replay)    Maroc: Rebond « exceptionnel » de l'économie en 2021    Marrakech: le wali règlemente l'usage de l'eau courante et de la nappe phréatique    L'alliance Nissan-Renault-Mitsubishi va dépenser 23 milliards d'euros pour promouvoir les véhicules électriques    Covid-19: Certains médicaments seraient inefficaces contre Omicron    Les Etats-Unis fournissent près de 1,6 million de doses Pfizer au Maroc    Températures prévues pour le vendredi 28 janvier 2022    « Pas positif »: froideur russe après la réaction américaine à ses exigences    CAN 2021 / Ghana : Milovan Rajevac officiellement limogé    Pegasus: Le tribunal de Paris va-t-il ouvrir le dossier ?    France : La Fondation Tayeb Saddiki représentante du Maroc à Versailles pour les 400 ans de Molière    Délais de paiement : ce qui va changer avec la nouvelle loi    Les positions constantes du Maroc envers la cause palestinienne réitérées devant l'UA    Justice : L'Amazighe acte son entrée dans le système judiciaire    Il permet au public de découvrir la richesse historique et culturelle de la ville    Mehdi Fath publie «Tu avais raison ...» en juin prochain    Etchika Choureau, grand amour interdit de Hassan II, décède à l'âge de 92 ans    Conseil de gouvernement : l'état d'urgence sanitaire sera-t-il prolongé ?    Année judiciaire : 4.611.236 affaires enregistrées au titre de l'année 2021    BCIJ : Deux Daechiens interpellés à Al Haouz    Foot: un entraîneur allemand falsifie son certificat de vaccination    OMC : La Chine autorisée à imposer des sanctions tarifaires aux Etats Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



MALI Les Touaregs de Kidal s'enflamment
Publié dans L'observateur du Maroc le 26 - 05 - 2014


On savait que Kidal, le fief des Touaregs des Ifoghas, au nord du Mali, était une cocotte-minute. Le 17 mai, elle a de nouveau explosé. Est-ce si surprenant ? Le Mouvement national de libération de l'Azawad, le MNLA, est originaire de Kidal, seule région du Mali où les Touaregs sont majoritaires alors qu'ils ne constituent qu'entre 10 % et 15% de la population malienne. Mais ces Touaregs aux pulsions irrédentistes initiateurs de nombreuses rebellions au nord du pays depuis l'indépendance en 1962, ne sont jamais totalement rentrés dans le rang. Le MNLA a été le premier à prendre les armes contre l'armée malienne en janvier 2012, le premier à entrer dans Kidal, puis Gao et Tombouctou, avant d'être supplanté par les groupes djihadistes (Aqmi et Mujao). Le MNLA a proclamé l'indépendance de l'Azawad (une région qui va bien au-delà de celle de Kidal dans le nord du Mali) au printemps 2012, puis a continué à la revendiquer à voix basse tandis qu'il demandait à voix haute une large autonomie culturelle et économique dans un cadre fédéral. Une solution que Bamako exclut. Le 18 juin dernier, le MNLA et le gouvernement malien ont signé un « préaccord » à Ouagadougou, prévoyant l'ouverture d'un dialogue soixante jours après l'installation du nouveau président malien, soit début octobre 2013. Le dialogue n'a jamais été ouvert pas Bamako. Le nouveau chef de l'Etat, Ibrahim Babacar Keita (IBK) originaire du sud du pays, a traîné les pieds. Et les combattants du MNLA présents à Kidal ont été cantonnés mais jamais désarmés. En septembre dernier, Kidal s'est enflammé une première fois. Militaires maliens et hommes du MNLA se sont affrontés à l'arme lourde tandis que les 100 militaires français de Serval et les Africains de la Minusma (forces des nations Unies) tentaient de les séparer. Les Touaregs, accusant les Maliens de ne pas respecter les accords de Ouagadougou, ont rompu les négociations et empêché le Premier ministre malien de venir à Kidal en novembre 2013. Le week-end passé, son successeur, Moussa Mara, a décidé de passer en force. Le 17 mai, il a débarqué à Kidal sans réelle préparation de sa visite. Des femmes et des enfants ont manifesté sur l'aéroport pour l'empêcher d'atterrir. Les soldats maliens ont-ils tiré sur les civils ? La ville s'est enflammée. Bilan : une quarantaine de morts civils et militaires au total, de nombreux blessés. Le MNLA s'est emparé d'une trentaine d'otages, y compris du préfet, considérés comme des « prisonniers politiques ». Ils seront libérés au bout de 24 heures. Bamako accuse la Minusma et Serval de ne pas assurer l'ordre à Kidal. Les Français répliquent qu'ils sont au nord du Mali pour y empêcher le retour des groupes djihadistes et non pour intervenir dans les questions inter-maliennes. Il leur est d'autant plus difficile de tirer sur les hommes du MNLA que ceux-ci les ont aidé, l'année dernière, à combattre les salafistes. Une alliance ponctuelle qui ne plait guère à Bamako. Seul point positif : les Maliens viennent d'envoyer 1500 soldats supplémentaires à Kidal, pour montrer leur volonté de s'y réinstaller. La France repousse la réorganisation de son dispositif au Sahel qui prévoyait de ne laisser que 1000 hommes sur 3000, au Mali. Reste à convaincre Bamako de relancer des négociations avec le MNLA. Sans elles, la paix sera un vain mot ❚

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.